Restaurants en Provence

Le palais de la Major pour démarrer l’année du bon pied

palais de la MajorLes années passent, les fêtes s’enchaînent et le Palais de la Major a fini par s’installer dans le paysage marseillais. Au déjeuner en semaine, une clientèle d’affaires, des quadras et quincas en costumes et tailleurs, y réserve ses tables pour parler boulot alors que le week-end, ce sont les touristes qui en savourent les charmes. Le décor est un intrigant mélange de style Napoléon III et art déco, le comptoir et sa fresque de danseuses, à la façon de Joséphine Baker dans la revue Nègre, tenant tête aux fauteuils crapaud et banquettes confortables. Nappes blanches et serviettes en coton participent du soin apporté à l’ambiance, le service détendu et cool, souriant et heureux, contraste avec les lourds rideaux damassés et la passementerie rococo.

En cuisine, Fabien Torrente donne libre cours à son inspiration. « Marianne nous donne les moyens de travailler » confie-t-il au sujet de Marianne Cassandri, propriétaire des lieux. Une liberté qui se retrouve dans le foie gras présenté en rouelle épaisse, d’une parfaite tenue, présentant une belle matière parfaitement assaisonnée. Le tartare de daurade-condiment citron a été pensé comme une plaisante mosaïque combinant l’acidité de l’agrume aiguisée par quelques groseilles et grains de grenade. Un enthousiasme acidulé tempéré par des lamelles de fenouil mariné qui arrondit les angles. La cuisson parfaite du dos de cabillaud en a préservé la chair nacrée qui se détache en pétales. Torrente a posé son poisson sur un lit de spaghetti de légumes arrosés, à la façon d’un condiment, d’un bouillon de crevettes grises à la citronnelle. Suit un suprême de poulet fermier du père Savarin accompagné de légumes oubliés glacés et jus truffé. Les saveurs sont intenses, la cuisson du suprême de volaille en a préservé toute la tendreté. A la façon d’une vierge à l’huile d’olive, les arômes de la truffe noire imprègnent la purée de panais, on sauce son assiette sans retenue, preuve supplémentaire de la bonne tenue de l’ensemble.
Alors faut-il y aller ? Oui pour la générosité des assiettes et l’esprit bistronomique revendiqué par le chef. Oui pour le dessert au chocolat qui, à la façon d’un Twix, juxtapose les textures fondantes, croquantes, craquantes et moelleuses : un best of que la maison a gravé dans le marbre de sa carte. Oui parce que le service nous met immédiatement à l’aise et oui, enfin, parce qu’en quittant le Palais de la Major on se dit qu’on y retournerait bien avec d’autres amis. Ce qui n’est pas si fréquent…

Le palais de la Major, 2, place Albert-Londres, Marseille 2e arr. Résas au 04 91 44 13 13.
Carte de 40 à 50 euros.

Fabio TorrenteFabien Torrente a pris ses marques au palais de la Major

Il soufflera ses 32 bougies en mars prochain et affiche pourtant un curriculum vitae impressionnant. « J’ai suivi une voie classique, reconnaît ce jeune cuisinier natif de Grenoble. Bac pro en poche, je suis parti à Terre Blanche à l’époque où l’hôtel appartenait encore à la chaîne Four Seasons et y ai passé 3 ans ». Suivra le lancement de la Farandole à la Seyne-sur-Mer avec le Marseillais Mourad Haddouche en 2012, « ensuite j’ai rejoint Lionel Lévy à l’ouverture de l’Intercontinental pendant 1 an ». Repéré par Stéphanie Le Quellec, le cuisinier part à Paris en 2013 au Prince de Galles. A Marseille désormais, membre des associations Eurotoques et Gourméditerranée, Fabien Torrente a pris ses marques au palais de la Major : « J’ai une équipe de bosseurs avec moi et nous travaillons dans une très bonne ambiance, ils ont soif d’apprendre ». La brigade compte 9 éléments qui se relaient midi et soir, 7 jours sur 7 toute l’année durant. « Je travaille avec les produits locaux et j’ai noué des liens avec de bons producteurs, assure Torrente. Cuisine du jour et registre bistronomique ont fait leurs preuves »…

A propos de l'auteur

le grand pastis

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bon à savoir

Loustic, le nouveau rendez-vous café Une nouvelle adresse pour savourer un excellent café et se régaler vient de voir le jour en centre-ville. On déjeune chez Loustic de toasts au pain de campagne-oeuf mollet-champignons et ricotta, des sandwiches mayo-bacon, des salades de riz aux amandes-feta, betterave et la fameuse assiette éponyme. Les petits-déjeuners (granola, tartines et confiture, oeufs brouillés) et les desserts ( brownie, cake, cookie, scone crème-confiture) valent à eux seuls le détour. Mignonnette terrasse, service jeune et cool, un torréfacteur et une barista complètent l’offre. 5, rue de la Tour, Marseille 1er. Infos au 09 51 38 34 39.

 Hervé Bizeul chez Chicoulon Hervé Bizeul du Clos des Fées, figure emblématique du Roussillon, sera au Chicoulon jeudi 25 octobre pour une grande soirée dégustation. Le vigneron fait désormais partie de l’élite de cette magnifique région et viendra présenter ses plus grandes cuvées sur des millésimes anciens et prêts à boire (le Clos des Fées et la Petite Sibérie). Deux blancs, 3 rouges et 1 liquoreux seront dégustés et commentés dans la bonne humeur. En cuisine, Tomi fera fumer les fourneaux. Soirée sur réservation uniquement pour 35 personnes (premiers réservés, premiers servis) ; tarif : 65 € par personne. Résas au 04 91 33 46 59.

Sylvestre Wahid à Marseille chez Sébastien Richard Le cuisinier 2 étoiles au guide Michelin, Sylvestre Wahid, inaugurera le 27 octobre prochain, la toute première édition du « Dialogue de chefs », une série de dîners organisée par Sébastien Richard, à sa table du Panier de Sébastien. Les deux artisans profiteront de ce dîner à 4 mains, dans un cadre intimiste, pour laisser libre cours à leur imagination et partager un moment unique avec leurs hôtes d’un soir. L’amitié complice entre les deux hommes remonte à plus de 25 ans lors du passage de Sébastien Richard au Cheval Blanc que dirigeait alors Thierry Marx, à Nîmes. Les deux cuisiniers ont tous les deux fait leur chemin depuis partageant la même vision et la même envie de revisiter la gastronomie française. Infos : lepanierdesebastien@gmail.com