Magazine

Ouréa, le restaurant de Matthieu Roche et Camille Fromont ouvrira fin mai

Matthieu Roche Ouréa, le restaurant de Matthieu Roche et Camille Fromont ouvrira fin mai. A cette heure, le gros des travaux est achevé ; pour répondre à la demande du chef, « la cuisine est sortie dans la salle » et le comptoir sera agrandi pour permettre à 4 personnes d’y manger. Matthieu Roche le reconnaît : le projet qui avait été imaginé il y a un an pour la rue Montgrand est définitivement oublié, le duo a dû déménager et s’installer à côté du palais de justice. « Mais nous sommes très heureux de notre voisinage, complète aussitôt Camille Fromont. Et la compagne du chef d’affirmer : – Il y a Gaspard, le Lauracée et Madame Jeanne tout proches d’ici, c’est très qualitatif et le niveau de restauration est excellent« . Le jeune couple a confié la décoration de ce nouveau lieu à leur ami Axel Chay, du studio Nava Obiecta, et ne cache plus sa joie : – Depuis un an, nous nous sommes ouverts à beaucoup de choses, on a fait beaucoup de vernissages, participé à des événements, on a fait la connaissance de beaucoup de chefs qui nous ont invités », assure Matthieu Roche. « Nous sommes heureux et soulagés, sourit Camille Fromont. Tous ces échanges, ça nous a permis de mieux appréhender la ville, de comprendre les Marseillais ».

« Que ça marche, on ne se pose pas d’autres questions »
L’ouverture d’Ouréa est imminente et répond à une réflexion menée de pair : – Nous avons une vision globale, ce restaurant a été pensé par nous deux », assène Matthieu Roche. Ouréa sera porté par 4 personnes dont les rôles ont été attribués : 2 en salle et deux en cuisine. « Camille gérera la salle et la carte des vins » dit Matthieu. « Je veux associer ma serveuse au travail de sélection des vins, il faudra aussi qu’elle goûte à la cuisine de Matthieu pour mieux en parler » enchaîne Camille Fromont. A ce jour, le couple n’a qu’un objectif, « que ça marche, on ne se pose pas d’autres questions. Nous avons pensé ce restaurant à deux et on voudrait que nos clients s’y sentent à l’aise, qu’ils aient l’impression d’être au bon endroit au bon moment » dit Camille. Créer un restaurant avec de l’énergie, « avec des gens, du monde… L’important c’est ce qu’on donne aux gens » assure Matthieu pour qui les récompenses et disctinctions « ne sont pas un Graal mais si un jour un guide nous attribue quelques chose alors ce sera tant mieux ».

« Cette ville se développe énormément, les gens ont toujours envie de nouvelles adresses pour aller manger » explique Matthieu. « Si nous avions ouvert à Paris, ce serait une nouvelle adresse parmi tant d’autres, ici c’est différent » l’interrompt Camille. Le couple se réjouit de « l’émulation folle » qui s’est emparée de Marseille : « C’est une ville très créative, les idées foisonnent et le tourisme se développe beaucoup. Moi, je suis parti il y a 12 ans, se remémore Matthieu Roche, ancien élève de Bonneveine, et je mesure le chemin parcouru lorsque je vois tous ces gens qui parlent toutes les langues et qui flânent sur le Vieux-Port, ça fait plaisir« .

Ouréa, 72, rue de la Paix-Marcel-Paul, Marseille 1er. Ouverture prochaine.

A propos de l'auteur

le grand pastis

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Bon à savoir

 La Bête à Bière est la micro-brasserie qu’a fondée Jean-François Marin en 2014. Cet informaticien a aménagé son garage « comme le font de nombreux Américains » et brasse quelque 1500 litres de bières par an. A découvrir dans quelques caves à vins (Sarrians et Pernes-les-Fontaines), à l’épicerie fine d’Estelle de Châteauneuf-du-Pape, ou encore dans le nouveau bar à bières du Pontet : l’Obeers. A sa carte : une blanche, une blonde et une ambrée. Infos au 06 85 49 84 07.

Vendanges 2018 : coup d’envoi varois À Château Léoube, les vendanges 2018 ont démarré ce jeudi 16 août. Depuis quelques années les vendanges sont de plus en plus précoces. L’an dernier elles avaient débuté à la même période.
“C’est assez précoce, mais ce n’est pas exceptionnel. On vendangera autour de ses dates à l’avenir » déclare Jean-Christophe Dumoulin, chef de culture. Contrairement aux années précédentes, les vignes n’ont souffert ni de la chaleur ni de la sécheresse grâce aux pluies du printemps qui ont été bénéfiques et n’ont heureusement pas non plus été touchées par le mildiou. « L’année 2018 a demandé beaucoup de vigilance pour aboutir à ce début de récolte précoce. Nous restons réactifs pour cette vendange qui devrait révéler une très belle finesse » conclut Romain Ott, directeur de production. La récolte devrait durer de 3 à 4 semaines.