Magazine

Le Café Régal forme les handicapés aux métiers de la restauration

Café RégalPlus qu’une table du midi, le Café Régal est un exemple ; un établissement qui a fait de l’insertion professionnelle des handicapés son cheval de bataille. Derrière le comptoir, Hervé, 44 ans, chef cuisinier. Devant le comptoir, en salle, Virginie, 29 ans, qui a longtemps travaillé sur les questions d’accessibilité dans le tourisme. Le duo partage un point commun : la lutte contre les préjugés visant le handicap physique, mental, visuel ou auditif. “Dès qu’on parle handicap, les gens sombrent vite dans le pathos. Ils voient les limites alors que nous, on évoque les possibilités”, assène la jeune femme.
Le Café Régal est une adresse comme les autres qui, depuis son ouverture début septembre 2019, a donné du travail à 5 stagiaires. Et “dès le début 2020, on va passer à la vitesse supérieure en embauchant des apprentis” se réjouit Hervé. Le duo est formel : – Le handicap est parfois invisible, ce n’est pas que le fauteuil roulant. Nous avons choisi d’installer notre restaurant d’insertion de travailleurs handicapés dans un quartier de travailleurs, c’est tout un symbole”.

Qualité et prix au menu
Et la formule a du succès : chaque jour, de 35 à 45 personnes se pressent ici pour le déjeuner. Des tarifs imbattables et des produits de qualité, voilà l’autre secret de la réussite du Café Régal. Crème Dubarry, gardianne de taureau, duo de poissons, chili con carne, pilaf épicé, tarte de clémentines, brownie et autre far breton ont la cote ! “Nous nous efforçons de mentionner toutes les provenances comme le boeuf de Tarascon, le taureau de Camargue ou les fromages du Champsaur. On sélectionne des produits issus de l’agriculture raisonnée et bio, c’est notre ligne de conduite” insiste Hervé.

“Travailler avec un handicapé ou un valide, c’est à peu près la même chose, prévient Virginie. Il n’y a pas plus d’absentéisme, il suffit de s’adapter aux difficultés des handicapés qu’on accueille. En quatre mois, nous sommes parvenus à l’équilibre et beaucoup de nos habitués sont devenus des ambassadeurs de l’esprit maison” sourit-elle. Le Café Régal ne touche aucune subvention, c’est une entreprise privée qui ne vit que de ses clients ; le café permet à des gens placés en Esat (Etablissement et service d’aide par le travail) de tester leur aptitude à bosser en milieu traditionnel. “Nous offrons un apprentissage adapté de 3 ans pour obtenir un CAP en restauration, principalement un CAP de commis de cuisine, de serveur ou d’employé polyvalent de restauration” argumente Virginie pour qui l’exemple vaut tous les discours. Handicapés et valides sur un pied d’égalité ? Le Café Régal montre la voie.

Café Régal, 56, rue de Forbin, Marseille 2e arr. Infos au 09 72 96 71 28. De 8h à 17h30. Formules déjeuner 10,90 et 13,90. Sandwich : 9,90 €.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter