Magazine

Christophe Négrel est (enfin) de retour !

christophe negrelDepuis une dizaine de jours, Christophe Negrel a retrouvé le sourire et le chemin de sa cuisine. Après de nombreux mois de travaux, sept en tout, le propriétaire du Lauracée a rouvert : « Je suis heureux comme on ne peut l’imaginer, confie-t-il. Je retrouve mes habitués, les clients m’ont tous assuré de leur sympathie ». Si quelques détails doivent encore être fignolés, l’ambiance du Lauracée est toujours aussi chaleureuse, renouant avec le confort bourgeois cher au maître des lieux. Les mêmes merveilles n’ont pas quitté les suggestions revues au fil des semaines : coquilles saint-jacques grillées en salade d’hiver aux truffes noires, foie gras du Pountoun cuit au torchon matelasse de grenades pain blond, cochon du Ventoux et saucisse de Marseille sauge et garniture cocotte au lard paysan jus court… A la carte, un saint-marcellin coulant à la truffe et une madeleine tiède-sorbet bruccio et cédrat confit du Cap de Xavier Calizi devraient achever de vous convaincre. Oui Négrel est là, il est même en pleine forme !

Le Lauracée, 96, rue Grignan, Marseille 1er arr. ;
infos au 04 91 33 63 36.
Menus midi : 19 et 23 €. Formules : 36, 45, 74 et 82 €. 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.