Marseille

► Dîner des mécènes. Pour financer la rénovation de sa statue monumentale, la basilique  de Notre-Dame de la Garde annonce la tenue de plusieurs « Dîners des mécènes » afin de soutenir financièrement cette campagne de travaux. Programme de la soirée : visite privée de la basilique de 19h à 20h + dîner bouillabaisse autour d’une seule grande table de 50 personnes de 20h30 à 23h sur la terrasse des ex-voto avec vue sur le ville (dîner au Restaurant en cas de mauvais temps). Tarif : 100 € TTC – hors boisson. Sur le prix du dîner, 35 € sont reversés à la basilique pour la rénovation de la statue, cette sommes est éligible à un reçu fiscal pour déduction d’impôts. Uniquement sur réservation pour 50 personnes. Caution bancaire demandée de 65 € TTC par personne, annulation gratuite 48 heures à l’avance.
• Réservations : www.lerestaurant-ndg.fr
Deux dates disponibles pour le moment : jeudi 6 juin et jeudi 4 juillet
Pour vos dons à la basilique en vue de sa restauration, cliquer ici

 

Cavaillon

Festival Confit ! 2024 en vue.- La 2e édition du festival confit ! de La Garance (scène nationale de Cavaillon) se déroulera du mercredi 22 au dimanche 26 mai 2024. Le temps d’une semaine, Chloé Tournier et toute l’équipe de la Garance, convient tous les publics à un festival de rencontres et de convivialité hors des sentiers habituels du théâtre. Autour de spectacles et d’expériences inédites, ici inspirées de la Provence de Giono ou là du Liban d’Hiba Najem – une artiste à découvrir d’urgence – tous les sens et les arts sont sollicités : le regard, l’ouïe, la poésie, l’odorat, le goût et le toucher. Cette année, ce sont 4 femmes qui s’emparent du vivant sous toutes ses formes et vont au contact du territoire et des publics à l’image de Vivantes la création portée par la compagnie B R U M E S, ou de la randonnée-spectacle de Clara Hédouin « Que ma joie demeure », avec le regard complice du chef Emmanuel Perrodin.
La sélection du GP
• Atelier cuisine, « vinyles à déguster » pour les 8 ans et plus avec le Studio Mille Feuilles, mardi 21 mai  à 18h30 à la médiathèque de Cavaillon, 60, rue Véran Rousset (gratuit).
• De l’encre et du vin, un atelier d’écriture accompagné d’une dégustation de vins ! Animé par Alexandre Tran autour de deux ou trois thèmes (une photo, une citation, un vers…) pour se lancer dans l’écriture. A partir de 18 ans, mardi 21 mai 19h.
• Dj set Pastaciutta, une performance musicale et culinaire de Floriane Facchini avec Clément Martin. Ce DJ set allie musiques méditerranéennes qui évoquent avec « amore » le goût de la cuisine italienne et préparation de pâtes fraîches à déguster ensemble entre autres joyeusetés. Le mer. 22 mai de 18h30 à 21h30 (gratuit).

Suis-nous sur les réseaux

Villeneuve-lès-Avignon

► 3 chefs – 5 étoiles au Prieuré.- C’est l’histoire de 3 chefs – Christophe Chiavola, chef étoilé du Prieuré, Glenn Viel, chef triplement étoilé à l’Oustau de Baumanière et Grégory Mirer, chef étoilé privé – qui, sous le signe de l’amitié, nous proposent une soirée exceptionnelle au Prieuré de Villeneuve-lès-Avignon. Une cuisine d’instinct, surprenante, inspirée par la nature, épurée, aux multiples saveurs de Provence et d’ailleurs qui fait la part belle au produit : « Dans le ventre d’un calalard » par Glenn Viel, « Le petit bateau, rapide mais pas trop » par Christophe Chiavola, « De la terre à la plume » par Grégory Mirer. Laissez-vous embarquer et vivez une parenthèse gastronomique en 5 plats.
• Menu 6 mains, en 5 plats avec accord mets et vins (380 € -places limitées) le mercredi 22 mai au dîner. Réservation uniquement par téléphone : 04 90 15 90 15.

