Magazine

Mélanie Masson, les adresses passion de la voix la plus gourmande de Provence

collage melanie masson 1Mélanie Masson a 27 ans « et grand besoin d’un café ». Peu ont vu cette (belle) jeune femme, beaucoup l’ont entendue. Elle est l’une des voix qui animent régulièrement les antennes de France Bleu Provence et Radio Grenouille. Mélanie a poussé son premier cri à la clinique marseillaise Beauregard, a fréquenté le collège de Sausset-les-Pins puis Lacordaire à Marseille. Une prépa littéraire à Thiers (hypokhâgne et khâgne), elle a suivi ensuite les cours de science Po à Aix et passé un an en Irlande. Licence d’histoire en poche, c’est une tête bien pleine qui débarque un jour à la friche Belle-de-Mai : « J’ai fait un master de recherche politique comparée et un master 2 affaires et projets culturels… c’est ce qui m’a amenée à travailler sur la production dans les arts numériques » dit-elle. Un jour d’octobre 2013, poussée par ses amis de Grenouille sans qui elle n’aurait rien osé, Mélanie présente une lettre de motivation et une clé USB à l’un des cadres de Radio France alors en visite à la foire de Marseille… Le destin a fait le reste et la voici, depuis, « électron libre des ondes » en animatrice radio itinérante sur le réseau France Bleu partout en France. Hier en Alsace, aujourd’hui en Aquitaine, demain « quelque part », Mélanie fait partager sa passion pour la gastronomie et l’art de vivre. Portrait…

Mélanie, si tu étais…

Un gâteau… Je serais un millefeuille, mais un bon millefeuille c’est très rare. Il serait plein de couches fines, un truc délicat, carré, espiègle et doux avec le sucre glace mais complexe au coeur. Ce serait un gâteau franc et direct. Je l’achèterais à la pâtisserie de Sausset-les-Pins rien que pour le « gling » qui sonne quand on pousse la porte. C’est un souvenir d’enfance avec ma grand-mère…
Un restaurant… Je serais une table de famille qui raconte une histoire. Il serait en bord de mer, chaleureux avec du bois et du cuir et il y aurait une bibliothèque dedans. On y mangerait du bon produit simple, copieux mais pas roboratif. Les assiettes seraient soignées mais pas maniérées. J’aime le café Vian (3, rue Crudère, Marseille 6e) pour sa souris d’agneau confite exceptionnelle et les bougies. Finalement, le restaurant idéal ce serait l’appartement que j’aimerais avoir avec un tourne-disque.
Un produit… La poutargue achetée aux Salins à Martigues, un matin d’automne quand il fait froid.
Ce qu’il y a de plus à droite chez toi ? Une partie de ma famille.
Et ce qu’il y a de plus à gauche ? Mes amis et le mariage pour tous.
Un marché… L’english market de Cork en Irlande sur lequel j’ai fait mon mémoire de Science-Po. Il a été créé au XVIIIe sous colonisation britannique, c’est le plus qualitatif des marchés couverts de l’île.
Un chef… Je suis déjà chef dans mon studio (rires) J’aurais aimé être la mère Brazier qui s’est imposée à Lyon bien avant Bocuse, elle a défriché le terrain.
Un plat… L’escalope milanaise à cause de mes origines en Italie du Nord. Une viande très fine, sans gras et panée à la main. Je serais aussi le gratin de courgettes de maman, c’est le seul qui ne soit pas fade avec la noix muscade. Il est gourmand et sain… c’est grâce à la béchamel, je n’arrive pas à faire la même béchamel que maman !
Les 4 invités d’un dîner (presque) parfait ? Simone Veil, Joan Baez, Quentin Tarantino et Casimir.
Ton dernier livre… « Entre ciel et terre » de Jon Kalman Stefanson, une histoire de pêcheurs, de mer, de poésie à chaque page

collage melanie masson adresses
Les navettes, les salons de la Caravelle et les cafés de la brûlerie Richelme

Tes adresses à Marseille et ailleurs ?

La Caravelle pour un midi en terrasse, pas forcément pour manger, pour lire un journal, bosser, partager une planche de charcuteries, être esquiché sur la terrasse et parler aux gens qu’on ne connaît pas (hôtel Bellevue, 34, quai du Port, Marseille 2e arr. ; 04 91 90 36 64).
La Cave de Baille pour le patron qui est jeune, enthousiaste et partageur ; ces tarifs sont raisonnables (133, bd Baille, Marseille 5e arr. ; 04 96 12 05 68).
La Cave de Prague (8, rue de Prague, Paris XIIe arr. ; 01 72 68 07 36), ce sont des gens qui partagent et communiquent leur passion.
Le Four des Navettes (136, rue Sainte, Marseille 7e arr. ; 04 91 33 32 12) et les Navettes des Accoules (68, rue Caisserie, Marseille 2e arr. ; 04 91 90 99 42), je sais, ça fait un peu cliché mais ce sont des adresses qui racontent une histoire, le produit me parle, me rappelle des souvenirs.
Dos Hermanas (18, rue Bussy l’Indien, Marseille 6e arr. ; 04 96 12 00 23), comme en Espagne, ça sent la sangria, la sueur et l’huile d’olive des casseroles. On y parle fort, il y a du bruit, j’adore !
Chez Saladin (10, rue Longue des Capucins, Marseille 1er ; 04 91 33 22 76) dans le quartier Noailles pour les épices, les savons, l’ailleurs que toutes ces odeurs évoquent.
La brûlerie Richelme (1, place Richelme, à Aix-en-Provence ; 04 42 23 55 27) parce que le café c’est très important pour moi et que j’adore les bruits, l’ambiances et odeurs de ce torréfacteur de centre-ville.

Retrouvez Mélanie Masson sur Radio Grenouille dans l’émission l’Instant d’Eux (88.8 fm) ;
sur France Bleu Provence en décembre de 9h à 12h du 21 décembre 2015 au 3 janvier 2016 (103.6 fm)

6 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Bel article
    Bravo pour ton parcours!
    On écoute ta voix de temps en temps et comme il y a 7 ans on la trouve toujours aussi lumineuse.
    Bises

    • Si la lumière traverse les ondes et les âges….alors, !
      Un grand merci pour ce joli mot qui touche d’autant plus en ce lendemain de sombre week-end…
      Tendres bises.
      M.

  • Bonjour Mélanie,
    Pour vous dire que vous êtes mon SOLEIL, votre voix , votre gentillesse, votre humour , votre professionnalisme, vous avez tout, vous êtes ADORABLE.
    Voilà ce que je voulais vous dire tout simplement et avec le coeur.
    Bien sûr , j’écoute France Bleu Provence depuis des années et j’apprécie toutes les autres personnes, mais vous chère Mélanie, en particulier. Vous transmettez votre sourire à travers les ondes. UN GRAND MERCI.
    Avec toute mon amitié.
    Claudette SEMPERE

  • Douce Mélanie,
    Enfin vous voilà de retour le matin, vous êtes un bonheur , un soleil, dans votre voix nous voyions votre sourire.
    Je suis une mamie de 80 ans , qui écoute France bleu depuis des dizaines d’années, vous êtes une radio extraordinaire , mais quand vous êtes là , elle s’illumine.
    Voilà simplement ce que je voulais vous dire.
    Un immense merci d’éclairer mes matinées.
    Je suis une mamie active , donc vous pouvez me croire adorable Mélanie quand je vous dis que vous êtes mon soleil.
    Continuez comme ça et surtout vous, ne rien changer à votre façon d’être .
    Encore merci.
    Claudette SEMPERE

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.