Art de vivre

La maison Buon, un caviste, un resto, des appartements, un concept global bientôt rue Grignan

maison BuonUn restaurant, une salle d’expositions éphémères, une cave à vins, des appartements de standing en mode AirBnB… Le chantier de la Maison Buon est ambitieux, le projet superbe et le concept non moins global. En lieu et place de l’ancien magasin de tapis et de décoration Misraki, la maison Buon va se déployer selon un calendrier bien précis. Première étape : l’ouverture le 20 décembre 2016 d’une nouvelle cave à vins baptisée « la Cave des Papilles » avec Julien Boyer à l’accueil. « Après Paris, c’est la deuxième enseigne à porter ce nom, explique le caviste. Nous présenterons des vins de vignerons à 80% bio, natures ou biodynamique. Des vins de Loire, de Bourgogne, d’Alsace aussi pour s’ouvrir des horizons nouveaux sur quelque 400 références ».

Du mercredi au vendredi, de 18h à 20h30, des afterworks proposent de découvrir les vins de la cave (droit de bouchon 7€) tout en grignotant tartines et saucissons secs d’Emmanuel Chavassieux. Et comptez sur Julien Boyer pour vous alimenter en anecdotes et notes de dégustation…
Le restaurant est encore en travaux, il occupera la vitrine à la gauche du portail et complétera l’offre de la cave. « Pour l’heure, le chef n’est pas encore recruté, assure Julien Boyer. Le restaurant s’appellera Madame Jeanne. La cuisine sera ouverte sur la salle et la carte bistronomique fera la part belle au produit » complète le caviste qui a, un temps, déjà tenu une cave à Arles. De sources proches des investisseurs, une jeune cuisinière à New York aurait été approchée de même qu’un « Monsieur français » tiendrait aussi la corde pour ce poste. Ouverture de Madame Jeanne espérée en mars prochain. Dans le fond du bâtiment, passée la véranda qui sera arborée et aménagée « pour prendre un verre et traîner », une vaste salle accueillera événements privés, expos ou une galerie éphémère. Au premier étage, « des appartements » de standing, a priori trois, seront mis en location sur le mode AirBnB avec un service de conciergerie. Derrière ce brillant projet : Laurent Katz qui a, un temps, présidé aux destinées du centre équestre Pastré. Avec son frère installé à Paris, on devine leur passion et leur enthousiasme pour que cette maison Buon prenne vie au plus tôt.

Maison Buon (encore en travaux), la Cave des Papilles, 84-86, rue Grignan, Marseille 1er arr. 04 86 26 50 16.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.