Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Région

L’union des œnologues de France vient de dévoiler le palmaréès des 41e Vinalies qui se sont tenues à Dijon à la fin du mois de mars. 46 dégustateurs ont goûté 1827 vins ; 505 bouteilles ont été primées dont 202 blancs, 188 rouges et 110 rosés. La palme « Rhône-Provence-Corse » a été attribuée à la cuvée des Vignerons du Luc, Côtes de Provence « Notre Dame des Anges », Baleti Manifi, Rosé, 2023 (avec 97/100 points). Le palmarès Provence se compose de 98 médailles (17 grand or, 45 or et 36 argent).

Marseille

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.
Juan Pulgarin… le come back. Le plus célèbre colombien de la ville reviendra d’ici le mois de mai rue d’Aubagne pour nous y régaler des spécialités qui ont bâti sa réputation.

Une bière à la navette. Ils étaient tous là, jeudi 4 avril au soir, sur la place de Lenche, à goûter et célébrer cette nouvelle bière de la brasserie la Minotte. Une bière blanche aux accents marseillais, aux parfums des navettes des Accoules ! Bien sûr, José Orsoni dit-Jo Navettes, et ses enfants, Marie-Julie et Clément étaient de la fête, pas peu fiers de cette création à laquelle ils ont participé (surtout Clément)… Une bière ultra fraîche, très peu amère qui a nécessité 20 kg de biscuits par brassin et quelque 2 mois de fermentation. A découvrir à la Descente des Accoules (le caviste du 4, rue de l’Evêché, 2e), au Café du théâtre (12, place de Lenche, 2e) et dans tout le réseau des revendeurs des bières La Minotte.
• Infos au 04 91 90 99 42

Suis-nous sur les réseaux

Magazine

Le Café Régal forme les handicapés aux métiers de la restauration

Café RégalPlus qu’une table du midi, le Café Régal est un exemple ; un établissement qui a fait de l’insertion professionnelle des handicapés son cheval de bataille. Derrière le comptoir, Hervé, 44 ans, chef cuisinier. Devant le comptoir, en salle, Virginie, 29 ans, qui a longtemps travaillé sur les questions d’accessibilité dans le tourisme. Le duo partage un point commun : la lutte contre les préjugés visant le handicap physique, mental, visuel ou auditif. « Dès qu’on parle handicap, les gens sombrent vite dans le pathos. Ils voient les limites alors que nous, on évoque les possibilités », assène la jeune femme.
Le Café Régal est une adresse comme les autres qui, depuis son ouverture début septembre 2019, a donné du travail à 5 stagiaires. Et « dès le début 2020, on va passer à la vitesse supérieure en embauchant des apprentis » se réjouit Hervé. Le duo est formel : – Le handicap est parfois invisible, ce n’est pas que le fauteuil roulant. Nous avons choisi d’installer notre restaurant d’insertion de travailleurs handicapés dans un quartier de travailleurs, c’est tout un symbole ».

Qualité et prix au menu
Et la formule a du succès : chaque jour, de 35 à 45 personnes se pressent ici pour le déjeuner. Des tarifs imbattables et des produits de qualité, voilà l’autre secret de la réussite du Café Régal. Crème Dubarry, gardianne de taureau, duo de poissons, chili con carne, pilaf épicé, tarte de clémentines, brownie et autre far breton ont la cote ! « Nous nous efforçons de mentionner toutes les provenances comme le boeuf de Tarascon, le taureau de Camargue ou les fromages du Champsaur. On sélectionne des produits issus de l’agriculture raisonnée et bio, c’est notre ligne de conduite » insiste Hervé.

« Travailler avec un handicapé ou un valide, c’est à peu près la même chose, prévient Virginie. Il n’y a pas plus d’absentéisme, il suffit de s’adapter aux difficultés des handicapés qu’on accueille. En quatre mois, nous sommes parvenus à l’équilibre et beaucoup de nos habitués sont devenus des ambassadeurs de l’esprit maison » sourit-elle. Le Café Régal ne touche aucune subvention, c’est une entreprise privée qui ne vit que de ses clients ; le café permet à des gens placés en Esat (Etablissement et service d’aide par le travail) de tester leur aptitude à bosser en milieu traditionnel. « Nous offrons un apprentissage adapté de 3 ans pour obtenir un CAP en restauration, principalement un CAP de commis de cuisine, de serveur ou d’employé polyvalent de restauration » argumente Virginie pour qui l’exemple vaut tous les discours. Handicapés et valides sur un pied d’égalité ? Le Café Régal montre la voie.

Café Régal, 56, rue de Forbin, Marseille 2e arr. Infos au 09 72 96 71 28. De 8h à 17h30. Formules déjeuner 10,90 et 13,90. Sandwich : 9,90 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.