Art de vivre

Dîner Sans Fourchette : c’est bien meilleur avec les doigts !

Sans FourchetteManger avec les doigts ? Et pourquoi pas ! Au restaurant c’est encore mieux et ça pourrait même devenir un geste de solidarité… “Le concept de Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de handicaps invisibles, explique Fabienne Verdureau. Ce sont des personnes qui sont victimes de troubles de la mémoire, des personnes victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson” énumère cette orthophoniste et neuro-psychologue.
Concrètement, dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Un réflexe naturel, très banal pour de nombreux peuples de la planète, mais oublié sous nos latitudes occidentales. “Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie” s’émeut Fabienne Verdureau. “Alors, s’ils ont du mal à utiliser leurs couverts, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux”.

A ce jour, l’association porte la bonne parole dans les écoles hôtelières et sensibilise leurs élèves aux affres des maladies neuro-évolutives : Mémoire et Santé est allé porter la bonne parole dans les écoles hôtelières de Bonneveine, La Ciotat, de Blois, Tarbes, Montpellier et Paris. “Pour les cuisiniers, les défis sont multiples car ils doivent imaginer des bouchées savoureuses, élaborées avec de bons ingrédients et offrant une texture adaptée”, prévient Fabienne Verdureau, par ailleurs chef de projet au sein de l’association. De fait, les textures friables sont proscrites, l’idéal étant de proposer des cubes ou des cônes, faciles à appréhender avec les doigts.

Le 20e dîner Sans fourchette vient d’être servi au lycée hôtelier de Bonneveine à Marseille, le prochain sera proposé à La Ciotat et affiche déjà complet. “Nous gardons un merveilleux souvenir du 18e dîner servi au château de la Pioline, se remémore Fabienne Verdureau. Pas moins de trois chefs étoilés parmi lesquels Pierre Reboul, Jérôme Faure et Mickaël Féval l’avaient organisé avec le précieux soutien de Richard Lepage… Ce fut un grand succès”. Preuve s’il en est que la gastronomie est aussi délicieuse savourée Sans Fourchette.

Association Mémoire et Santé, 58, bd Notre-Dame, Marseille 6e arr. Infos au 04 91 33 69 73.
Visite du site en cliquant ici.

Vite lu

Marianne Planchais, Sophie Planchais, Loïc Ginet et Thomas Niesor ont imaginé un jeu de société d’ambiance, culturel et stratégique dans l’univers de la pâtisserie. Cette entreprise familiale, basée à Aix-en-Pce, a opté pour l’auto-édition et une fabrication 100% bleu-blanc-rouge. Les joueurs incarnent des pâtissiers formés en France qui s’installent à l’étranger. Leur objectif : faire partie de la crème de la crème des pâtissiers en  confectionnant, avec leurs cartes, des pâtisseries traditionnelles. Le jeu compte 400 questions sur le thème de la pâtisserie dont 100 dédiées aux enfants. babaOrum s’adresse aux amateurs de jeux de société, aux passionnés de pâtisserie, à tous ! Déjà près de 200 jeux ont été pré-commandés sur la plateforme Ulule. Si l’objectif de 300 pré-commandes est atteint, les jeux seront produits en novembre et livrés en décembre. Tous sur Ulule pour précommander le jeu, il est super !

Pizzette l'Isle sur la Sorgue Pizzette et craquante Une adresse pour les sorties entre ados et pour les parents qui veulent faire plaisir à leurs ados. Ici, on accompagne cocktails, vins et bières à l’apéro d’une ribambelle de pizzas à dévorer en égoïste ou à partager. Un apéro très cool avant d’aller au resto ensuite. Les pâtes sont ultra-fines, craquantes et si légères qu’on pourrait en dévorer des dizaines. A tester : la camembert et jambon cru,  la chèvre-miel ou la margherita…
• 19, ave des 4 Otages à l’Isle-sur-la-Sorgue (04 90 95 56 34) et 24, bd Victor-Hugo à Saint-Rémy-de-Provence (04 90 95 80 31)