Magazine

Guillaume Royer, meilleur ouvrier de France "cuisine-gastronomie"

guillaume royerAprès deux jours d’épreuves au lycée hôtelier François-Rabelais de Dardilly (Rhône-Alpes), le président  de la classe Cuisine-Gastronomie, Alain Ducasse, a annoncé tout à l’heure, jeudi 5 février 2015, le nom des 8 lauréats de la 25e édition du concours « un des Meilleurs ouvriers de France ». Le jury cuisine était présidé par Régis Marcon, le jury dégustation, par Joël Roy.

En Provence, c’est Guillaume Royer qui travaille à l’hôtel du Castellet qui remporte le prestigieux titre de Mof « cuisine-gastronomie ». Royer a été évalué par un jury de chefs chargés de juger sa maîtrise dans la réalisation d’un salmis de pintades accompagné d’un chou farci et de bottillons de salsifis et d’une tarte tatin de coings parfumée au gingembre, beurre de porto rouge réduit. Une épreuve semi-libre consistait en la réalisation au pied-levé d’un soufflé aux légumes, le premier jour, et d’une crêpe salée soufflée, le second jour.

L’hommage de Christophe Bacquié
Le chef de l’hôtel du Castellet, un hôtel 5 étoiles implanté à un jet de pierre du circuit du Castellet, travaille avec Guillaume Royer depuis de nombreuses années et ne tarit pas d’éloges à son sujet : « Il est passé par de grandes maisons étoilées comme chez Jacques Lameloise à Chagny, Régis Marcon à Saint-Bonnet-le-Froid, Philippe Labbé à  la Chèvre d’Or  à Eze ». Toujours selon Bacquié, Royer « organise le quotidien des cuisines de l’Hôtel du Castellet, le travail des équipes, coordonne les commandes, les arrivages »… Bourguignon d’origine, il en a gardé la passion, l’amour de la nature et une très belle connaissance des produits. Le grand public peut rencontrer ce nouveau Mof en s’inscrivant aux cours de cuisine qu’il dispense avec chaleur et générosité.

Le blog de l’hôtel en cliquant ici

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux