Vins rosés, vins d'été

Claire et Charlotte, les deux stars de la Madrague

la Madrague la MadragueS’il est un domaine familial, c’est bien celui de la Madrague où, depuis son rachat en 2007, son propriétaire, Jean-Marie Zodo, n’a eu de cesse de baptiser ses cuvées du nom de ses filles, Charlotte et Claire. Les années passant, c’est désormais au tour des petits-fils, Charles et César d’apparaître sur les étiquettes. Du domaine les pieds dans l’eau, on retiendra les embruns qui vaporisent une légère salinité sur les vignes, particulièrement flatteuse sur les blancs, compagnons fruités des poissons, coquillages et crustacés.
Idéalement située entre Cavalaire et Ramatuelle, la bien nommée Madrague reconduit ses cuvées Claire et Charlotte en 2016, deux rosés à la robe saumonée appétante. Voilà pour les points communs. Leur assemblage diffère, Claire affichant du grenache (65 %), mourvèdre (15 %), syrah (10%), cinsault et tibouren et Charlotte revendiquant du grenache (30 %), mourvèdre (40%), cinsault (20 %) et syrah. La cuvée Claire 2016 a obtenu une médaille d’or lors des dernières Vinalies internationales et l’argent au concours général agricole 2017, le jury appréciant un nez séduisant et complexe de pêches blanches et de fruits exotiques. L’attaque en bouche et soyeuse ; ce vin à la belle longueur sera servi à 8°C et conviendra parfaitement à la cuisine asiatique.
Charlotte aussi a décroché sa médaille, l’argent cette fois, aux Vinalies internationales de 2017. Son nez très fin laisse apparaître des notes de fruits rouges et exotiques. Souple, gras et rond, ce rosé persistant en bouche sera servi de l’apéritif au repas, la cuisine méditerranéenne et les grillades du barbecue le mettant au mieux en valeur.

La Madrague, bd Gigaro, 83420 La Croix Valmer. Infos au 04 94 49 04 54.
Cuvée Claire rosé 2016, 75 cl, 12,40 €. Cuvée Charlotte, rosé 2016, 75 cl, 11,10 €.

 

 

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

En bref

Le grand marché de la friche sera poulpesque A chaque nouvelle saison, les grands marchés mettent en vedette un produit et le lundi 7 octobre, pour la session d’automne, le poulpe fera l’objet de toutes les attentions. Ce soir-là, 40 producteurs de la région seront présents (fruits et légumes d’automne, des fromagers, viande de volaille et de bœuf, du vin et du pain, des épices et des infusions, des herbes aromatiques ainsi que du poulpe frais, séché, fumé, en conserve…)
En cuisine, Philippe Ivanez (Les Jnoun Factory / Gargantuart) cuisinier, artiste, plasticien et photographe fera chanter les supions, encornets, seiches sur sa plancha accompagnés de panisses frites nappées de black (encre de seiche, wasabi) ou orange mayo (paprika basque fumé). La brigade des grandes Tables préparera une marmite de daube de poulpe, pour rassasier les plus affamés. Au four à bois, une pizza de la mer. Au micro de Pierre Psaltis (Le Grand Pastis) et Jonah Senouillet (Radio Grenouille), on examinera le poulpe avec passion aux côtés d’invités et experts qui se succéderont à table de 18h à 20h. De 20h15 à 21h30, place au solo poulpesque et psychédélique de LpLpo, créature énigmatique qui se nourrit de courant électrique et de sons cabalistiques. Sans oublier la plongée sous-marine et lunaire avec les photos de Denis Cartet. Toutes les infos ici.

Abonnez-vous à notre newsletter