Magazine

Fonscolombe, ce château au délicieux goût français

Ce fut une demeure privée, la voici désormais ouverte au public. Le château de Fonscolombe entame un nouveau chapitre de sa longue histoire, débutée il y a 3 siècles. Classée monument historique, voici la demeure transformée en hôtel 5 étoiles. Erigée au XVIIIe, cette bastide fidèle à l’esprit du Quattrocento, a abrité les marquis de Saporta et de Fonscolombe. Ses membres se sont illustrés dans les sciences et les armes, notamment en médecine et en botanique, comme en témoignent leur amitié créative avec Rabelais, leur service auprès d’Henri de Navarre, leur correspondance avec Darwin. L’un d’entre eux a même participé à la signature du traité d’acquisition de la Corse par la France. Écrin de diplomatie et d’art de vivre, vibrant au rythme des aventures et des villégiatures, Fonscolombe raconte l’humanisme et le prestige français classique.

50 chambres et suites
Après dix-huit mois de travaux et de réhabilitation, le château accueille depuis l’été dernier ses premiers hôtes. La minutieuse restauration du site en a préservé tout le cachet. La nouvelle propriétaire, Hélène Martel-Massignac, s’est entourée d’architectes et décorateurs parmi lesquels Corrado de Giuli Morghen (Fabrica Traceorum), architecte du patrimoine qui a oeuvré sur de nombreux bâtiments classés et jardins anciens (la cathédrale orthodoxe de Nice et le musée Estrine à Saint-Rémy-de-Provence), Vincent Bastie, l’homme aux 80 hôtels (dont Les Bains à Paris, le Marignan et le Burgundy), associé avec Arnaud Behzadi et Cathy Crinon au sein d’Artefak.

Fonscolombe « entame une nouvelle vie dans la continuité de son histoire de villégiature et de fêtes pour accueillir toutes les générations en quête de beau et de bon sur fond de paysages de la vallée de la Durance, explique son directeur, Karim Chaia. Le château devient l’écrin de weekends romantiques, de séjours en famille ou entre amis » poursuit cet ancien du Byblos à Saint-Tropez.

Les salles de réception résonnent encore des riches heures où les Saporta recevaient. La déco se pare de papiers peints chinois et de cuirs de Gênes du XVIIIe, preuves flagrantes d’une réhabilitation tout aussi minutieuse que précieuse. Le château compte 50 chambres et suites et chacune d’entre elles ont été façonnées à partir de matériaux nobles, boiseries ciselées, étoffes rares et soyeuses, salles de bains en marbre et bois. Chaque espace est personnalisé par ses objets, oeuvres et photos chinés au fil du temps, apportant une touche unique à la maison.

« La reine Elizabeth II d’Angleterre y a séjourné et planté un arbre à l’ombre duquel on peut toujours s’abriter »

Flâner dans le parc, lui aussi classé, profiter des bassins, déguster un vin du vignoble attenant en terrasse, lire à l’ombre des cyprès, faire découvrir le potager aux enfants… La propriété invite au rapprochement avec la nature. Le parc du château couvre plus de 10 hectares où alternent fontaines et sculptures inspirées par Chastel ainsi que des bassins alimentés à l’eau de source. Enrichi depuis le XVIIIe siècle par le célèbre botaniste de la famille, Gaston de Saporta, l’arboretum est l’un des plus riches de la région. Aujourd’hui protégé au titre des monuments historiques, il se visite au sein d’un circuit permettant de découvrir également d’autres châteaux aux alentours. A voir également, le bassin circulaire avec la fontaine des trois dauphins, clin d’oeil à sa « petite cousine » aixoise du quartier Mazarin…

Château de Fonscolombe, route de Saint-Canadet, 13610 Le Puy-Sainte-Réparade. Infos au 04 42 21 13 13.
Chambres à partir de 195 € (en basse saison). Restaurant, déjeuner 26 et 32 € ; dîner, 39 et 49 €.
Brunch domincal, dès 11h, 42 €.

 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.