En direct du marché

Manu Barthélémy : « Plus que jamais travailler avec éthique »

Manu Barthélémy

Le Village Vert est un projet collectif innovant pour le développement d’une économie locale et solidaire, respectueuse de l’Homme et de son environnement. Il réunit des espaces d’animations, des commerces et des bureaux pour développer la consommation responsable à Forcalquier. Un programme régulier d’animations (conférences, ateliers, projections, dégustations, expositions…) fédère six structures qui partagent ce lieu et des projets communs.
Il a profité de ce début d’année pour tourner la page. Manu Barthélémy a signé le 20 décembre dernier son départ de la boulangerie Cum Panis de Forcalquier, confiant cette adresse mythique à son associé Florian Bourier. « J’avais envie de faire autre chose, d’explorer plus encore mes passions et d’approfondir mon travail sur la pizza », explique ce brun énergique pour qui Cum Panis était « la première expérience de grosse entreprise ». Partant du principe qu’il faut « revoir nos produits et nos fabrications pour proposer des mets sains, durables et honnêtes », Manu Barthélémy enfonce encore un peu plus le clou dans sa démarche de lier « travail et éthique »« J’arrive à une époque de ma vie où je veux consacrer du temps aux miens et trouver un équilibre entre vie professionnelle et familiale » poursuit le maître du pain. Aussi, Manu Barthélémy va-t-il s’employer à développer lo Pichotome (le Petit homme en provençal) et il a réinvesti son laboratoire installé au coeur même du Village vert de Forcalquier : « J’ai un beau labo de transformation, c’est là que je fais toutes mes préparations comme les panettone, les fougasses et je vais travailler sur des recettes de pan bagnat, différentes de la recette estivale niçoise classique, pour en proposer toute l’année en se débarrassant du carcan des saisons ».

C’est donc un Manu Barthélémy riche en projets qui aborde l’année avec une foule de rendez-vous en tête : « Je veux avoir du temps pour participer à des expériences collectives comme celle que je vais vivre le 29 janvier : nous allons organiser un repas pour le Biotop wines de Montpellier, un repas avec 150 vignerons qui travaillent tous à merveille ». Tout ceci en attendant les projets de pizzas, de boulangerie, de panifications diverses. Pour l’heure, on retrouve le pizzaiolo sur les marchés de Forcalquier le jeudi de 14h30 à 20h et le vendredi à la Brillanne, de 14h30 à 20h.

A propos de l'auteur

le grand pastis

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Bon à savoir

 La Bête à Bière est la micro-brasserie qu’a fondée Jean-François Marin en 2014. Cet informaticien a aménagé son garage « comme le font de nombreux Américains » et brasse quelque 1500 litres de bières par an. A découvrir dans quelques caves à vins (Sarrians et Pernes-les-Fontaines), à l’épicerie fine d’Estelle de Châteauneuf-du-Pape, ou encore dans le nouveau bar à bières du Pontet : l’Obeers. A sa carte : une blanche, une blonde et une ambrée. Infos au 06 85 49 84 07.

Vendanges 2018 : coup d’envoi varois À Château Léoube, les vendanges 2018 ont démarré ce jeudi 16 août. Depuis quelques années les vendanges sont de plus en plus précoces. L’an dernier elles avaient débuté à la même période.
“C’est assez précoce, mais ce n’est pas exceptionnel. On vendangera autour de ses dates à l’avenir » déclare Jean-Christophe Dumoulin, chef de culture. Contrairement aux années précédentes, les vignes n’ont souffert ni de la chaleur ni de la sécheresse grâce aux pluies du printemps qui ont été bénéfiques et n’ont heureusement pas non plus été touchées par le mildiou. « L’année 2018 a demandé beaucoup de vigilance pour aboutir à ce début de récolte précoce. Nous restons réactifs pour cette vendange qui devrait révéler une très belle finesse » conclut Romain Ott, directeur de production. La récolte devrait durer de 3 à 4 semaines.