Vins rosés, vins d'été

Le château Sainte-Marguerite présente son rosé 2016 “Fantastique”

château Sainte-Marguerite
On cultive la vigne depuis l’Antiquité sur cette terre littorale que viennent joliment ponctuer quelques palmiers. Le château Sainte-Marguerite a été créé en 1929 par André Chevillon, le domaine ne représentait alors qu’onze hectares. Les années sont passées, émaillées par quelques moments forts à l’instar de 1995, date de l’entrée dans la famille des crus classés, 18 ans après l’arrivée des actuels propriétaires, Brigitte et Jean-Pierre Fayard. Sous leur impulsion, le domaine a “légèrement” grandi pour couvrir désormais 102 hectares. Une famille et un souci : le respect de l’environnement. Les traitements chimiques sont bannis et la certification Ecocert a logiquement suivi. Ce rosé 2016, sous appellation côtes de provence-la londe a été enregistré à la Vegan Society (lire ci-dessous). Il est issu d’un assemblage de grenache et cinsault (des vignes datant pour la plupart de 1936).
Sa robe très claire, limpide et brillante en fera l’hôte des tables féminines et festives de la côte. Son nez fin de fleurs blanches (cerisier) laisse deviner ensuite quelques notes fugaces d’agrumes (pamplemousse). La bouche est délicate, avec une légère tension et une longue finale persistante. Servi à 8°C, ce vin rosé typique de la Provence accompagnera les déjeuners gastronomiques servis en bord de piscine ou de plage : rougets, daurades grillées, tomates confites au soleil, risotto généreusement arrosés de parmesan, homards, langoustes au gril…
Seules 13 000 bouteilles seront commercialisées cette année ce qui en fait un vin rare.

Château Sainte-Marguerite, 303, chemin du Haut-Pansard, 83250 La Londe-Les Maures ; infos au 04 94 00 44 44.
Cuvée Fantastique, rosé 2016, 24,50 € chez les cavistes.

[Les vins vegan arrivent sur le marché]

Oui, oui, c’est très sérieux ; bien que le vin soit issu de jus de raisin, il n’est pas forcément végétarien puisqu’on utilise des produits issus d’animaux lors de la vinification. L’opération de collage, visant à clarifier le vin, se fait à partir de gélatine de cochon ou de bovins pour les vins rouge, de caséine (protéine de lait) pour le vin blanc, de blanc d’oeuf pour assouplir les rouges tanniques ou de colle de poisson (issue de la peau ou du cartilage) pour les blancs et les rouges… Pour être certifié vegan, un vin doit garantir, par exemple, des agents de collage sans produits animaux comme la bentonite (argile).

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

En bref

Le grand marché de la friche sera poulpesque A chaque nouvelle saison, les grands marchés mettent en vedette un produit et le lundi 7 octobre, pour la session d’automne, le poulpe fera l’objet de toutes les attentions. Ce soir-là, 40 producteurs de la région seront présents (fruits et légumes d’automne, des fromagers, viande de volaille et de bœuf, du vin et du pain, des épices et des infusions, des herbes aromatiques ainsi que du poulpe frais, séché, fumé, en conserve…)
En cuisine, Philippe Ivanez (Les Jnoun Factory / Gargantuart) cuisinier, artiste, plasticien et photographe fera chanter les supions, encornets, seiches sur sa plancha accompagnés de panisses frites nappées de black (encre de seiche, wasabi) ou orange mayo (paprika basque fumé). La brigade des grandes Tables préparera une marmite de daube de poulpe, pour rassasier les plus affamés. Au four à bois, une pizza de la mer. Au micro de Pierre Psaltis (Le Grand Pastis) et Jonah Senouillet (Radio Grenouille), on examinera le poulpe avec passion aux côtés d’invités et experts qui se succéderont à table de 18h à 20h. De 20h15 à 21h30, place au solo poulpesque et psychédélique de LpLpo, créature énigmatique qui se nourrit de courant électrique et de sons cabalistiques. Sans oublier la plongée sous-marine et lunaire avec les photos de Denis Cartet. Toutes les infos ici.

Abonnez-vous à notre newsletter