Magazine

Le Mess, le nouvel avant poste d’Alexandre Mazzia

Alexandre MazziaC’est une perspective qui pourrait vous plaire : ne plus avoir les pieds sur terre le temps d’un repas. Une idée qui va se concrétiser d’ici la fin du mois avec le Mess, le nouveau restaurant signé Alexandre Mazzia. Ce lieu de restauration, comptant une cinquantaine de couverts, sera situé sur le Razzle, un bateau phare fraîchement restauré qui fera office d’espace de clubbing, d’exposition et de concert sur l’eau. « On a l’opportunité de s’installer au sein même d’un lieu vivant. Les visiteurs pourront découvrir une exposition sur le bateau, puis s’arrêter au restaurant et manger avec une vue magnifique sur la mer », explique Alexandre Mazzia, auteur de la carte du Mess.
Pour tenir les commandes en cuisine et gérer l’équipe de 8 cuisiniers du Mess, Mazzia a nommé l’un de ses plus fidèles collaborateurs : Julien Claude avec qui il travaille depuis 8 ans. Il préparera notamment des pommes dauphines géantes, des croquettes de poisson sauce pétrole, des fleurs de courgettes farcies à l’avocat, noix de cajou et crème aigre-douce ou un tartare de presa ibérique. Le tout compris dans des formules pouvant aller 21 à 39 €. Marc Altenburger, pâtissier fidèle d’entre les fidèles de Mazzia depuis 9 ans, sera en charge des pâtisseries. « Ce projet de restaurant nous tenait très à cœur. Il va permettre à mes anciens collaborateurs de continuer leur formation tout en s’amusant à mettre en assiette les produits du quartier, témoigne le chef étoilé de 40 ans, avant d’ajouter : On ne proposera que la pêche du jour, le meilleur pain, les meilleurs légumes des meilleurs producteurs du secteur le tout dans une offre accessible au plus grand nombre. Notre but, c’est de faire découvrir de nouvelles saveurs aux visiteurs ». Les portes du Mess s’ouvriront en même temps que le Razzle d’ici fin juin à l’Estaque, quai de la lave.

Axel Gède / photo DR

AM – Alexandre Mazzia, 9, rue François-Rocca, Marseille 8e arr. ; infos au 04 91 24 83 63. Le Pointe noire, 37, place des Tanneurs à Aix ; 04 42 92 71 35.

Le « Razzle », concept inédit à Marseille

Le Razzle, c’est l’histoire d’un bateau phare construit en 1939 qui vient juste d’être réhabilité. Il était censé amarrer sur les quais de Lyon. L’objectif : transformer ce navire à l’abandon en espace de clubbing, salle d’exposition, bar, restaurant. Mais après 4 ans de travaux et plusieurs désaccords entre la métropole lyonnaise et le groupe de Mona Van Cocto, c’est finalement à Marseille, à l’Estaque, que le club flottant jettera l’ancre. A l’instar du Batofar à Paris, cette structure a multi facettes a notamment pour ambition à devenir the place to be culturelle de Marseille en organisant régulièrement des événements et des soirées où les travaux d’artistes locaux seront promus.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.