Vins rosés, vins d'été

Bellet, un château si petit mais qui voit si grand

Bellet est une appellation microscopique de 50 hectares seulement flirtant avec la lisière de la ville de Nice. On y produit du vin en trois couleurs. Coup de coeur du Grand Pastis, les vignes du Château de Bellet s’arriment à 300 mètres d’altitude sur les contreforts des Alpes, dominant la Baie des Anges.
Les 11 hectares du Château de Bellet sont divisés en quelque 60 parcelles étagées en restanques. Si on cultive du vin sur cette terre depuis l’Antiquité, on sait que c’est dans la seconde moitié du XVIIe siècle que le château a été érigé. Depuis janvier 2012, les vignes du Château de Bellet appartiennent à LFP Grands Vignobles de France sous la gestion de La Française REM qui a impulsé une nouvelle dynamique au domaine en rachetant 5 hectares de terres, en construisant un nouveau chai et en aménageant un accueil-dégustation-vente à l’intérieur même de la chapelle construite sur le domaine avec les mêmes pierres que celles du musée océanographique de Monaco.

château de Bellet, rosé 2015

Bellet, un domaine certifié bio

Conduit en agriculture biologique, le vignoble est certifié depuis 2013. Balayé par les vents du large qui lui apportent chaque nuit beaucoup de fraîcheur, il est vendangé à la main et l’enherbement naturel lui garantit une vie organique riche. Ce rosé 100% braquet (le cépage autochtone), présente une robe saumonée soutenue ; son nez intense et complexe révèle des notes fleuries de violette “avec une touche subtile de pivoine” se plaît-on à souligner au domaine. Vin complexe et structuré, il se suffira à lui même servi à l’apéritif à 10°C pour souligner sa finesse aromatique. Vin de gastronomie, il fera merveille avec des petits farcis niçois, une socca, une pissaladière voire un poisson aux saveurs appuyées comme le rouget.

Rosé Château de Bellet 2015, 16 € départ cave. Château de Bellet, 482, chemin de Saquier, 06200 à Nice ;
infos au 04 93 37 81 57.

Photo J. Fotsos

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.