Magazine

Rudy Ricciotti, un architecte visionnaire… au franc parler

C’est à Bandol que vit l’un des grands noms de l’architecture française contemporaine. Rudy Ricciotti, concepteur du totémique Mucem à Marseille ou encore du ténébreux Pavillon noir à Aix-en-Provence, est un esprit haut en couleur toujours le pied à l’étrier en quête de nouveaux chantiers. À Marseille, l’architecte de 64 ans s’est lancé il y a 3 ans dans le chantier de la tour Mirabeau et contribue au projet de skyline d’Euroméditerranée. Dans ce building, jouxtant la tour CMA-CGM, quelque 85 mètres d’agences et de bureaux seront répartis sur une quinzaine d’étages. Un projet qui n’effraie en rien Rudy Ricciotti, un caractère solaire et enthousiaste. Confidences en mode #jemeprendspasausérieux d’un incroyable et très attachant Monsieur.

Rudy Ricciotti

Votre principal trait de caractère ?
Je trouve que je suis quelqu’un de plutôt ennuyeux.

Votre principal défaut ?
Je suis mou, je prends mon temps.

Ce que vous aimeriez être ?
Une brebis, ça gambade tranquillement dans les champs.

Votre héro dans la fiction ?
Fernandel, il était génial.

Un livre de chevet ?
« La chèvre de Monsieur Seguin »

Votre chantier le plus mémorable ?
Hum.. La maison de mon cousin, j’en garde plusieurs bons souvenirs.

Vous êtes plutôt blanc, rouge ou rosé ?
Aucun, je suis polychrome et sans idée.

Votre plus grande fierté ?
Je crois que c’est d’arriver encore à bander.

Ceux sans qui vous n’auriez jamais réussi ?
Ma mère.

Ce que vous détestez par dessus tout ?
Comme beaucoup de monde, les feux rouges !

Un restaurant pour lui dire « je t’aime » ?
Je me vois bien attablé au restaurant du Géant Casino à Plan-de-Campagne…

La faute qui vous inspire le plus d’indulgence ?
Le pet, c’est toujours amusant.

Votre devise ?
Au temps pour moi !

Recueilli par Axel Gède / photo DR

Agence Rudy Ricciotti, 17, boulevard Victor-Hugo à Bandol ; infos au 04 94 29 52 61.

Vite lu

Marseille, la Mercerie coup d’envoi mercredi 21 février. Après avoir voyagé autour du monde, le trio dynamique du Paris Popup (restaurant nomade éphémère né à Paris) pose ses valises en plein quartier Noailles. Après avoir été séduits par le Sud et avoir installé avec succès leur restaurant d’accueil de chefs en résidence à Arles (le Chardon), le trio du Paris Popup investit Marseille. La Mercerie, 9, cours Saint Louis, 1er.

 Loft on the sea #1 On se retrouve le vendredi 23 février au sein de l’UNM avec vue imprenable sur le Vieux-Port dans un club privé, quasiment inexploité, qui n’a pas accueilli de soirée ouverte à tous depuis 2013. Aux casseroles, Ella, ex-Top chef, de retour en France après un foodtrip de 6 mois en Amérique latine. Forte de ses connaissances en nouveaux produits, on découvrira sa cuisine qui raconte de belles histoires, ses origines israéliennes, ses voyages, sa personnalité. « Bien que le métier de Chef de cuisine se traduise par du stress et un mode de vie assez rude, je vois la cuisine avant tout comme un mode d’expression, une échappatoire et une manière de donner du bonheur aux gens » assure-t-elle. Reno et The Ed seront aux platines, le sound-system Amadeus sera réglé par Yvan Le Bleu. La capacité est limitée à 250 personnes, entrée sur pré-ventesLoft on the Sea #1, Union nautique marseillaise, 34, bd Charles-Livon (7e arr).

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !