Carnet de cave

Les Sénéchaux blanc 2014, un vin noble en ses terres

SénéchauxLe titre de sénéchal était courant dans les cours royales ou princières du Moyen-Age. D’une région à l’autre, le rôle du sénéchal variait mais il était toujours lié à la personne du roi, d’un prince du sang ou d’un grand seigneur. Doyen des serviteurs, chef des serviteurs, ce titre était très convoité voire le plus prestigieux. Quelques siècles plus tard, en 2006, la famille Cazes, propriétaire du Relais & Châteaux Cordelian Bages à Pauillac, a racheté cette propriété historique des côtes-du-Rhône sud et y mène, depuis, de gros efforts pour hisser le domaine au meilleur de l’appellation châteauneuf-du-pape.
Le domaine des Sénéchaux compte parmi les plus anciens vignobles de la région puisqu’on retrouve sa trace dans des écrits du XIVe siècle. C’est l’une des principales parcelles de la propriété sise dans le quartier de Bois Sénéchaux qui a donné son nom au domaine. Implanté sur les terres nobles de Châteauneuf-du-Pape, le vignoble couvre à ce jour 27 hectares.

Le domaine des Sénéchaux, millésime 2014 en blanc, est composé de roussanne (34 %), clairette (29%), grenache blanc (28%) et  bourboulenc. Sa robe limpide jaune clair avec une belle brillance laisse deviner des reflets verts. On servira ce vin à 10-12°C pour que son nez aguicheur exhale des arômes de fleurs fraîches et de fruits blancs comme la poire comice. En bouche, l’attaque est franche avec une pointe de minéralité. Equilibré frais-rond-long, ce vin offre une finale persistante évoquant des notes de noisette fraîche. A boire sans attendre et dans les deux prochaines années sur des viandes blanches (veau, volailles), un risotto aux fruits de mer ou des poissons délicats (loups, sole).

Le domaine des Sénéchaux, 3, rue de la Nouvelle Poste, 84230 Châteauneuf-du-Pape ;
infos au 04 90 83 73 52. Blanc 2014, 75 cl, de 35 à 40 €.

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.