Carnet de cave

Une balade automnale dans le vignoble de Bandol

bandolComme chez les voisins de Marseille et Cassis, on cultive la vigne sur ce terroir de restanques depuis les premières heures, lorsque les Phocéens ont importé la viticulture en Provence vers 2500 ans avant J.-C. Et pourtant, les bandols ne sont entrés dans la grande famille des AOC qu’en 1941 en dépit de leur âge canonique. Le territoire de l’appellation couvre 8 communes mais pourquoi avoir choisi Bandol comme nom de baptême au détriment de Sanary-sur-Mer, Le Beausset, Evenos ou Ollioules ? « Tout simplement parce que Bandol était le port d’embarquement des vins, résume Pascal Perier. A la fin du XVIIIe siècle, période qui a marqué l’apogée du commerce de nos vins, le petit port était un village de tonnellerie. Les vins partaient en bateaux pour Marseille, sur des tartanes, embarcations à fond plat, avant de voguer vers les colonies », raconte cet érudit qui travaille depuis plus de 25 ans à l’histoire de ce terroir. C’est lors de la seconde moitié du XVIIIe siècle que Bandol gagne en notoriété car les vins qui sont produits sur ces collines ponctuées de vignes, pinèdes, oliveraies et cultures maraîchères résistent aux voyages de plusieurs mois sans virer vinaigre ; on parlait des bandols comme des vins de cote, des vins puissants et aptes au vieillissement, des qualités qu’on retrouve aujourd’hui année après année, au fil des millésimes.

cave bandolEt les blancs ? Appréhender l’âme de Bandol, c’est aussi aller à la découverte de ses blancs élaborés essentiellement à base de de clairette, ugni blanc et bourboulenc. Les blancs sont issus de vignes souvent exposées au nord, qui respirent l’air vivifiant des entrées maritimes, les embruns conférant une saveur iodée qui exacerbe leur fraîcheur. Les attaques sont franches, ce sont des vins harmonieux et complexes révélant tout à la fois des fleurs blanches d’amandier, des agrumes et fruits exotiques, sans oublier les agrumes pour la tension finale.
Le bandol tire sa noblesse de sols arides et pauvres ; le mourvèdre a trouvé ici son terroir de prédilection, « à la fin du Moyen-Age, période de son introduction en Provence » relève Pascal Perier. Cépage rustique de maturité tardive, le mourvèdre est souvent vendangé en dernier car il a besoin de maturer au soleil : le cahier des charges de l’appellation prévoit un usage de 20% à 95% dans les assemblages de rosé et de 50 % à 95% pour les assemblages de vins rouges. Connu pour ses magnifiques robes rubis ou pourpre évoquant les retours de chasse, l’automne et ses paniers de champignons respirant l’humus, bandol a vu s’accroître la part des rosés ces dernières années, le succès commercial tant en France qu’à l’export expliquant ce grignotage des parts de marché. « Les rosés pèsent pour 72% de la production, contre 22% pour les rouges et 5% pour les blancs » détaille le président de l’association des vins de Bandol, Guillaume Tari. Ici, encore plus qu’ailleurs en Provence, où les rosés affichent des robes palichonnes, on sait faire des rosés structurés et aptes au vieillissement. Jeunes, on les savoure frais et fruités et, les années passant, ils développent des robes ambrées, orangées avec des arômes complexes de muscade ou de cannelle. Les rosés sont majoritairement issus du pressurage direct et la saignée est réservée aux petits volumes.

Le miracle de cette appellation typiquement provençale réside dans le contraste entre ces sols pauvres et ravinés et l’élégance raffinée de ces vins, souvent de garde, qui enchantent les dîners. Le travail des vignerons y est pour beaucoup, un héritage fragile qui se transmet depuis des siècles.

Oenothèque des vins de Bandol, 238, chemin de la Ferrage, 83330 Le Castellet. Infos au 04 94 90 27 38.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

Concerts à la Mirande L’hôtel avignonnais accueille des concerts de musique classique avec des musiciens, habitués à se produire dans les plus grandes salles de concert. Une coupe de champagne est servie à l’entracte et, pour ceux qui le désirent, la soirée se prolonge autour d’un dîner au restaurant de La Mirande. Le prochain concert aura lieu le vendredi 18 janvier à 20h : Bach, Suite pour violoncelle ; Schulhoff, Duo pour violon et violoncelle ; Mieczysław Weinberg, Suite n°1 pour violoncelle avec Philippe Graffin (violon), Raphaël Wallfisch (violoncelle).
Mercredi 13 février, 20h, Mozart « A vous dirais-je, Maman » KV 265 ; Korngold , « Much ado about nothing », violon et piano ; Ysaye, sonate pour violon seul, opus posthume ; Schedrin, Three funny pieces pour trio avec piano Schnittke, quintette avec piano. Les artistes conviés ce soir-là : Philippe Graffin (violon), Erik Sluys (violon), Pierre-Henri Xuereb (alto), Jeroen Reuling (violoncelle), Katsura Mizumoto (piano).
Concert seul avec une coupe de champagne à l’entracte : 40 € ; concert suivi de dîner : 150 €.
À 16 heures, concert suivi d’un thé et pâtisserie au salon de thé : 40 €. Infos au 04 90 14 20.

3e festival truffes et vins Rhonéa Les samedis 19 janvier, 9 et 23 février seront dédiés à la truffe noire sous toutes ses formes. Au programme : cavage dans les truffières partenaires de la cave, découverte du marché aux truffes de Richerenches, l’un des plus importants marché d’Europe, et déjeuner gastronomique « tout à la truffe » accompagné d’une dégustation des cuvées au Dolium, le restaurant de la cave coopérative de Beaumes-de-Venise. Sur réservation, places limitées : 100 € / personne (visite du marché, cavage, dégustation et repas truffes compris). Infos auprès de Marine au  04 9012 41 15.