Vins rosés, vins d'été

C’est rosé et ça pétille : le Rivarose, une curiosité toute provençale

Rivarose BrutEn bord de mer, à l’ombre des pins, le Grand Pastis vous propose une rareté sudiste : un rosé effervescent sur une base de syrah-grenache. C’est Rivarose, le plus ancien et le plus important producteur de vins effervescents en Provence qui le commercialise. Créée en 1909 et implantée à Salon-de-Provence depuis 1988, Rivarose fait partie du groupe Veuve Ambal depuis 1998, le leader sur le marché du crémant de Bourgogne. C’est dire si la bulle, ils s’y connaissent ! Pour élaborer cette cuvée, les grains ont été vendangés de nuit, à la fraîche et le pressurage effectué dans la foulée, sans attente. A l’oeil, la teinte rose pâle s’anime de bulles fines et persistantes. Le nez exhale de jolis arômes de petits fruits rouges (fraise et framboise). L’attaque est fraîche, vive, “dynamique” diraient les néophytes. En bouche, les notes d’agrumes et d’épices révèlent le caractère méditerranéen de ce vin à Indication géographique protégée (IGP). On servira cette bouteille aux alentours des 12-13°C à l’apéritif avec des mezzés libanais (type caviar d’aubergine, tabboulé, homos), une salade de tomate à l’huile d’olive parsemée de câpres, des aubergines à la parmesane ou un fritto misto.

Rivarose brut , IGP Méditerranée, 6,40 € les 75 cl ; en grandes surfaces.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.