Art de vivre

Dîner Sans Fourchette : c’est bien meilleur avec les doigts !

Sans FourchetteManger avec les doigts ? Et pourquoi pas ! Au restaurant c’est encore mieux et ça pourrait même devenir un geste de solidarité… “Le concept de Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de handicaps invisibles, explique Fabienne Verdureau. Ce sont des personnes qui sont victimes de troubles de la mémoire, des personnes victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson” énumère cette orthophoniste et neuro-psychologue.
Concrètement, dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Un réflexe naturel, très banal pour de nombreux peuples de la planète, mais oublié sous nos latitudes occidentales. “Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie” s’émeut Fabienne Verdureau. “Alors, s’ils ont du mal à utiliser leurs couverts, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux”.

A ce jour, l’association porte la bonne parole dans les écoles hôtelières et sensibilise leurs élèves aux affres des maladies neuro-évolutives : Mémoire et Santé est allé porter la bonne parole dans les écoles hôtelières de Bonneveine, La Ciotat, de Blois, Tarbes, Montpellier et Paris. “Pour les cuisiniers, les défis sont multiples car ils doivent imaginer des bouchées savoureuses, élaborées avec de bons ingrédients et offrant une texture adaptée”, prévient Fabienne Verdureau, par ailleurs chef de projet au sein de l’association. De fait, les textures friables sont proscrites, l’idéal étant de proposer des cubes ou des cônes, faciles à appréhender avec les doigts.

Le 20e dîner Sans fourchette vient d’être servi au lycée hôtelier de Bonneveine à Marseille, le prochain sera proposé à La Ciotat et affiche déjà complet. “Nous gardons un merveilleux souvenir du 18e dîner servi au château de la Pioline, se remémore Fabienne Verdureau. Pas moins de trois chefs étoilés parmi lesquels Pierre Reboul, Jérôme Faure et Mickaël Féval l’avaient organisé avec le précieux soutien de Richard Lepage… Ce fut un grand succès”. Preuve s’il en est que la gastronomie est aussi délicieuse savourée Sans Fourchette.

Association Mémoire et Santé, 58, bd Notre-Dame, Marseille 6e arr. Infos au 04 91 33 69 73.
Visite du site en cliquant ici.

Vite lu

Une bouillabaisse marseillaise chez un fromager aixois Si vous habitez Aix, plus besoin de venir à Marseille pour y déguster le plat emblématique. Vous avez désormais la possibilité de commander une bouillabaisse chez le fromager Benoît Lemarié (55, rue d’Italie à Aix) et il suffit de venir la récupérer le lendemain… Cuisinée avec beaucoup de talent par Gilles Carmignani, restaurateur marseillais (la Table de l’Olivier, 56, rue Mazenod, Marseille 2e arr.), la bouillabaisse est cuisinée le jour même, signe ultime de fraîcheur et de qualité. Prix : 46 € par personne. Infos au 04 42 66 50 06.

La cuisine d’été de Sophie, de Sophie Dudemaine sortira en librairies le 2 mai. Voici l’été, ses barbecues, ses salades colorées… Que l’on se retrouve autour du gril ou d’une simple tablée quotidienne, les mois estivaux sont toujours la promesse de douces saveurs grillées, fraîches et vitaminées. “Apéro, grillades, tartes, salades, desserts… les légumes et fruits d’été côtoient les viandes et crustacés, pour offrir à chacun la joie de bien manger, tout simplement. Je vous ai préparé 90 recettes salées et sucrées, délicieusement ensoleillées” promet Sophie qui cite le rôti de bœuf en croûte de moutarde, les saint-jacques à la plancha et la salade de pastèque. Photos de Rina Nurra, 224 pages, La Martinière Ed., tarif : 24,90 €.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter