Magazine

Un Bib gourmand pour le Schilling : l’heureux hiver de l’écossais Malcolm Gardner

Les 3 adresses de Malcolm

  1. la pizzeria le Vieux Clocher, rue Caisserie, « parce qu’il y a une bonne ambiance familiale, ils sont super avec les enfants et leurs pizzas sont bonnes »
  2. le Bar Jacques sur la place de Lenche, « on connaît bien le patron et on va y boire le mojito en été lorsqu’il fait bien chaud »
  3. chez Mémé, « c’est devenu un classique mais j’aime bien la cuisine de Jérôme ».

Si on lui avait dit qu’il entrerait aussi joliment dans le guide rouge Michelin, Malcolm Gardner l’aurait-il cru ? Pensait-il, ce matin d’août 2014, alors qu’il ouvrait pour la première fois son restaurant, qu’il décrocherait un Bib gourmand 2 ans et demi plus tard ? Sa poignée de main, vendredi 6 janvier dernier, avec le directeur des guides Michelin venu tout exprès à Marseille, restera dans toutes les mémoires. « Je n’ai fait aucune école hôtelière, ce n’est pas une spécialité de chez nous, s’amuse cet « écossais du nord », natif du petit village de Culbokie. Moi j’ai un bac+5 en histoire médiévale et je me suis mis à la cuisine en travaillant un peu partout pour financer mes études » raconte-t-il. Gardner a ouvert un restaurant de poissons « sauvages et de Méditerranée », parce qu’il estimait qu’il « n’y en a pas tant que ça à Marseille. Moi j’aime bien travailler ce produit ».
Les critiques consacrées au Schilling ont fait venir à lui une clientèle de Marseillais et d’Anglo-Saxons, « c’est bien que les gens s’intéressent à nous, ça nous rend heureux » reconnaît Malcolm Gardner qui revendique une cuisine « française avec une touche nordique ». L’ardoise chaque matin, au gré de la pêche, raconte de nouvelles histoires : en ce moment, la jardinière de loup au lard de colonnata ou la seiche en tempura-écrasée de pommes de rattes à l’encre-gnocchis et céleri s’accompagnent avec beaucoup d’a propos d’un millefeuille ou d’une tarte fine chocorange. Depuis 15 ans en France, Malcolm Gardner et son épouse, écrivent désormais un nouveau chapitre de leur histoire dans laquelle un restaurant tient la vedette.

37, rue Caisserie, Marseille 2e arr. Résas au 04 91 01 81 39.
Menus déjeuner : 15 – 21,50 – 20 – 21,50 et 31 €. Soir : 31 €. Fermé le mardi et mercredi.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.