Carnet de cave

La finale du concours l’un des Meilleurs ouvriers de France classe sommellerie se déroulera dans le Pays d’Aix

sommelleriePour le quidam, cette annonce n’a rien d’exceptionnel mais pour le monde professionnel, l’événement revêt une grande importance : la finale du concours “l’un des Meilleurs ouvriers de France” classe sommellerie se tiendra au château de Fonscolombe, dimanche 30 et lundi 1er octobre 2018. Pourquoi avoir choisi les Bouches-du-Rhône et le pays d’Aix pour la tenue de cet événement majeur ? “C’est l’un des organisateurs du Coet Education nationale qui travaille sur la classe sommellerie qui connaît bien la Provence et qui a eu l’idée de déplacer la finale ici”, explique Giselle Marguin, maître sommelier au sein de l’USF (Union de la sommellerie française).
Habituellement organisées à la Sorbonne à Paris, ces finales commencent à voir du pays. “En 2015, nous avions organisé le concours à l’institut Paul-Bocuse d’Ecully, poursuit Marguin, par ailleurs en charge de la communication au sein de l’USF. Etonnamment, ce titre de Mof sommellerie n’existe que depuis 2000 et n’a été organisé qu’en 2000, 2004, 20007, 2011, 2015 et cette année. Attention à ne pas confondre le Mof sommelier avec le titre de Meilleur sommelier de France qui, lui, est décerné non pas au nom de l’Education nationale mais au seul nom de l’Union de la sommellerie française”, précise encore Giselle Marguin.

Pour ce millésime 2018, 96 personnes se sont inscrites mais seules 70 se sont présentées, une participation en nette hausse puisqu’on recensait 60 participants en 2015. Autre particularité du titre 2018 : 10 femmes sont candidates. Le parcours a débuté les 28 et 29 janvier dernier à Montpellier au lycée George-Frèche et 9 candidats ont été retenus dont une seule femme, Pascaline Pelletier, qui exerce à New York et concourra à la finale du Meilleur sommelier de France en novembre prochain… Voilà qui en dit long sur le niveau du concours.
Pour dimanche et lundi prochain donc, le comité d’organisation a préparé des épreuves qui demeurent secrètes. Mais on peut parier qu’il y aura des épreuves écrites, de la dégustation à l’aveugle, des questions de culture générale et oenologiques, il se pourrait même qu’il y ait un diaporama à commenter. Le lundi, la finale s’articulera autour d’un déjeuner-jury.

La moyenne d’âge oscille autour de 35 ans et le jury insiste sur l’âge minimum pour candidater fixé à 23 ans ; il faut en outre être de nationalité française et exercer, bien sûr, dans le métier. Il y aura à Fonscolombe, Philippe Faure-Brac, le régional de l’étape, Mof honoris-causa depuis 2015 et directeur de ce concours, les présidents d’associations régionales et tous ceux qui comptent dans le petit monde du vin.

Et les MOF sont…

A la suite des épreuves, les lauréats du concours ont été présentés lundi 1er octobre 2018. Il s’agit Eric Goettelmann, Jean-Baptiste Klein, Pascaline Lepeltier et Nicolas Vialettes. Le concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France » concerne tous les métiers d’art et d’artisanat, les métiers du BTP, de l’industrie et de la métallurgie ou encore du multimédia et de l’audiovisuel… Ce concours a été créé en 1924. Le nombre et la diversité des métiers concernés est en effet une des richesses du concours Un des Meilleurs Ouvriers de France, créé en 1924. Depuis 1925, le titre a été décerné à 9 006 personnes.

Vite lu

Les Grandes Tables à lire ! Les grandes Tables (réseau de restaurants à Marseille, Calais, Clermont-Ferrand) viennent d’éditer un livret titré 10+4. Ce 10+4 relate les trois dernières années  marseillaises d’aventures culinaires et artistiques qui s‘inscrivent dans la continuité de cette entreprise initiée en 2006 : raconter les cuisines dans leurs diversités et leurs actualités.
À Marseille à la Friche Belle-de-Mai, à La Criée Théâtre national et au Zef-scène nationale, à Calais au Channel-scène nationale et enfin à Clermont-Ferrand à La Comédie-scène nationale, les grandes Tables dialoguent avec les lieux culturels où elles sont installées et avec leurs territoires. Elles y conduisent des projets culinaires et y inscrivent la cuisine comme une discipline artistique à part entière, qui s’épanouit dans les conversations avec les autres arts. Ce 10+4 vous permettra tout à la fois de découvrir cette belle enseigne et tout ce que ses équipes ont fait toutes ces années avec la très modeste participation du Grand Pastis. A télécharger ici.

jeremy julien au Culti

Le Matière Brut investit le Culti C’est l’un des événements annoncés de l’été prochain : l’équipe du Matière Brut, conduite par Jérémy Julien, annonce son arrivée au sein même du bar-tabac du Roucas-Blanc (Marseille, 7e arr). Avec un vaste jardin, le Culti jouit d’un magnifique espace pour servir déjeuner et dîners dans une ambiance cool comme les aime Jérémy et en totale adéquation avec son répertoire culinaire. On vous en parle dès que la réouverture des restaurants (au moins des terrasses) sera effective.

Cassis, les volets rouges certifiés vert Arnaud et Cédric sont fiers et heureux d’annoncer le changement d’identité de leur maison : l’hôtel du Joli Bois devient l’hôtel les Volets Rouges – Cassis. Le duo a a profité de l’hiver pour se livrer à de nombreuses rénovations “afin de vous apporter toujours plus de confort, de quiétude dans notre bulle de nature au cœur du parc national des calanques, assurent-ils. Et d’ajouter : – Nous venons d’être certifiés par l’écolabel international Clef Verte, ce qui fait de nous le premier hôtel de Cassis à recevoir un écolabel”. Hôtel Les Volets Rouges – Cassis, D559 – route de la Gineste, 13260 Cassis ; infos au 04 42 01 02 68.