Restaurants en Provence

Le café Jeanne, nouvelle adresse tout sourire rue Glandevès

café Jeanne

Le café Jeanne a ouvert ce mardi 15 mars dernier avec Jeanne Langlère à la barre. Un nom qui n’est pas sans rappeler le lien qui unit cette cadette à son grand frère Paul, aux commandes du Sépia, le restaurant du jardin Puget. « J’ai toujours voulu avoir un restaurant, explique cette quadra au sourire attendrissant et à l’énergie débordante. J’adore manger, cuisiner et recevoir, c’était donc normal que je me lance ». Titulaire d’une maîtrise en droit des affaires et d’un 3e cycle en marketing du luxe, Jeanne a bossé huit ans dans l’immobilier. Et puis le temps est venu de vivre de ce qui l’anime et Jeanne a jeté son dévolu sur le très éphémère Go Bistrot de la rue Glandevès. Tout a été refait et Camille, la belle-sœur, s’est chargée de la déco pour nous offrir une adresse soignée, qui colle à l’air du temps et assume les codes du girly bistrot.

Anne en cuisine, alsacienne d’origine, a pensé une carte de concert avec Jeanne. On y compte quatre entrées parmi lesquelles de fines tranches de loup marinées au citron vert-suprêmes de citron herbes fraîches ou un carpaccio de radis anciens-œufs de truite et huile d’olive. Suit un plat véggie, des orecchiette-presto de célerie-asperges et burrata et un cabillaud rafraîchi aux agrumes-fenouil croquant et vinaigrette aux oranges sanguines. On ne peut plus local et saisonnier.

La crème aux premières asperges est servie chaude, assaisonnée à l’équilibre et enrichie d’un œuf mollet et de deux asperges cuisson à l’eau. Le suprême de volaille rôti est généreux et suffit à un bel appétit ; Anne l’accompagne d’un riz noir venere cuit au bouillon de volaille sur lequel elle a disposé un petit tronçon de fenouil confit. Un jus corsé au romarin joue le trait d’union entre les composantes d’une assiette simple et évidente. A l’heure du dessert, les fromages, la salade de fruits et le fondant au chocolat concurrencent une tarte au citron déstructurée, amusant vocable qu’on n’avait plus revu depuis le crépuscule des années 1990…

Alors faut-il y aller ? Dans une rue Glandevès libérée du trafic auto, la belle terrasse est un atout à ne pas négliger. Le service amical et souriant de Jeanne et la carte aux intitulés clairs, distillent un sentiment de transparence et de lisibilité rassurants. Les produits sont choisis et le service rapide. Une option si vous passez dans le coin.

Le Café Jeanne, 23, rue Glandevès, Marseille 1er ; infos au 06 31 00 17 81. Carte 34 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler.
Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone,
83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.