Magazine

Affaire Charial-Wahid : la séparation est totale

wahid freres
Sylvestre Wahid (à gauche, chef cuisinier) et son frère Jonathan Wahid (chef pâtissier), ont quitté Baumanière

Il le dit tout de go : « Je ne me sens pas abattu, au contraire, je me suis libéré ». Ces derniers jours, au terme de plusieurs semaines qu’il dit avoir été « éprouvantes », Jean-André Charial, le propriétaire de l’Oustau de Baumanière (les Baux-de-Provence), a donné définitivement congé à son cuisinier Sylvestre Wahid. « Monsieur Wahid avait dans son contrat une clause d’exclusivité qu’il n’a pas respectée, confesse Charial. Il était donc normal que, renonçant à ses engagements, il parte ». Et Jean-André charial d’évoquer « une confiance trahie » et une certaine déception « car la confiance est cassée, en dépit de toutes les qualités de Sylvestre Wahid, il ne pouvait plus rester à Baumanière ».
Mais que s’est-il donc passé entre les deux hommes ? Charial refuse d’en dire plus : « Une procédure est en cours, je ne veux rien dire, il faut respecter la procédure ». Et voilà la discussion close.
Dans un commentaire laché cette semaine, le site d’information gastronomique atabula.com parle d’un repas servi à Cannes en mai dernier, de toute évidence lors du festival. Que s’y est-il passé ? Par ailleurs, une source proche des deux hommes, nous apprend que Sylvestre Wahid aurait demandé à rester travailler jusqu’en octobre prochain ce que Charial aurait refusé. « Concurrence déloyale », « trahison »… les gens parlent beaucoup dans les rues de Maussane. C’est fou ce que les gens aiment raconter dans ces petits villages de Provence.

lire également nos informations publiées mercredi 18 juin

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.