Vins rosés, vins d'été

Le clos Saint-Michel sort des sentiers battus avec son Tendance caladoc

clos Saint-MichelC’est une bouteille et un domaine dont on avait, déjà en 2016, vanté les charmes du rosé 2015. Cette année encore, Olivier et Franck Mousset récidivent avec un millésime 2016 très réussi, sobrement baptisé « Tendance caladoc ». Le caladoc est le fruit du mariage de deux cépages : le grenache et le malbec ; vinifié en rosé, il offre des vins fins et équilibrés, tout ce qu’on recherche pour égayer les tablées estivales. Depuis quatre générations sur les terres du clos Saint-Michel, les deux frères tirent le meilleur parti du sol couvert de galets typique de l’appellation châteauneuf-du-pape. Le jour, les galets emmagasinent la chaleur et la restituent, la nuit tombée, limitant ainsi les amplitudes thermiques jour/nuit et influant sur les vignes. Rendements limités pour une meilleure concentration des jus, ils appliquent à la lettre le cahier des charges de l’AOC née en 1937…
Ce millésime 2016 présente une robe rose clair « tirant sur le marbre rose » comme le dit un dégustateur pointu de la région. Avec un nez frais de framboise et de fraise des bois, il est tout en délicatesse sur ses notes finales de rose. L’attaque est franche, là encore, on y retrouve la framboise décidément très présente qui évolue en finale longue sur des agrumes et une pointe d’acidité réveillant les appétits. Ce vins sera idéal avec une assiette de crudités dont on aura pris soin de ne pas les vinaigrer, un tartare de poisson, des ceviche, une daurade cuite au sel, des viandes blanches au barbecue et des grillades (côtelettes d’agneau aux herbes de Provence).

Clos Saint-Michel, 2505, route de Châteauneuf-du-Pape, 84700 Sorgues; infos au 04 90 835 605.
Tendance caladoc, rosé 2016, 13 la bouteille de 75cl, chez les cavistes et au domaine.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.