Vins rosés, vins d'été

Eric Bompard, du cachemire au vin rosé

Etoiles d'Aquino Eric BompardEric Bompard, vous connaissez ? Les fashion addicts savent que derrière cette marque, se cache l’un des plus grands professionnels de la laine cachemire au monde. Eh bien sachez qu’Eric Bompard est tombé amoureux fou de la Provence au point d’y acheter un domaine en 2014. Portant le nom de Thomas d’Aquin (Thomas d’Aquino), la propriété de 75 hectares est située sur le territoire de la commune de Tourves dans le Var. Voisinant avec la Sainte-Baume, entre chênes kermès et oliviers, 10 hectares de vignes tapissent des coteaux en pente douce exposés plein sud.

Convaincu du potentiel de cette terre, Eric Bompard a souhaité orienter son acquisition sur des perspectives très qualitatives : travail des sols parcellaire répondant à des objectifs de vinifications par petits lots dans un chai semi-enterré, vendanges manuelles, tri scrupuleux des baies, vinifications douces et élevages soignés… Le travail a porté et voici qu’est présenté pour la première année de l’ère Bompard, le rosé Thomas d’Aquino. Sa robe couleur rose pâle, brillante et cristalline, est aguicheuse. Son nez développe de prime abord des arômes de petits fruits rouges auxquels succèdent des notes de thym et de garrigue brûlée par le soleil. En bouche, l’attaque vive et franche laisse place à une délicate rondeur. Servi frais à 12°C, ce rosé d’apéritif s’accordera avec des fruits secs salés (noisettes, amandes, pistaches) ; aux alentours de 14°C, ce vin d’été accompagnera des spécialités régionales : petits légumes farcis à la niçoise, supions persillade sautés, côtelettes d’agneau au gril et les cuisines exotiques.

Prix : 9,20 € la bouteille de 75 cl ; domaine de la bergerie d’Aquino, route de Mazaugues, 83170 Tourves ; infos au 06 29 21 09 52.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    • Attention, il faut déguster le vin et le consommer avec modération. L’enthousiasme ne doit pas nous éloigner de cette règle de santé évidente…

  • Vin magnifique, aussi bien le Bergerie que l’Etoile ! J’achète très souvent sur le site d’Aquino, c’est facile et je reçois mon vin très rapidement. Je ne vous conseille qu’une chose testez le ; je le conseille à tous mes amis et nous faisons maintenant souvent des achats groupés. Top.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.