Magazine

La Bonne Mer, poissonnerie et resto au pied de Notre-Dame

la Bonne Mer

La Bonne Mer a finalement ouvert, à la plus grande joie des riverains de ce nouveau rendez-vous poissonneux du quartier Vauban. Neuf mois de travaux ont été nécessaires, conduits par l’architecte Mélanie Luccioni, pour aménager un vaste espace de quelque 115 mètres carrés pour une cinquantaine de couverts, salle et terrasse compris. A la barre de la Bonne Mer, il faut aller chercher quatre copains, associés désormais, Julien, Alexandre, Momo et Benjamin.
Et pour chacun, les rôles et missions ont été clairement définis : – Alex, c’est le restaurateur de l’équipe, il a longtemps dirigé la Madone, sur le Vieux-Port ; Benjamin, c’est le poissonnier de l’équipe et c’est lui qui s’occupe de la sélection et des achats. Momo est avocat et a voulu partager l’aventure avec nous”, détaille Julien, le quatrième de la bande, hyérois d’origine et qui travaille dans la communication en qualité de consultant.
Les journées de la Bonne Mer, se partageront en deux temps : la poissonnerie (de 8h à 12h et de 16h à 18 heures) cédera la place en soirée, de 19h à 23 heures, à un restaurant mettant en assiette la poissonnerie du jour. Ceviche de daurade -marinade asiatique-figues fraîches  pickels et pousses de betterave, loup à la grecque-caviar d’aubergine, feta et crémeux de patate douce, bagel de rouget-rouille safran oignon crispy roquette et beurre de tête… “Nous nous efforcerons de proposer une pêche locale et sauvage” promet Julien. Ancienne Bottega de la Bonne Mère, c’est Maheva qui, un soir, a proposé à Momo, de lui céder le magasin, “et comme Momo et Alex avaient un projet de poissonnerie, les choses se sont faites tout naturellement”, explique Julien.

Cuisine avec vue sur… la salle
Le quatuor a ensuite confié la gestion du restaurant à un fils de restaurateur, Alexandre Cano, tout juste 20 ans. Elève à Bonneveine (BEP et Bac) il est aussi passé par le CFA Corot pour y décrocher son brevet professionnel. “Mon père a été cuisinier pour le Saint-Barth et pour le Petit Creux… J’ai la passion de la cuisine, j’ai tout appris avec ma grand-mère et avec mon père” souligne Alexandre Cano qui a demandé à Gilbert, de la seconder à la tâche. “La cuisine, ouverte sur la salle, ça nous permet de ressentir le service, de voir comment est l’ambiance du restaurant” expliquent Alexandre et Gilbert. Le service et l’accueil, justement, ont été confié à Aïda qui, de la sélection vins à l’accueil, accompagnera chaque service : cuvée Rascasse en blanc de Régis & Sylvain (un val-de-loire IGP, 2020),  un Secret de famille Viognier (IGP méditerranée, 2019), une cuvée Corail de Raimond de Villeneuve Flayosc (chât. de Roquefort, AOP côtes de provence), la carte évolutive au fil des semaines, racontera les coups de coeur de l’équipe.

La Bonne Mer, 13, rue Fort du Sanctuaire, Marseille 6e arr. Infos au 04 91 48 29 70.

Photo DR

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter