Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Carnet de cave

Beaurenard, un vin star, une valeur (ultra) sûre à Châteauneuf-du-Pape

2525Beaurenard« Le terroir de Châteauneuf-du-Pape est unique. Nous cultivons le vignoble depuis plus de 50 ans dans le respect des règles d’une agriculture soucieuse de la nature et de l’environnement », explique-t-on dans la famille Coulon, propriétaire du domaine de Beaurenard depuis 7 générations ! Fumures organiques, enherbement ou travail du sol, ébourgeonnage, divers travaux à la main… Les 32 hectares de Beaurenard font l’objet de tous les soins. Afin de favoriser une parfaite expression du terroir, les rendements sont limités à 25 hectolitres à l’hectare et les cépages rois de la vallée-du-Rhône (grenache 65%, syrah 15% et mourvèdre 10%) s’y épanouissent sur un tapis de galets chauffés par le soleil. Les vendanges sont manuelles : « Chaque vendangeur est muni de deux seaux, les plus belles grappes sont séparées des raisins abîmés ou immatures » poursuivent les deux frères Daniel et Frédéric Coulon. Il en résulte un vin à a belle robe rubis profonde et brillante, aux reflets violines, typiques des côtes-du-Rhône. Le premier nez franc laisse percevoir des arômes de fruits rouges et de fraise des bois, puis, en second nez, des épices (cumin), des résineux et des relents de garrigue surgissent. L’attaque en bouche tout en fraîcheur, révèle des tanins fins et travaillés. Ce vin de grande longueur sur des notes délicates de pain toasté sera servi à 15-16°C. Il accompagnera un civet et des tagliatelles, une côte ou une joue de boeuf.

Dom. de Beaurenard, 84231 Châteauneuf-du-Pape ; infos au 04 90 83 71 79.
Le rouge de Beaurenard 2014, aux environs de 26 euros les 75 cl.