Bouches-du-Rhône

Prix Agricole des Produits de Provence.- La Métropole AMP vient d’organiser la première édition du prix agricole des produits de Provence afin de valoriser l’excellence et la diversité de son agriculture et de ses productions. Vins, huiles d’olive, miels, bières et calissons : au total, onze catégories de produits ont été soumises à l’appréciation du jury composé de chefs, d’élus du Projet alimentaire territorial, de référents du réseau « Nos cantines durables », d’agents métropolitains (y compris de son directeur général des services), du président de la chambre d’agriculture Monsieur Levêque et du Grand Pastis. Etait aussi présent Christian Burle, 15e vice-président de la Métropole délégué à l’Agriculture, la Viticulture et ruralité, à l’Alimentation et Circuits courts et maire de Peynier. Chaque table a dégusté 3 produits différents, soit entre 15 et 20 échantillons au total. Un expert produit a accompagné la dégustation de chaque table sans jamais intervenir dans les notations et commentaires du jury. Les lauréats ont reçu leur prix mardi 28 mai.
Vin rouge AOP :  cuvée MIP collection AOP Côtes de Provence, Made in Provence, Puyloubier
Vin rosé AOP : Rose Bon Bon AOP Côtes de Provence, domaine des Diables, Puyloubier
Vin rosé IGP : Terre de passion IGP Méditerranée, vignobles du Roy René, Lambesc
Vin blanc IGP : cuvée tradition IGP Méditerranée, domaine Richeaume, Puyloubier
Huile d’olive AOP fruité vert vierge extra : AOP Provence château Montaurone, Saint-Cannat
Huile AOP d’olive maturée fruité noir : AOP Provence château Calissanne, Lançon-Provence
Miel de Garrigue IGP Provence :  les Ruches du Roy à Simiane-Collongue
Bière blonde :  Pacific Ale, brasserie artisanale de Provence à Rousset
Bière ambrée :  Thymbrée, brasserie Epicentre à Pertuis
Bière blanche : Gaby brasserie Zoumaï, Marseille
Calissons d’Aix :  calissons aux amandes de Provence, confiserie du Roy René, Aix-en-Pce.

Bollène

Le bronze pour Révélations. Installée dans le petit village de Bollène, l’épicerie Révélations gérée par le torréfacteur Nicolas Avon, a remporté la médaille de bronze au concours des Quintessences 2024 ! Cette distinction sera officialisée lors du salon Gourmet international qui se tiendra en septembre à Paris. « Chez Révélations, nous avons créé un lieu unique mêlant épicerie fine, bar à vin et salon de thé avec une offre de petite restauration atypique, où nos produits locaux et régionaux sont à l’honneur. Nous avons à cœur de cultiver une atmosphère chaleureuse et accueillante, propice aux échanges et aux liens sociaux », se réjouit Nicolas.
6, place Henri-Reynaud de la Gardette, 84500 Bollène ; infos au 04 90 61 86 53.

Suis-nous sur les réseaux

La Barasse

Les halles de producteurs de la Barasse fêtent leurs 5 ans. Rendez-vous jeudi 13 juin pour retrouver une trentaine de paysans-producteurs. De 17h à 19 heures, goûter offert : jus de fruit frais ou sirop, biscuits colorés d’Emacréa, et des fruits. Grande tombola gratuite, avec des produits du marché à gagner et ambiance musicale. Les halles de la Barasse, ont accueilli près de 40  000 visiteurs en 5 ans (en intégrant la fréquentation du début de saison 2024 de mars à juin). + 20% de fréquentation en 2023 par rapport à 2022. Et un très bon début de saison 2024. Le marché des 5 ans sera le 165e marché organisé depuis l’ouverture en 2020 avec près de 200 tonnes de produits vendus depuis 2020 (dont 70 tonnes en 2023). Plus de 750 000 € de chiffre d’affaire ont été générés depuis 2020 (270 000 € pour 2023). 58 paysans ou artisans ont participé à au moins 1 marché depuis 2020. En 2024 : 27 producteurs ou artisans se relaieront sur la saison. Les producteurs exercent dans un rayon de 45 km autour de Marseille depuis 2020.

Vins rosés, vins d'été

Sainte-Roseline nous gratifie de deux nouveautés rosé cet été

Sainte-RoselineC’est en 1994 que Bernard Teillaud, promoteur immobilier grenoblois, acquiert le château Sainte-Roseline. On lui doit la transformation de l’abbaye en maison d’habitation sous la houlette de l’architecte Jean-Michel Wilmotte, la plantation de 30 hectares pendant 10 ans et la rénovation des chais, hissant la propriété au rang des domaines de 110 hectares produisant 500 000 bouteilles par an. En 2007, Aurélie, fille de Bernard, prend le relais et poursuit le développement de ce cru classé de Provence. Assistée de l’oenologue Christophe Bernard, elle a inscrit la propriété dans une démarche de développement durable. Pour ceux qui l’ignorent, la forme de cette bouteille a été déposée il y a plus de 65 ans et appartient exclusivement au château Sainte-Roseline. Cette cuvée Lampe de Méduse est issue d’un assemblage de cépages autochtones, grenache (35%), mourvèdre (25 %), cinsault (10 %), tibouren (10 % ), syrah (8%), rolle et sémillon. Sa robe claire légèrement saumonée annonce un nez complexe et intense d’agrumes, de fruits rouges (fraise) et exotiques (mangue, papaye). En bouche, la fraîcheur des agrumes (pamplemousse) contrebalance le gras et la rondeur du vin. C’est le vin des tablées de copains se boira à 12°C sur une daurade grillée, des salades de tomates estivales, un taboulé, une volaille au barbecue et des pommes sous la cendre.
Lampe de Méduse, rosé 2016 ; 13,70 € la bouteille de 75 cl, chez les cavistes.

Sainte-RoselineLa cuvée de la Chapelle de Sainte-Roseline est produite en quantité très limitée ; elle est issue d’une sélection des meilleures parcelles de mouvèdre et syrah, entre les rangs desquels poussent les herbes folles, témoin d’un maintien d’une faune et d’une flore vivaces. Les ceps sont effeuillés de façon à éviter un surcroît d’ombre et garantir un ensoleillement maximal pour chaque grappe. Pour éviter tout risque d’oxydation, les baies sont vendangées de nuit, à la fraîche. La robe de ce vin millésime 2016 est limpide et brillante à l’instar de ce qui se fait dans l’écrasante majorité des côtes de Provence. Le nez, aromatique et complexe, laisse deviner des arômes de pamplemousse et de fruits exotiques. La bouche équilibrée oscille entre une belle acidité (garante de sa fraîcheur)  et une évidente concentration assurant une belle longueur. On boira ce rosé à 12-14°C, surtout pas glacé, afin d’en préserver les arômes. Il fera bonne figure sur des rougets et poissons de roche, des viandes blanches comme du beau aux olives. Ce rosé a aussi du répondant sur les cuisines asiatiques (thaï mais pas trop épicée) et orientales (taboulé, fatouch, kebbés)…
Cuvée de la Chapelle de Sainte-Roseline, rosé 2016 ; 22,70 € la bouteille de 75 cl, chez les cavistes.