Magazine

Nos meilleures adresses pour les amateurs de (bon) café et l’expo « Café in » annoncée au Mucem

cafe in mucemPréparez les tasses et sortez les filtres, le Mucem prépare une expo 100% robusta ! Du 26 octobre 2016 au 23 janvier 2017, l’exposition Café in présentera plus de 300 oeuvres d’art, photographies, objets, gravures, dessins, ouvrages rares, correspondances, archives audiovisuelles et textes inédits pour nous raconter l’histoire du café dans le monde. Les vertus de cette boisson, d’abord médicinale, puis dégustative et conviviale, l’ont finalement emporté sur toutes formes de procès, en particulier religieux. En quelques siècles, le café est devenu une gigantesque économie et « l’institution la plus solide de France » comme se plaisait à le raconter l’écrivain Léon-Paul Fargue.

  • On boit plus de 2 milliards de tasses de café chaque jour dans le monde.
  • Il existe 25 millions d’exploitations de café dans le monde.
  • 120 millions de personnes vivent du café dans le monde.
  • La consommation mondiale de café augmente de 2,5 % par an depuis 2011.
  • En 1960 : 600 000 bistrots servaient des cafés en France, ils étaient 35 000 seulement l’an dernier.

De la baie à la tasse, c’est l’histoire, la géographie, l’économie, l’environnement, la consommation, la publicité et l’esthétique du café qui se mêlent et s’emmêlent dans un vaste et même univers. C’est ce qu’entend montrer l’exposition qui ambitionne de transformer le visiteur/consommateur de café en spectateur éclairé d’une histoire qu’il soupçonnait peu et dont il vient de comprendre qu’elle lui est familière. L’expo Café In s’articulera en cinq séquences qui restitueront l’univers du café : une légende de l’humanité, une histoire de cités, une question de qualité, une logique de marché et une affaire de convivialité.
L’ouverture de l’exposition sera célébrée par un grand week-end festif les 28, 29 et 30 octobre avec une course de garçons de café, la visite portes ouvertes de l’exposition, la première « Université populaire du café », du cinéma au Mucem, et une création culinaire caféinée par un chef cuisinier, une lecture et un débat à la Friche la Belle-de-Mai. Pendant la durée de l’exposition, le public sera invité à découvrir une programmation de nombreux événements culturels au Mucem et dans la ville : l’Université populaire du café au musée et dans 10 cafés marseillais, un café chantant, une grande installation photographique sur le quai du Port et dans les cafés partenaires, des créations culinaires Café Off chez des commerçants de Marseille Centre et chez des restaurateurs de Tables 13, une exposition au palais de la Bourse (CCIMP), des activités pour les enfants et en famille au Mucem.

Exposition Café In, du 26 octobre 2016 au 23 janvier 2017, au Mucem J4, niveau 2 (1 150 m2).

Et en attendant, un bon café, on le boit où ?
Etablir un hit-parade des 3 meilleures adresses pour boire un petit noir est idiot tant la subjectivité des goûts dressera des classements aussi différents que le caractère des consommateurs. En revanche, proposer des adresses où l’on sert des cafés de qualité est un défi que nous voulons bien relever. Et vous, êtes-vous d’accord avec nos suggestions ? N’hésitez pas à réagir !

  1. Yohan Fisel a fondé le Coogee avec une certitude : il faut du temps pour préparer un bon expresso. Qui pourrait lui donner tort ? cliquer ici
  2. Depuis 1965, les Luciani défendent une vision de la qualité qui se résume en quelques mots : « la cuisson lente », un monument. cliquer ici
  3. A Arles, les cafés de la Major nous initient à l’art des mélanges arabica-robusta. Fabrice Mariotte, le patron, est un type génial. cliquer ici
  4. A Aix, courez chez Mana Espresso. Cafés filtres, expressos, à emporter, à déguster sur place. Un coup de coeur que doit connaître tout amateur. cliquer ici

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter