Vins rosés, vins d'été

Le château des Bertrands, cuvée Elégance 2016, une gorgée de nature rosée

château des BertrandsLe château des Bertrands est une perle du vignoble provençal à l’abri de la chaîne des Maures. Ce domaine est résolument tourné vers la nature sauvage au sein d’un périmètre protégé Natura 2000. De par les couleurs orangées du ciel au soleil couchant et les pins parasol qui ponctuent le paysage, le vignoble évoque une Provence éternelle et fragile. La cave du domaine accueille tous les jours les touristes et leur fait découvrir les vins du terroir. Tout au long de l’année, des balades découvertes du vignoble sont proposées. Accompagnés d’un guide, les amoureux de la nature partent alors à pied ou à cheval, à la découverte des sentiers pittoresques où cohabitent de nombreuses essences méditerranéennes. Le domaine bénéficie d’un climat continental avec des étés chauds, un ensoleillement intense et un vent d’est dominant. L’année 2016 a été marquée par de faibles précipitations de la floraison à la véraison. Les vendanges nocturnes se sont déroulées du 3 au 22 septembre pour préserver toute la fraîcheur des grains. Ce rosé est le résultat d’un assemblage cinsault (60%) et grenache. Pour satisfaire à la mode, la robe de ce vin est pâle et claire avec des tons légèrement saumonés, très lumineuse. Le nez est frais et vif avec des notes des fruits à noyau et de fruits exotiques. L’attaque est franche, directe, légèrement saline, caractéristique du cinsault produit sur ce terroir. On retrouve en bouche les fruits à chair blanche, tendres, une pointe de fruits exotiques (litchi, goyave). La finale est longue et particulièrement suave. Servi à 8-10°C, ce vin rosé accompagnera des rougets de roche grillés, une tarte aux légumes provençaux (aubergines, tomates et courgettes), une salade d’artichauts copeaux de parmesan ou encore un chèvre frais du 15155village proche de Taradeau sur quelques tranches de pain de campagne frais.

Château des Bertrands, route de la Garde-Freinet, 83340 Le Cannet-des-Maures ; infos au 04 94 99 79 00.
Elégance Rosé 2016 chez les cavistes et sur le site www.lesvignoblesdeberne.com, 13,50 € les 75 cl. 

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.