Marseille

Street food festival #4.- Pour cette année olympique, le Street food festival mettra à l’honneur les cuisines du monde. Durant trois jours, près de 50 restaurateurs, artisans de bouche, glaciers, vignerons et brasseurs exerçant tous dans les Bouches-du-Rhône vous feront voyager sur les 5 continents en profitant d’une vue imprenable sur la Méditerranée. Comme en 2023, une programmation musicale sera proposée durant les trois soirées, avec un point d’orgue le vendredi 14 juin pour une programmation exceptionnelle orchestrée par Radio Star. Le Street food festival entre dans la programmation de Marseille Provence Gastronomie imaginée par Provence Tourisme, sous l’impulsion du Département des Bouches-du-Rhône et de la Métropole Aix-Marseille-Provence. Pour limiter les files d’attente sur les stands, les paiements sur l’ensemble du festival se feront uniquement par l’intermédiaire d’une carte bancaire ou d’une carte cashless.
Esplanade de la Major (Marseille, 2e arr.), les 13, 14 et 15 juin de 17h à 1h.

Carnet de cave

Une balade automnale dans le vignoble de Bandol

bandolComme chez les voisins de Marseille et Cassis, on cultive la vigne sur ce terroir de restanques depuis les premières heures, lorsque les Phocéens ont importé la viticulture en Provence vers 2500 ans avant J.-C. Et pourtant, les bandols ne sont entrés dans la grande famille des AOC qu’en 1941 en dépit de leur âge canonique. Le territoire de l’appellation couvre 8 communes mais pourquoi avoir choisi Bandol comme nom de baptême au détriment de Sanary-sur-Mer, Le Beausset, Evenos ou Ollioules ? « Tout simplement parce que Bandol était le port d’embarquement des vins, résume Pascal Perier. A la fin du XVIIIe siècle, période qui a marqué l’apogée du commerce de nos vins, le petit port était un village de tonnellerie. Les vins partaient en bateaux pour Marseille, sur des tartanes, embarcations à fond plat, avant de voguer vers les colonies », raconte cet érudit qui travaille depuis plus de 25 ans à l’histoire de ce terroir. C’est lors de la seconde moitié du XVIIIe siècle que Bandol gagne en notoriété car les vins qui sont produits sur ces collines ponctuées de vignes, pinèdes, oliveraies et cultures maraîchères résistent aux voyages de plusieurs mois sans virer vinaigre ; on parlait des bandols comme des vins de cote, des vins puissants et aptes au vieillissement, des qualités qu’on retrouve aujourd’hui année après année, au fil des millésimes.

cave bandolEt les blancs ? Appréhender l’âme de Bandol, c’est aussi aller à la découverte de ses blancs élaborés essentiellement à base de de clairette, ugni blanc et bourboulenc. Les blancs sont issus de vignes souvent exposées au nord, qui respirent l’air vivifiant des entrées maritimes, les embruns conférant une saveur iodée qui exacerbe leur fraîcheur. Les attaques sont franches, ce sont des vins harmonieux et complexes révélant tout à la fois des fleurs blanches d’amandier, des agrumes et fruits exotiques, sans oublier les agrumes pour la tension finale.
Le bandol tire sa noblesse de sols arides et pauvres ; le mourvèdre a trouvé ici son terroir de prédilection, « à la fin du Moyen-Age, période de son introduction en Provence » relève Pascal Perier. Cépage rustique de maturité tardive, le mourvèdre est souvent vendangé en dernier car il a besoin de maturer au soleil : le cahier des charges de l’appellation prévoit un usage de 20% à 95% dans les assemblages de rosé et de 50 % à 95% pour les assemblages de vins rouges. Connu pour ses magnifiques robes rubis ou pourpre évoquant les retours de chasse, l’automne et ses paniers de champignons respirant l’humus, bandol a vu s’accroître la part des rosés ces dernières années, le succès commercial tant en France qu’à l’export expliquant ce grignotage des parts de marché. « Les rosés pèsent pour 72% de la production, contre 22% pour les rouges et 5% pour les blancs » détaille le président de l’association des vins de Bandol, Guillaume Tari. Ici, encore plus qu’ailleurs en Provence, où les rosés affichent des robes palichonnes, on sait faire des rosés structurés et aptes au vieillissement. Jeunes, on les savoure frais et fruités et, les années passant, ils développent des robes ambrées, orangées avec des arômes complexes de muscade ou de cannelle. Les rosés sont majoritairement issus du pressurage direct et la saignée est réservée aux petits volumes.

Le miracle de cette appellation typiquement provençale réside dans le contraste entre ces sols pauvres et ravinés et l’élégance raffinée de ces vins, souvent de garde, qui enchantent les dîners. Le travail des vignerons y est pour beaucoup, un héritage fragile qui se transmet depuis des siècles.

Oenothèque des vins de Bandol, 238, chemin de la Ferrage, 83330 Le Castellet. Infos au 04 94 90 27 38.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.