Art de vivre

Avec le Céleste, Aix-en-Provence succombe à la mode cocktails

CélesteLoin d’être passée inaperçue, l’inauguration le 11 juillet dernier du premier bar à cocktails d’Aix fait beaucoup parler. « Il n’était pas évident de trouver un nom qui nous plaise. Et on a trouvé que Céleste, sonnait tout à la fois élégant et classe », explique Jade Issart associée à la ville comme dans la vie avec Jérôme Gameiro. Les années passées dans les écoles de commerce et la logistique semblent désormais bien loin. « Jérôme travaillait dans le conseil en immobilier et moi je travaillais depuis 2 ans au Jefrey’s, un bar à cocktails du quartier Montorgueil à Paris », évoque Jade Issart, 27 ans tout juste. Et puis Jérôme a tout envoyé valser pour suivre sa compagne dans le Sud ; un changement radical de vie professionnelle et de vie puisqu’il a fallu quitter les tours de la Défense pour les allées du cours Mirabeau.

Une carte à jouer à Aix
« Paris est saturé en bonnes adresses et il nous a semblé qu’en l’absence de bar à cocktails à Aix, nous avions une carte à jouer, dit Jade. Ici, la réglementation est contraignante et compliquée ; le plus simple consistait à racheter un établissement avec sa licence IV et il y en a 2 ou 3 par an tout au plus », poursuit la jeune femme titulaire d’un CQP, un certificat de qualification professionnelle, obtenu en 6 mois d’alternance. La chance a souri au duo qui a vite trouvé la perle rare. Les travaux ont duré un mois et demi, « de 7h à 20h, 7 jours sur 7 » mais le résultat est là : le mur de pierre concède un charme fou au lieu, le nouveau comptoir, les tables et la verrerie ont été pensés pour séduire une clientèle qui aime le cocktail et veut sortir du sempiternel mojito. « Une clientèle en quête de qualité », souffle Jade qui assure avoir, avec Jérôme Gameiro, « fait de gros efforts sur la présentation ». Avec dix cocktails création à la carte, tous proposés à 12€, Jade et Gérôme promettent de changer leurs propositions en octobre-novembre prochain, « après des recettes estivales rafraîchissantes, nous imaginons déjà une carte plus réconfortante pour les premiers froids ».
Avec une jolie petite terrasse et une salle pouvant accueillir 31 places assises, le Céleste rejoint le Carry Nation et le Gaspard, ses grands frères marseillais. Pour les adeptes de cocktails, l’avenir semble radieux.

Le céleste, 44, rue Mignet, 13100 Aix-en-Provence ; infos au 06 89 70 59 62.

A propos de l'auteur

le grand pastis

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Bon à savoir

 La Bête à Bière est la micro-brasserie qu’a fondée Jean-François Marin en 2014. Cet informaticien a aménagé son garage « comme le font de nombreux Américains » et brasse quelque 1500 litres de bières par an. A découvrir dans quelques caves à vins (Sarrians et Pernes-les-Fontaines), à l’épicerie fine d’Estelle de Châteauneuf-du-Pape, ou encore dans le nouveau bar à bières du Pontet : l’Obeers. A sa carte : une blanche, une blonde et une ambrée. Infos au 06 85 49 84 07.

Vendanges 2018 : coup d’envoi varois À Château Léoube, les vendanges 2018 ont démarré ce jeudi 16 août. Depuis quelques années les vendanges sont de plus en plus précoces. L’an dernier elles avaient débuté à la même période.
“C’est assez précoce, mais ce n’est pas exceptionnel. On vendangera autour de ses dates à l’avenir » déclare Jean-Christophe Dumoulin, chef de culture. Contrairement aux années précédentes, les vignes n’ont souffert ni de la chaleur ni de la sécheresse grâce aux pluies du printemps qui ont été bénéfiques et n’ont heureusement pas non plus été touchées par le mildiou. « L’année 2018 a demandé beaucoup de vigilance pour aboutir à ce début de récolte précoce. Nous restons réactifs pour cette vendange qui devrait révéler une très belle finesse » conclut Romain Ott, directeur de production. La récolte devrait durer de 3 à 4 semaines.