Magazine

Infos, ragots et news

è Marseille
trio de religieuses au chocolat 3La pâtisserie Amandine se refait une beauté. Sous l’égide de son propriétaire, la famille Skalli, la boutique « historique » a entrepris des travaux de rénovation de son enseigne de centre-ville. Inauguration, jeudi 2 octobre 2014 dès 18 heures et il se murmure même qu’Eliane de Angélis sera là !

Amandine, 69, boulevard Eugène-Pierre, 5e arr. ; 04 91 47 00 83.

Les navettes des Accoules ont 10 ans. La très réputée biscuiterie fondée par un des Corses les plus célèbres de Marseille souffle ses 10 bougies le 10 octobre. Grande fête, sur invitations, au Bobolivo qui, pour l’occasion, mettra les petits plats dans les grands.

Les navettes des Accoules, 68, rue Caisserie, 2e arr. ; 04 91 90 99 42.

è Aubagne
Les Arômes déménagent. Yannick et Françoise Besset quittent le centre-ville d’Aubagne et inaugurent le 1er octobre, leur nouveau restaurant à Gémenos. Rien ne change, la rigueur et l’excellence dans le choix des produits demeurent avec un réel souci d’offir une carte accessible et savoureuse. Menu midi à 25 € et formule à 32 €.

Les Arômes, 230, avenue du 2e cuirassier, 13420 Gémenos.

è Cucuron
delicacy mushroom black truffle  -  rare and expensive vegetableLa Petite Maison par le menu. Venant en réponse aux rumeurs qui courent sur la vente de son restaurant, rumeurs d’ailleurs relayées dans les pages mêmes de ce blog, Eric Sapet, le chef de la Petite Maison, fait connaître le programme de ses prochaines semaines.

l En 2015, par exemple, le deuxième vendredi de chaque mois, comme un rituel, Eric Sapet célèbrera vins fins, produits prestigieux et chefs invités pour un concerto à 4 mains…
Vendredi 9 janvier 2015 dîner sur le thème des truffes et… le vendredi 13 février, dîner sur le thème des truffes. Tarifs : 90 € hors boissons et 120 € avec boissons.

l Par ailleurs, les cours de cuisine affichent complet jusqu’à la fin de l’année. Le 3 janvier 2015, il reste des places pour le cours sur le thème du feuilletage (croûte de coquille Saint-Jacques Vallée d’Auge, la galette des rois, la couronne des rois au sucre et le saucisson lyonnais brioché). Le 10 janvier : soupe de petit épeautre aux truffes et petits farcis de l’hiver. Cours : 70 € par personne et 60 € pour tout(e) accompagnant.

La Petite maison, place de l’Etang, 84160 Cucuron ; inscriptions au 04 90 68 21 99.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.