Magazine

Vendanges 2015 : récolte mémorable en vallée du Rhône

carte cotes du rhone« Si la récolte est dans la moyenne des 5 dernières années en quantité, la qualité, elle, est exceptionnelle ». Voilà en une phrase résumée, l’analyse du millésime 2015 en vallée du Rhône. Après une récolte historiquement faible en 2013, suivie de volumes en hausse en 2014, le vignoble de la vallée du Rhône renoue avec la moyenne des cinq dernières années. « Ainsi, même s’il est encore un peu tôt pour se prononcer, les premières prévisions font état d’une baisse de 5 à 10% par rapport à 2014 » tempère-t-on du côté d’Interhône, « la voix » des viticulteurs de la région.
Du nord au sud, la qualité exceptionnelle du millésime se confirme à la dégustation des premières cuvées. Pour les rouges, on note des couleurs intenses, du fruit, un potentiel tannique important. Les cuvées sont très colorées, riches en polyphénols. « On va avoir des vins de garde, avec beaucoup d’arômes », se réjouit Françoise Dijon, responsable de l’observatoire du vignoble. Les premières cuvées de Syrah confirment la bonne extractibilité des composés phénoliques. Elles présentent des intensités colorantes d’exception, des indices de polyphénols totaux remarquables, et développent de beaux arômes de fruits. D’après les premières dégustations sur cuves, les premiers grenaches donnent eux aussi des vins très colorés et tanniques.

Tous les cépages ont eu une récolte homogène, et devraient pouvoir révéler tous leurs arômes pour de très beaux vins de garde. La vigne a traversé trois épisodes pluvieux en septembre, sans aucun problème sanitaire, « les peaux des raisins étaient particulièrement épaisses et ont protégé les baies » continue la responsable de l’observatoire du vignoble. Ce maintien d’un bon état sanitaire et le beau temps des derniers jours de septembre ont permis de pousser les maturités et de récolter les cépages à leur optimum. « Cela annonce de superbes assemblages, ça va être passionnant », s’enchante Françoise Dijon. « Alors que les volumes sont de nouveau au rendez-vous, de mémoire de professionnel, c’est l’une des plus belles récoltes de ces dernières années, avec un potentiel incroyable pour les vins rouges » assure Interhône dans un communiqué, forcément laudateur.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.