Carnet de cave

La Coste, vos nuits d'été aixoises ne jurent que par lui

Rosé d'une nuitD’aucuns vous diront que sa robe est pâlichonne et qu’il est très « technique ». Il n’empêche, au-delà de la moue souvent blasée des amateurs « confirmés », ce Rosé d’une Nuit figure au top 5 des rosés les plus en cour de Marseille à Aix, de Saint-Tropez à Avignon. Et pour cause, ce vignoble star des coteaux d’Aix figure sur la quasi totalité des cartes des restaurants régionaux. Son nez au bouquet expressif de fruits précède une bouche ronde, ample, fraîche et florale. Goûtez et vous verrez poindre quelques arômes de fruits blancs et rouges. En respect des règles édictées pour obtenir l’agrément Agriculture biologique, la vigne a été vendangée à la main ; ce Rosé d’une Nuit, frappé du sceau 2014, sera bu cet été ou l’été prochain sans inquiétude. Assez passe-partout au sens pratique du terme, vous déboucherez une première bouteille à l’apéritif pour l’associer à une anchoïade, des légumes crus voire quelques chips fraîches. Il convient également aux préparations de caractère (tapas), aux grillades (agneau, boeuf, saucisses) ainsi qu’aux salades composées et paella aux fruits de mer.

Château La Coste, 2750, route de la Cride, 13610 Le Puy-Sainte-Réparade ;
le Rosé d’une Nuit, 11,70 € la bouteille départ cave.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.