Magazine

Christophe Verdu, le culte de la discrétion

le cirqueLe Cirque compte parmi les adresses “poissonneuses” de Marseille. Bouillabaisse, loups et daurades en croûte, pêche du jour grillée… Si la réputation du restaurant n’est plus à faire, elle s’appuie essentiellement sur la carte, son propriétaire, par ailleurs chef cuisinier, cultive, lui, le sens du secret. Christophe Verdu est comme ça. Un homme qui se plaît loin des projecteurs, des récompenses et distinctions en tout genre. “Je voulais ouvrir un resto à la cuisine simple, et préserver une continuité dans la qualité de nos plats. Je ne cours pas après les étoiles, ce n’est pas dans mon cahier des charges” explique-il non sans humour.

Baroudeur dans l’âme, ce Marseillais pure souche profite du moindre temps libre pour voyager : “J’aime bourlinguer depuis tout petit, je suis ailleurs tout le temps !” reconnaît-il. Diplômé de l’école hôtelière de Bonneveine, il a fait notamment son apprentissage dans les brigades du Sofitel aux côtés de Dominique Frérard. A 18 ans, le service militaire le contraint à mettre sa jeune carrière en pause. Il est affecté en tant que cuisinier à bord du porte-avion Clémenceau, où il travaille au mess des officiers. Après des mois passés sur les océans, l’enfant du pays, comme Marius, revient chez lui, à Marseille.

A 20 ans seulement, il ouvre un petit restaurant italien, le Piazza Mare, en plein cœur du quartier de la Joliette : “A l’époque la Joliette n’était pas du tout le quartier animé que l’on connaît maintenant. C’était un accès direct aux ports, avec une multitude de terrain vagues, d’usines et d’entrepôts. En y réfléchissant, je me dis que j’ai été un peu inconscient de monter un resto là-bas !” dit-il en souriant. Après quatre ans d’activité, il vend l’affaire à un certain Patrick Mennucci, une figure politique bien connue des Marseillais. Pour Christophe il était temps de migrer vers d’autres contrées. Il part s’établir quelques années en Amérique du Sud : “Ces voyages m’ont énormément appris, pour chaque pays je revenais avec de nouvelles idées, de nouvelles recettes, de nouvelles saveurs” raconte-t-il. C’est le moment d’ouvrir le Cirque, il y a un peu plus de 10 ans déjà. La clé de son succès ? Des plats de qualité, qui rendent honneur aux produits. Des plats qui se suffisent à eux-mêmes comme ces spaghettis au homard : “J’essaie de bien faire ce que je fais de mieux. Des recettes simples et savoureuses”. Christophe Verdu garde toujours le même mode de vie. Travail sept jours sur sept, et puis tous les deux mois il prend le premier vol pour une nouvelle destination : “Pour réussir dans ce métier, il faut avoir un certain équilibre de vie”. mais pourquoi christophe Verdu est-il si discret, ne court jamais les mondanités ? “Vous savez dans la vie il ne sert à rien de briller, il faut durer. Telle est ma devise”, jolie forme de sagesse.

Kévin Dachez

Le Cirque, 118 Quai du Port, Marseille 2e arr. ; 04 91 91 08 91.

Vite lu

Saint-Tropez Homer Lobster ouvre en mai sa première adresse à Saint-Tropez. Avec un titre de champion du monde de lobster rolls décroché en 2018 aux  USA et deux adresses à Paris l’enseigne va tenter de séduire le golfe de Saint-Tropez. A goûter : le homard ou crabe de nos côtes, assaisonnement précis et une généreuse brioche artisanale, croustillante mais légère comme un nuage, élaborée spécialement pour Homer Lobster avec la complicité du boulanger Meilleur Ouvrier de France Thierry Racoillet. A tester aussi, des recettes parfaitement cuisinées : l’indétrônable classic, le Connecticut au beurre citronné et assaisonné d’un mélange d’épices secrètes ou la version miso-yuzu très fraîche. Cet été, la marque proposera en exclusivité un étonnant lobster roll et un grilled cheese surmonté de caviar impérial de Sologne de la Maison nordique, au grains brun-noirs et aux notes douces et onctueuses ; un produit d’exception issu de l’esturgeon Baeri et produit en France. Une adresse : 9, quai Jean-Jaurès, 83990 Saint-Tropez.

Sauve ton resto (Bouches-du-Rhône) La tournée de soutien aux restaurants contraints à la fermeture, initiée par le département des Bouches-du-Rhône et la Métropole Aix-Marseille-Provence, fait escale dans votre commune. A Aix-en Provence, place de a Rotonde de 11h à 17h, les 4, 11, 20 et 25 mai. A Port-Saint-Louis-du-Rhône, place Gambetta, de 9h à 12h, le 5 mai. Aux Saintes-Maries-de-la-Mer, sur le parvis de l’hôtel de ville de 9h à 14h30, les 6, 21 et 28 mai. A Gardanne, cours de la République de 10h à 14h, le 7 mai. A Sausset-les-Pins, parking les Girelles, avenue du général Leclerc de 10h à 14h, les 8, 22, 23 et 24 mai. A Pélissanne, parking Lakuma, entrée du marché de 10h à 14h, le 9 mai. A Auriol, cours du 4-Septembre de 8h à 13h30, le 15 mai. A Marseille, sur le parvis de l’hôtel du Département à Saint-Just, le 18 mai. A Salon-de-Provence, cours Carnot de 10h à 14h, le 26 mai. A Berre-l’Etang, les 29 et 30 mai. Pour tout savoir sur les chefs participant à l’opération, rendez-vous sur le site dédié qui présente les chefs et leur menu, date par date. A réserver avant de venir chercher votre repas sur place.

Abonnez-vous à notre newsletter