Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Magazine

A Cavaillon, Jean-Jacques Prévôt, cueilleur de bonheurs

Jean-Jacques PrévôtIl cultive son bonheur comme d’autres leur jardin. Jean-Jacques Prévôt est un cuisinier attachant, cueillant les joies du quotidien comme elles viennent. Heureux de la vitalité qui semble revenir dans « sa » ville de Cavaillon : « Le coeur de ville fait l’objet de soins particuliers », Jean-Jacques Prévôt en est l’un de ses plus grands thuriféraires. Fin observateur de la vie locale, il a ouvert son restaurant le 1er mai 1981. Un exploit pour ce jeune d’alors qui n’était jamais allé en école hôtelière et qui, fort d’un « apprentissage exceptionnel dans une maison avec une étoile Michelin d’Arras », a eu le courage de suivre la voie de son maître. Même à Cavaillon, la vie n’est pas un long fleuve tranquille et, après l’obtention du précieux macaron en 1992, Jean-Jacques Prévôt s’en trouve privé 5 ans plus tard. Mais sa bonne étoile ne l’a pas abandonné et revient en 2012. A 63 ans, Prévôt est un heureux grand-père : « Sacha a 18 mois, on ne peut pas imaginer mon bonheur, lance-t-il. Avec nous pas de télé mais beaucoup d’histoires et de jeux d’éveil ». Avant d’aller retrouver Sacha, Prévôt consent à un questionnaire de Proust… Forcément chaleureux.

Maison Prévôt, 353, avenue de Verdun, 84300 Cavaillon ; résas au 04 90 71 32 43. Menu déjeuner : 34 €. Formules 56 et 69 €. 

Le principal trait de votre caractère ?
Je suis gentil, patient surtout (rires). Ça va ensemble non ? C’est ce qu’on me dit tout le temps.

Qu’appréciez-vous le plus chez vos amis ?
Le professionnalisme et la politesse, ça se perd un peu dans la génération qui arrive. je trouve qu’il y a beaucoup de jeunes sur le côté…

Votre principal défaut ?
Je peux être colérique à force de trop de patience.

A quoi perdez-vous votre temps ?
Je se nais pas perdre mon temps ; je suis un rêveur, dans ma rêverie j’écris des poèmes ou je fais un dessin.

Si vous n’aviez pas été cuisinier, qu’auriez-vous aimé faire ?
Ouh… Beaucoup de métiers… Antiquaire pour aller chercher les secrets et la qualité d’un meuble. Photographe, comédien… Beaucoup de métiers m’auraient plu, j’aurais pu être paysan ou garder les vaches.

Votre dernier livre et vos auteurs favoris ?
Je suis toujours dans des bouquins culinaires. Je lis quantité de livres de psychanalyse ou de psuchologie. Tout ce qui a trait aux sentiments me passionne. J’aurais voulu être psychanaliste.

Avez-vous un modèle ?
Oui. Quand j’était petit, j’étais omnubilé apr la beauté de Brigitte Bardot et par l’uniforme et la rigueur du général De Gaulle.

Qui sont vos compositeurs préférés ?
Pascal Obispo, Jean Ferrat et tous les chanteurs à texte, ceux qui ont quelque chose à raconter.

Y a-t-il des héros dans la vie réelle ?
Oui mais je n’ai pas leur nom là. Il y a un danseur qui est né dans un bidonville et qui est devenu étoile… Eh bien il continue à vivre dans le bidonville en dépit de sa vie de luxe et de beauté. Pour moi, ça c’est un héros du quotidien.

Quel personnage historique auriez-vous aimé être ?
J’aurais aimé être Tabarly pour gagner contre la mer.

Qu’y a-t-il de plus à droite chez vous ? Et de plus à gauche ?
De plus à droite ? Disons que je suis un meneur d’hommes, la créativité. A gauche, j’ai l’impression que je me sous-estime tout le temps.

Un restaurant pour partager un repas avec des amis ?
On irait en bord de mer pour une oursinade avec les copains et une bonne bouteille de vin.

Que faut-il vite changer ?
C’est un truc terrible, immédiatement il faudrait que cesse le non-respect de l’autre.

La cuisine, c’est sérieux ?
Ah oui, c’est un amusement sérieux. Qu’on soit maman ou cuisinier, on fait oeuvre de conscience.

Le plat ou dessert qui résume tout ?
Un gros chou à la crème avec une bonne couche de fondant et de la chantilly par dessus.

C’est important l’accessoire ?
Oui.

Un dernier mot ? Une devise ?
J’en ai toujours une sous le coude et il suffit qu’on me la demande pour que je l’oublie, je n’ai pas de mémoire. Se lever le matin avec la bonne humeur et la répandre autour de soi, c’est beau ça, non ?

Photos Ange Lorente