Magazine

Le vade mecum des associations mets-vins

Lors des repas que l’on veut soigner, il faut être vigilant sur la préparation des plats servis aux invités, mais aussi proposer le bon vin, se mariant avec le menu.

Faites confiance à l’appellation
Marianne Delhomme conseille aux personnes qui n’ont pas de connaissances particulières sur le vin de se fier aux crus d’Appellations d’Origine Contrôlée, “faciles à reconnaître”. Les noms de domaines sont également de bons indices quant à la qualité du vin. “Il est notamment difficile de se tromper avec des vins de Bordeaux issus de grands châteaux.”

Le millésime
Selon l’année, les vins peuvent se classer dans des catégories “à boire” et “à garder”. L’indication du millésime sur l’étiquette de la bouteille est donc un indice à ne pas négliger lorsque l’on achète du vin. Selon Marianne Delhomme, les bouteilles millésimées en 2003 “font généralement partie de la catégorie à boire pour ces fêtes, en raison des températures élevées qu’a connu l’année”.

Choisir son vin en fonction du repas
Le choix d’un vin doit se faire en fonction des plats servis à table. Même s’il n’existe pas de règles précises dans ce domaine et que les gourmets peuvent faire preuve d’originalité, quelques principes peuvent être suivis. Il est notamment recommandé de servir un vin blanc doux avec du foie gras. Marianne Delhomme conseille également un vin de Languedoc pour accompagner un plat épicé, un Pouillac pour l’agneau ou encore un Pinot noir avec du poisson.

Le prix, un bon indicateur
Comme souvent, le prix peut être un facteur de qualité. Le contraire n’est pas forcément vrai. Ainsi, “des vins peu chers peuvent être considérés comme bons”. Marianne Delhommepropose à ses clients des bouteilles allant de 5 euros à plus de 3.000 ou 5.000 euros, “en fonction de l’occasion, si c’est pour offrir ou juste pour se faire plaisir”.

En cas doute, poser des questions
Pour être sûr de ne pas se tromper, le mieux est de se faire conseiller. Chez les cavistes, des spécialistes se chargent de conseiller les acheteurs en fonction de leurs goûts et leurs budgets. Marianne Delhomme affirme que ce service fait partie de son métier de sommelière, qu’elle est “là pour conseiller, être à l’écoute et faire découvrir des vins aux clients”.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter