Art de vivre

Arles, un bel été annoncé pour le grand café Malarte

Il a fallu la passion et l’envie conjointe de deux amis, Christophe Fouiller et Lakdar Ostmani, pour redonner vie à cette belle enseigne du boulevard des Lices. « Il y a 10 ans déjà, nous nous étions rapprochés du propriétaire afin de lui faire part de notre intérêt pour cette adresse mais il n’y avait pas eu de suite », raconte Lakdar Ostmani. La fermeture du Malarte en octobre 2016 accélère les choses et remet les deux compères en lice pour reprendre cette affaire mythique du boulevard des Lices. « Le Malarte c’est une adresse connue de tous les Arlésiens, ça appartient à l’histoire de la ville et cette terrasse est l’une des plus belles face à l’hôtel Jules César » assure Lakdar Ostmani.
Les travaux, entamés le 9 mars 2017 ont été très lourds et ont duré deux mois : « Seuls les quatre murs et l’arche intérieure ont été conservés ». A l’ouverture du grand café, le 29 avril, le public a découvert un ensemble dans l’esprit des bistrots parisiens traditionnels. En saison haute, pas moins de 17 personnes animent l’adresse, dont 5 en cuisine, sous la houlette de la jeune chef, Katy Orlando, 28 ans, transfuge parisienne du Pavillon du Lac aux Buttes Chaumont. L’accueil est jovial et heureux, l’atmosphère respire l’odeur des pizzas « façonnées à la main par un pizzaiolo italien, assure Lakdar Ostmani. Elles sont cuites dans un four à gaz dans lequel on rajoute du bois pour conserver tous les arômes d’une cuisson traditionnelle ». Dans une vitrine riche de quelque 400 bouteilles, les champagnes voisinent avec les vins de pays, un éclectisme qui reflète la volonté de mixer les clientèles. Des viandes maturées, des salades, des côtes de boeuf et plats du jour… chacun y trouve son bonheur. C’est là la mission première du grand café Malarte.

Le grand café Malarte, 2, bd des Lices à Arles ; infos au 04 90 54 56 74. Ouvert 7/7j.
Salades 12 € ; viandes à partir de 17 €, pizzas de 10 à 18 €.

Vite lu

Marseille, la Mercerie coup d’envoi mercredi 21 février. Après avoir voyagé autour du monde, le trio dynamique du Paris Popup (restaurant nomade éphémère né à Paris) pose ses valises en plein quartier Noailles. Après avoir été séduits par le Sud et avoir installé avec succès leur restaurant d’accueil de chefs en résidence à Arles (le Chardon), le trio du Paris Popup investit Marseille. La Mercerie, 9, cours Saint Louis, 1er.

 Loft on the sea #1 On se retrouve le vendredi 23 février au sein de l’UNM avec vue imprenable sur le Vieux-Port dans un club privé, quasiment inexploité, qui n’a pas accueilli de soirée ouverte à tous depuis 2013. Aux casseroles, Ella, ex-Top chef, de retour en France après un foodtrip de 6 mois en Amérique latine. Forte de ses connaissances en nouveaux produits, on découvrira sa cuisine qui raconte de belles histoires, ses origines israéliennes, ses voyages, sa personnalité. « Bien que le métier de Chef de cuisine se traduise par du stress et un mode de vie assez rude, je vois la cuisine avant tout comme un mode d’expression, une échappatoire et une manière de donner du bonheur aux gens » assure-t-elle. Reno et The Ed seront aux platines, le sound-system Amadeus sera réglé par Yvan Le Bleu. La capacité est limitée à 250 personnes, entrée sur pré-ventesLoft on the Sea #1, Union nautique marseillaise, 34, bd Charles-Livon (7e arr).

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !