Magazine

Charlène Estevao remporte le concours Roger Vergé aux Etoiles de Mougins

Charlène Estevao a remporté le concours Roger Vergé aux Etoiles de Mougins, ce dimanche 3 juin dernier. Une victoire au goût de revanche pour cette jeune femme de 25 ans qui travaille auprès de Lionel Lévy dans les cuisines de l’Intercontinental Hôtel-Dieu de Marseille. En proposant une version très personnelle d’une bouillabaisse revisitée, Charlène Estevao a suscité l’enthousiasme du jury présidé par Philippe Etchebest. « En janvier dernier, j’avais raté le trophée Masse qui se tenait à Marseille, reconnaît Charlène Estevao. Cette victoire résonne comme une revanche, j’ai donné le maximum en mettant toutes les chances de mon côté ».

Charlène Estevao

Née à Grenoble il y a 25 ans, Charlène Estevao a suivi 2 ans les cours de l’école hôtelière du clos d’or et 2 années ensuite en CFA. Elle est arrivée à Marseille en mars 2017 pour travailler à l’Intercontinental-Hôtel-Dieu. « J’étais en poste à la Palme d’or au Martinez à Cannes depuis 2 ans. Mon ancien sous-chef m’a demandé où je voulais aller et moi, je voulais rester dans le Sud et c’est lui qui m’a recommandée. J’adore Marseille, c’est une très belle ville, j’aime son ambiance, sa culture, sa nourriture. Ici, notre luxe, c’est de cuisiner avec de très bons produits »
Relevant le défi lancé par les organisateurs de l’épreuve, Charlène a souhaité « moderniser la bouillabaisse tout en conservant son caractère. J’ai préparé une vraie soupe de poissons de roche qui était belle et très rouge ». Signe qui ne trompe pas,  Etchebest en a même redemandé une fois la dégustation achevée… Tout le reste du plat, s’est décliné en cuit-cru : « J’ai voulu un tartare de rougets et daurade, un sashimi de saint-pierre côté cru. Côté cuit, j’ai imaginé une vive saisie au charbon puis saisie à l’huile d’olive, ail, thym et romarin ainsi qu’un chapon confit  à l’huile d’olive, là encore ail, thym et romarin » détaille la compétitrice. Jamais à court d’idées, Charlène Estevao a présenté sa pomme de terre confite en forme de calisson percé et rempli de rouille sans oublier la fameuse garniture céleri-oignon et carottes avec un gel de fenouil au pastis. « L’espuma de pain et la tuile de pain à l’encre de seiche ont remplacé les croûtons d’autrefois » sourit Charlène.
« En janvier, lors du salon Food in Sud, Charlène avait concouru au trophée Masse, se remémore son chef, Lionel Lévy. Et elle a buggé, elle est passée à côté pourtant j’étais persuadé de sa valeur, martèle-t-il. Ce concours à Mougins a été super dur, je suis très heureux et fier ». Un échec qui a fouetté l’honneur de la jeune femme : « C’est le chef lévy qui m’a proposé de participer au concours. Je suis allée dans son bureau, il m’a expliqué le projet et j’ai tout de suite accepté », raconte cette passionnée de foot qui a dû « arrêter parce que c’était difficile avec le métier » et de photographie. « J’adore aussi les voyages, complète-t-elle. A 18 ans, je suis partie seule avec une amie en Australier, j’ai mis le billet sur la table devant ma mère et je lui ai dit que je voulais partir… Il n’y a pas grand chose qui me fait peur ».

bouillabaisse Charlène Estevao

A Mougins, dimanche soir, Etchebest exhortait les candidats au trophée Masse à participer au jeu de M6, « Top chef ». Pour l’heure, Charlène Estevao en a parlé avec Lionel Lévy et se garde un temps de « pleine réflexion… Ça pourrait me plaire, il faut que je réfléchisse aux conditions. Je suis une fille qui aime les défis, je suis une battante dans la vie et j’aime affronter les difficultés ». Serait-ce une façon déjà de dire qu’on va la retrouver sur M6 ?

A propos de l'auteur

le grand pastis

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Bon à savoir

 La Bête à Bière est la micro-brasserie qu’a fondée Jean-François Marin en 2014. Cet informaticien a aménagé son garage « comme le font de nombreux Américains » et brasse quelque 1500 litres de bières par an. A découvrir dans quelques caves à vins (Sarrians et Pernes-les-Fontaines), à l’épicerie fine d’Estelle de Châteauneuf-du-Pape, ou encore dans le nouveau bar à bières du Pontet : l’Obeers. A sa carte : une blanche, une blonde et une ambrée. Infos au 06 85 49 84 07.

Vendanges 2018 : coup d’envoi varois À Château Léoube, les vendanges 2018 ont démarré ce jeudi 16 août. Depuis quelques années les vendanges sont de plus en plus précoces. L’an dernier elles avaient débuté à la même période.
“C’est assez précoce, mais ce n’est pas exceptionnel. On vendangera autour de ses dates à l’avenir » déclare Jean-Christophe Dumoulin, chef de culture. Contrairement aux années précédentes, les vignes n’ont souffert ni de la chaleur ni de la sécheresse grâce aux pluies du printemps qui ont été bénéfiques et n’ont heureusement pas non plus été touchées par le mildiou. « L’année 2018 a demandé beaucoup de vigilance pour aboutir à ce début de récolte précoce. Nous restons réactifs pour cette vendange qui devrait révéler une très belle finesse » conclut Romain Ott, directeur de production. La récolte devrait durer de 3 à 4 semaines.