Magazine

Bibs Gourmands 2017 : la sélection et les commentaires de Michaël Ellis, le patron du guide Michelin

bibs gourmands 2017
Réunis à Marseille vendredi 6 janvier 2017, quelques uns des nouveaux récipiendaires des Bibs Gourmands 2017 tous issus de la région Paca. A gauche, Malcolm Gardner (Marseille) et Christian Dupré (Ménerbes).

Le tour de France de Michaël Ellis, directeur général du Guide Michelin a fait étape à Marseille ce vendredi 6 janvier. Après la Bretagne, la Bourgogne et avant l’Auvergne, Marseille s’est imposée comme étape phare, moment important de l’année pour le guide rouge qui a présenté ses Bibs Gourmands 2017 pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. A Marseille, les heureuses surprises concernent Malcolm Gardner et son épouse (restaurant Schilling), Pierre-Antoine Denis et Stéphanie (restaurant Otto) et Romain du restaurant l’Arôme. Il y a aussi un grand déçu, Frédéric Charlet, du Bistro du Cours, qui perd son Bib gourmand : « C’est une catastrophe qui me terrasse » a-t-il sobrement lâché dès qu’il a appris la nouvelle sur la page Facebook du Grand Pastis.

Les Bibs Gourmands sont attribués par les inspecteurs du guide Michelin à des restaurants proposant « une cuisine soignée à prix modéré ». Ce peuvent être des bistrots, des auberges de village ou des restaurants de quartier qui proposent un repas complet (entrée, plat, dessert) à un excellent rapport qualité/prix soit moins de 32€ en province et 36€ à Paris. Ces Bibs Gourmands sont répertoriés et commentés dans un petit guide des bonnes petites tables françaises. De la cuisine du terroir à la cuisine de bistrot branché, on y trouve des restaurants pour tous les goûts.
 « Les Bibs gourmands ont 20 ans cette année, a lancé en guise de préambule Michaël Ellis. Sur les 4500 restaurants environ de la sélection Michelin, on en dénombre à peu près 600″ a énuméré le chef d’orchestre de toutes les éditions du guide Michelin dans le monde. Pour la seule région Paca on recense 54 Bibs dont 10 nouveaux dans l’édition 2017 : « Les chefs doivent sans cesse se poser la question de ce que veut manger le client et combien il veut payer, a confié Ellis. Nous aimons les adresses qui subliment l’endive ou la pomme de terre, il n’y a pas que le caviar dans la vie ! »

Sur le ton de la confidence, Michaël Ellis, qui a « vécu 11 ans à La Ciotat » et a « gardé des attaches entre Var et Bouches-du-Rhône », tient à redresser les curseurs : « On assimile trop le guide Michelin aux étoiles, les Bibs Gourmands tissent une belle toile dans tout le pays et c’est très important de les valoriser ». Enfin, concernant les rumeurs de ne plus éditer le guide en version papier, le directeur général du guide rouge est catégorique : « Il n’a jamais été question, en France tout au moins, de supprimer le guide papier. D’accord, nous ne sommes pas une activité rentable mais nous avons quand même lancé quatre nouveaux guides cette année. Le guide fait partie intégrante de l’univers Michelin, nous défendons des valeurs d’excellence avec le guide, avec les pneumatiques, c’est un ensemble. Nous faisons partie de l’ADN du groupe Michelin ». Quant à savoir combien d’inspecteurs visitent les restaurants en France, Ellis balaie d’un revers de main : « Il y en a assez pour faire le travail »

Les Bibs gourmands 2017 Michelin en région Provence-Alpes-Côte d’Azur
cliquez sur votre département pour connaître la liste – en ital gras les nouveaux Bibs 2017

Bouches-du-Rhône

Aix-en-Provence / Le Canet : L’Auberge Provençale
Arles : Bistro À Côté
Gémenos : les Arômes
Marseille : L’Arôme (rue des Trois Rois), La Cantinetta (cours Julien), Le Malthazar (rue Fortia), Otto (rue Jean-Mermoz), Schilling (rue Caisserie)
Saint-Chamas : le Rabelais
Saint-Rémy-de-Provence / Maillane : l’Oustalet Maïanen

Vaucluse

Avignon : l’Agape, Italie là-bas
Cairanne : Côteaux et Fourchettes
Châteauneuf-de-Gadagne : la Maison de Celou
Fontaine-de-Vaucluse : Philip
Ménerbes : les Saveurs Gourmandes
Orange : le Mas des Aigras – Table du Verger
Richerenches : O’Rabasse
Sainte-Cécile-les-Vignes : Campagne, Vignes et Gourmandises
Uchaux : Côté Sud
Vaison-la-Romaine : Bistro du’O Vence
Villars : la Table de Pablo

Var

Bandol : L’Espérance
Le Beausset : auberge la Cauquière
Draguignan : brasserie Bertin
Fayence : la Table d’Yves
Fréjus : l’Amandier
Gassin : Bello Visto, la Verdoyante
Hyères : la Colombe
Les Issambres : Chante-MerRayol-Canadel-sur-Mer (83) Le Relais des Maures
Rians : La Roquette
Saint-Raphaël : les Voiles
Sanary-sur-Mer : la P’tite Cour
Toulon : Carré 2 Vigne
Tourtour : la Table

Alpes de Haute Provence

Castellane / La Garde : auberge du Teillon

Hautes-Alpes

Briançon : Au Plaisir Ambré
Laragne-Montéglin : l’Araignée Gourmande

Alpes maritimes

Cannes / Le Cannet : le Bistrot des Anges, le Bistrot Saint-Sauveur
Golfe-Juan / Vallauris : le Café Llorca
Mandelieu / La Napoule : le Bistrot l’Étage
Nice : Au Rendez-vous des Amis, Bar des Oiseaux, Bistrot d’Antoine, Comptoir du Marché, La Merenda, Olive et Artichaut
Le Rouret : le Bistro du Clos
La Turbie : le Café de la Fontaine
Vence : La Farigoule

Pour info le classement 2015 ici et le guide 2016 ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.