Magazine

Food Truck Station, le fait maison beau et bon dans un camion

Food Truck StationUn curieux car rouge attire l’œil lorsque l’on traverse le pôle d’activité Aix-les Milles. Derrière lui, un parking et un petit parc aménagé en terrasse ombragée. C’est le le Food Truck Station. On y trouve tous les jours environ trois camions vendant burgers, plats mexicains, italiens, thaïlandais… Le tout à emporter ou manger sur place. À initiative de ce projet lancé en 2014 : Christophe Odoux et Grégory Goulard de Lacam. « Nous avons créé le Food Truck Station pour plusieurs raisons. D’une part cela offre une sécurité d’emplacement pour tous nos collaborateurs parce que disposer d’un emplacement légal est le principal problème de tout trucker, raconte Grégory Goulard de Lacam. Et d’ajouter : Cela permet également d’offrir aux clients d’avoir une diversité de choix. Les gens viennent en groupe car ils savent qu’ils peuvent manger ensemble sans avoir un seul type de carte. Le premier peut manger une salade, le second un hamburger-frites et le dernier une crêpe bretonne ».

La qualité restaurant, la souplesse et la variété en plus : une formule gagnante. Depuis les premières heures au pôle des Milles en septembre 2014, le Food Truck Station a essaimé ouvrant deux autres espaces à Aix et à Marseille. Les truckers se déplacent d’un site à l’autre dans la semaine de sorte que l’offre diffère chaque jour pour les clients qui viennent se restaurer sur place.

Food Truck Station

Et ces plats, c’est avec des produits frais qu’ils sont préparés avec une antienne pour tous les animateurs du Food Truck Station :  »Fait maison, fait camion ! » Un dicton qui résonne comme une profession de foi auprès des truckers pour qu’ils puissent disposer d’un emplacement dans cet espace de restauration qui accueille pêle-mêle jeunes dirigeants d’entreprises, employés, cadres et salariés dont le temps de la pause déjeuner est très souvent compté. Des ingrédients majoritairement frais, des préparations dans l’instant et surtout pas de plats réchauffés : ici tout est préparé le matin même pour le déjeuner.

Depuis novembre 2016, Alberto et Marie-Ange de Lou Pâtois ont rejoint l’équipe du Food Truck Station : « Aujourd’hui on ne pourrait pas vivre sans cette plateforme. Nous n’avons pas d’autres emplacement, s’ils n’étaient pas là on ne pourrait tout simplement pas travailler » confesse Marie-Ange tout en préparant une salade. Pour 8€, on a ici des pâtes fraîches fabriquées le matin même dans le truck Lou Pâtois accompagnées par des légumes achetés auprès des maraîchers locaux ainsi qu’une boisson. C’est frais et fondant en bouche, parfait pour supporter les chaudes journées d’été.

Axel Gède / photos A.G.

Du lundi au vendredi midi seulement, angle rues Frédéric-Joliot et Georges-Claude, pôle d’actvité d’Aix-en-Provence-les Milles.
Egalement au p
arc  Cézanne 1, 380, avenue Archimède 13290 Aix-en-Provence et rue Paul-Brutus à Marseille dans le 15e arr.

A lire également : le food-truck vigneron et le food-truck cacao.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter