Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Magazine

Restaurants, déco, produits… Les bonnes adresses de Claire et Julien Drouot

julien claire drouotDans deux mois, Julien Drouot soufflera ses 37 bougies. De Pernes-les-Fontaines, dans le Vaucluse, à Saint-Rémy-de-Provence, dans les Alpilles, Julien et son épouse Claire essaiment des restaurants hors des sentiers battus, de bon goût, pas tapageurs pour deux sous et toujours dans l’air du temps. « On s’est installé dans le Vaucluse en mars 2010, raconte le chef. Nous avons déménagé pour Saint-Rémy quatre ans plus tard, pour y ouvrir ce restaurant à notre image ». Lieu de partage où la déco et les voyages racontent les passions du couple, cette Maison Drouot cultive la décontraction et met en valeur les produits de la région : « Des Saint-Rémois bien sûr mais aussi des touristes et les habitants des résidences secondaires viennent chez nous » poursuit Claire Drouot, en charge de la pâtisserie. Formé à l’école hôtelière de Digne parce natif d’Embrun, Julien Drouot « allège les recettes » et puise dans les produits du marché l’inspiration de ses menus. Admiratif du travail de Christophe Dufau (les Bacchanales, à Vence), Julien Drouot a pour livre de chevet un des derniers best-sellers des éditions Marabout : « Bistronomie, le renouveau de la cuisine française ». Fana du grand Mix, c’est en écoutant Radio Nova qu’il nous livre ses trois bonnes adresses…
Maison Drouot, 150, route de Maillane, 13210 Saint-Rémy-de-Provence ; résas au 04 90 15 47 42.
Menus déjeuner 25 et 28 €. Menus dîner, 47 et 57 €.

Un resto. « Le Palégrié, restaurant de l’hôtel du Golf à Corrençon-en-Vercors. On a fait la connaissance de Guillaume Monjuré par l’intermédiaire de Pascal Alonso ; on est allé manger chez lui et j’adore son travail. Sa carte des vins et sa cuisine sont super, c’est plus radical que ce que je fais et il y a moins de concessions dans sa cuisine que dans la mienne ».
Restaurant Palégrié, hôtel du Golf, Les Ritons, 38250 Corrençon-en-Vercors ; réservations au 04 76 95 84 84

Un objet déco. « Je recommande le travail de Franck Dorat, c’est un artiste-sculpteur qui travaille sur le fil de fer. Il a son atelier de sculptures à Pernes-les-Fontaines. Initialement, on l’a connu avec son épouse Marthe comme clients et ils sont devenus des amis. Marthe vit entre Provence et Japon, ce couple est formidable ».
Les créations de Franck, ici

Un producteur. « Mon poissonnier s’appelle Olivier Maureau et il tient boutique à Saint-Etienne-du-Grès. Son petit magasin est spécialisé en poissons de Méditerranée ; Olivier est truculent il ressemble à Raimu, c’est un provençal et son caractère… Il est énorme avec toujours de magnifiques produits qu’il va chercher jusqu’à la criée du Grau-du-Roi… C’est un plaisir de travailler avec ».