Magazine

Caromb fait déguster sa figue

figue ojkLa Confrérie de la figue longue noire et la mairie du petit village de Caromb, comme tous les ans, mettent ce fruit à l’honneur lors d’une journée dédiée le 14 juillet prochain. L’arrivée de l’été lance le début de la production de figues et des fêtes rurales dans le Vaucluse. La fête de la Figue de Caromb, comme celle de la fraise à Velleron ou celle de la Cerise à Venasque contribuent à la préservation et à la reconnaissance de ces fruits emblématiques. A Caromb, donc, la dégustation des figues s’accompagnera comme chaque année d’ateliers du goût animés par les cuisiniers Disciples d’Escoffier, un marché aux produits de terroir et la découverte de recettes savoureuses (des chaussons aux figues et chèvre affiné, des pigeons rôtis aux figues ou des confitures de figues aux noix pilées)…

Figue Longue de Caromb OKLa figue longue noire de Caromb revient de loin car cette variété de figue, fragile et demandant beaucoup de main d’oeuvre,  tombait peu à peu dans l’oubli. Un sursaut salvateur des producteurs a permis de perpétuer le savoir-faire ancestral et de contribuer à son renouveau. « Les consommateurs sont attirés par les aspects diététique de la figue qui se démarque des autres fruits de saison notamment en cuisine. Il s’agit d’un fruit d’avenir  » assure Isabelle Chazelle, productrice bio de figue longue noire de Carombo. On compte chaque année deux récoltes en juillet et en août et 2 tonnes de figues sont consommées le seul jour de la fête de la figue. Tous les ans, le Vaucluse produit 40 tonnes de figues longues noires de Caromb (contre 100 tonnes produites chaque année dans le sud de la France).

Le 14 juillet 2015, village de Caromb dans le Vaucluse,
début des festivités vers 10 heures.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom (présents déjà à Paris, les Emirats, Londres, la Savoie , Rio et New York) signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Ramatuelle

Raclette à Pampelonne. Fondée par la famille Manificat dans les années 70, L’Orangerie compte parmi les historiques de la plage de Pampelonne. Ce restaurant de plage est l’un des seuls de la baie à accueillir ses clients toute l’année, 7 jours sur 7. Pour cet hiver, le chef Daniele Negrini a eu l’idée de proposer une raclette… original face à la mer ! Côté tarif, ça reste raisonnable : 35 € par personne, pour deux convives minimum.
L’Orangerie,
962, chemin des Tamaris, 83350 Ramatuelle ; infos au 04 94 79 84 74.

 

Suis-nous sur les réseaux