Magazine

Le vade mecum des associations mets-vins

Lors des repas que l’on veut soigner, il faut être vigilant sur la préparation des plats servis aux invités, mais aussi proposer le bon vin, se mariant avec le menu.

Faites confiance à l’appellation
Marianne Delhomme conseille aux personnes qui n’ont pas de connaissances particulières sur le vin de se fier aux crus d’Appellations d’Origine Contrôlée, “faciles à reconnaître”. Les noms de domaines sont également de bons indices quant à la qualité du vin. “Il est notamment difficile de se tromper avec des vins de Bordeaux issus de grands châteaux.”

Le millésime
Selon l’année, les vins peuvent se classer dans des catégories “à boire” et “à garder”. L’indication du millésime sur l’étiquette de la bouteille est donc un indice à ne pas négliger lorsque l’on achète du vin. Selon Marianne Delhomme, les bouteilles millésimées en 2003 “font généralement partie de la catégorie à boire pour ces fêtes, en raison des températures élevées qu’a connu l’année”.

Choisir son vin en fonction du repas
Le choix d’un vin doit se faire en fonction des plats servis à table. Même s’il n’existe pas de règles précises dans ce domaine et que les gourmets peuvent faire preuve d’originalité, quelques principes peuvent être suivis. Il est notamment recommandé de servir un vin blanc doux avec du foie gras. Marianne Delhomme conseille également un vin de Languedoc pour accompagner un plat épicé, un Pouillac pour l’agneau ou encore un Pinot noir avec du poisson.

Le prix, un bon indicateur
Comme souvent, le prix peut être un facteur de qualité. Le contraire n’est pas forcément vrai. Ainsi, “des vins peu chers peuvent être considérés comme bons”. Marianne Delhommepropose à ses clients des bouteilles allant de 5 euros à plus de 3.000 ou 5.000 euros, “en fonction de l’occasion, si c’est pour offrir ou juste pour se faire plaisir”.

En cas doute, poser des questions
Pour être sûr de ne pas se tromper, le mieux est de se faire conseiller. Chez les cavistes, des spécialistes se chargent de conseiller les acheteurs en fonction de leurs goûts et leurs budgets. Marianne Delhomme affirme que ce service fait partie de son métier de sommelière, qu’elle est “là pour conseiller, être à l’écoute et faire découvrir des vins aux clients”.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vite lu

Une bouillabaisse marseillaise chez un fromager aixois Si vous habitez Aix, plus besoin de venir à Marseille pour y déguster le plat emblématique. Vous avez désormais la possibilité de commander une bouillabaisse chez le fromager Benoît Lemarié (55, rue d’Italie à Aix) et il suffit de venir la récupérer le lendemain… Mitonnée avec beaucoup de talent par Gilles Carmignani, restaurateur marseillais (la Table de l’Olivier, 56, rue Mazenod, Marseille 2e arr.), la bouillabaisse est cuisinée le jour même, signe ultime de fraîcheur et de qualité. Prix : 46 € par personne. Infos au 04 42 66 50 06.

La cuisine d’été de Sophie, de Sophie Dudemaine sortira en librairies le 2 mai. Voici l’été, ses barbecues, ses salades colorées… Que l’on se retrouve autour du gril ou d’une simple tablée quotidienne, les mois estivaux sont toujours la promesse de douces saveurs grillées, fraîches et vitaminées. “Apéro, grillades, tartes, salades, desserts… les légumes et fruits d’été côtoient les viandes et crustacés, pour offrir à chacun la joie de bien manger, tout simplement. Je vous ai préparé 90 recettes salées et sucrées, délicieusement ensoleillées” promet Sophie qui cite le rôti de bœuf en croûte de moutarde, les saint-jacques à la plancha et la salade de pastèque. Photos de Rina Nurra, 224 pages, La Martinière Ed., tarif : 24,90 €.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter