COVID 19

Au marché, au supermarché, les bons gestes pour éviter la contamination au Covid-19

L’épidémie de Covid-19 exige que nous prenions des mesures de prévention simples pour endiguer sa propagation. Conseils de scientifiques, rapports de l’ARS, voici le guide des bons gestes indispensables à suivre pour qu’aller au marché ne s’apparente pas à une séance de roulette russe.

bons gestes
 Les allées du Monoprix, boulevard Notre-Dame à Marseille

A combien peut-on aller faire ses courses ?
Aussi difficile que cela peut paraître mais le mieux c’est d’y aller tout seul. Si vous prenez la voiture pour aller au supermarché ou au drive : deux personnes maximum et toujours les mêmes car si votre voiture est contaminée par le virus, il faut éviter que plusieurs personnes différentes s’en servent. Pas question de rouler des kilomètres non plus : vous irez au point de vente le plus proche de chez vous. Point barre, pas de discussion !

Je mets des gants ? Je porte un masque ?
On porte la masque dans la rue et à l’intérieur des espaces clos. On arrête de jouer au superman rebelle contre une maladie dont on arrive avec peine à cerner les contours. On peut être un porteur sain donc, si on le porte pour se protéger de la maladie, on le porte aussi pour protéger les autres. Au-delà de ses propres convictions, il s’agit de respecter les convictions des autres, c’est une question d’éducation. Mettez-le de façon à couvrir le nez et la bouche car c’est par là que le virus peut se répandre ou être respiré. Mieux vaut faire ses courses à mains nues et les laver immédiatement à la maison, au savon de Marseille.

Je peux toucher les écrans tactiles ?
Que ce soit les guichets de banque, les écrans de commande ou toute autre surface tactile, on évite au maximum de les toucher. Si vous y êtes obligés, utilisez immédiatement le gel hydroalcoolique. Ce comportement est beaucoup moins dangereux qu’utiliser les gants.

Je prends mes propres sacs ou j’utilise ceux qu’on me donne ?
La règle de base, c’est limiter les contacts avec les matières potentiellement infectées, alors prenez vos sacs qui seront plus sains que les paniers et chariots des supermarchés. Les bons gestes : un supermarché qui désinfecte les tapis des caisses régulièrement doit vous inspirer confiance.

Temps maximal de survie du virus sur les surfaces
Acier inoxydable : 3 jours
Papier : 24 heures
Cuivre : 24 heures
Plastique : 3 jours
Carton : 24 heures
Mes pièces et billets sont-ils contaminés ?
C’est l’OMS qui l’affirme : “Le risque d’être contaminé par de l’argent liquide est infime. D’abord parce qu’on garde en main pièces et billets très peu de temps” et puis il faudrait “un contact salivaire (éternuement, crachat) sur les pièces et billets pour les contaminer”, ajoute Alexandre Bleibtreu, médecin infectiologue au service de maladies infectieuses et tropicales de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Là encore, il suffit de se laver les mains et de ne pas se toucher le visage et la bouche une fois que l’on a manipulé de l’argent. Les bons gestes : pour un paiement en caisse sans risque, l’option carte bancaire sans contact, c’est le mieux.

Le marché aux fruits et légumes du cours Lafayette à Toulon

Arrivé à la maison, je lave mes fruits et légumes ?
Au marché ou au supermarché, tout le monde tripote les aliments et les infecte. Au retour à la maison, donc, on les lave comme d’habitude mais surtout, n’utilisez pas d’eau de javel. Après avoir lavé les fruits et légumes, on les pelle et/ou on les cuit car une cuisson à plus de 63°C pendant 4 minutes au moins divise par 10 000 le risque de contamination alimentaire. Si vous mangez cru et sans peler les aliments, lavez-les soigneusement.

Qu’est-ce que je fais des emballages ?
Le virus survit quelques heures sur les surface inertes alors le top consiste à laisser vos courses quelque part non loin de l’entrée pendant 4h/4h30. Ensuite, vous vous laverez les mains. Ce temps, passé, il ne vous restera qu’à ranger dans vos placards. Pour les produits frais, ôtez les suremballages, entreposez au réfrigérateur ou au congélateur et… lavez-vous les mains.

Je peux toucher les poignées des congélateurs et réfrigérateurs du supermarché ?
Tout ce que vous touchez peut être infecté : les poignées de portes, les chariots, les interrupteurs, les boutons d’ascenseurs, vos clefs de voiture etc. Il faudra immédiatement vous laver les mains ou les passer au gel hydroalcoolique arrivé à la maison. N’utilisez pas vos vêtements comme s’il s’agissait de gants. Les bons gestes : tout votre linge sera lavé à 60°C.

Coronavirus : le secteur des CHR organise sa résistance.

2 commentaires

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Merci de me donner la parole. J’ai une question : un supermarché peut-il m’interdire l’entrée de son magasin du fait que j’accompagne mon épouse pour faire les courses ?

    • Bonjour Walter,
      les supermarchés et épiceries sont considérés comme “utiles à la vie de la Nation” et sont donc ouverts et vous avez le droit d’y aller faire vos courses.
      Nous ne saurons trop vous rappeler que pour votre sécurité et celle de vos proches, il faut vraiment limiter vos déplacement au strict minimum.
      Chacune de vos sorties augmente le risque d’attraper le Covid-19 et de saturer les hôpitaux. Mieux vaut y aller seul.
      Si vous vous déplacez en voiture, une seule personne ira faire les courses et ce sera celui ou celle qui a le permis de conduire.
      Pour répondre directement à votre question, de très nombreux supermarchés de France limitent leur accès à une seule personne.
      Vous devrez vous y plier, nous vivons une crise et elle nous impose de tout petits, vraiment petits, sacrifices. Votre santé vaut bien ça ! Amitiés.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la ville implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit...
9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Juris food Le prochain déjeuner Juris food aura lieu le lundi 4 octobre et accueillera Aïcha Sif, adjointe au maire de Marseille en charge de lʼalimentation durable, de lʼagriculture urbaine, des terres agricoles, des relais nature et des fermes pédagogiques. Sébastien Barles, adjoint au maire en charge de la transition écologique, de la lutte et de l'adaptation au bouleversement climatique et de l’assemblée citoyenne du futur comptera également parmi les invités. Ils expliqueront les politiques de la ville de Marseille en matière d'alimentation durable et de transition écologique. Inscription obligatoire jusqu'au 29 septembre. Le déjeuner sera servi au New Hôtel of Marseille (bd Charles-Livon, 7e, parking du Pharo).Paf : 29 € par personne, payable sur place par CB ou espèces (passe sanitaire obligatoire). Infos au 06 18 03 60 95.

Abonnez-vous à notre newsletter

Shabbat dinners rend hommage à la pleine diversité de la cuisine juive. Ce livre propose un voyage initiatique, spirituel et gourmand, à vocation universelle : faire revivre aux uns les émotions et saveurs des souvenirs de shabbat de l’enfance, apporter un souffle neuf dans les repas du vendredi soir ; inviter les curieux à découvrir la richesse de ces spécialités et adopter ce rituel synonyme de pause, de temps pour soi et les siens. Vanessa Zibi et Leslie Gogois ont tissé un répertoire culinaire authentique de plus de 90 recettes de famille, d’amis, de chefs. Des recettes iconiques séfarades et ashkénazes, mais aussi des plats plus modernes, inspirés du courant israélien, dont certains ont été pensés pour les enfants. Des recettes de shabbat pour les fêtes du calendrier juif (Pessah, Rosh Hashana, Pourim…), et des pas à pas pour réaliser les indispensables hallots (pains tressés). Shabbat dinners, 324 pages, La Martinière Ed., 39 €