La Ciotat

Flacons, c’est fini. L’aventure aura duré un an, Jonathan Poncelet à l’assiette et Enzo Cala, au verre ont décidé de vendre leur restaurant de la rue du Maréchal Foch dans le Vieux-La Ciotat. On regrettera le credo du duo : faire bien, bon et cool. D’après les rumeurs, Jonathan restera à La Ciotat pour se déporter en périphérie et faire vivre une table essentiellement du midi. A suivre.

Saint-Tropez

Lignac et de deux ! Il y a deux ans, pour leur toute première ouverture hors Paris, Cyril Lignac et Benoît Couvrand avaient choisi de s’installer sur la route des plages. Cet été 2024, ils ouvrent une seconde adresse au cœur du village, non loin du port. La boutique proposera une sélection de pains, viennoiseries, goûters, pâtisseries (pavlova aux fruits rouges, un fondant chocolat praliné, une tropézienne framboise, une tarte abricots) et des chocolats. Une gamme de salés complétera l’offre avec des quiches, clubs sandwiches, croque-monsieurs, des pissaladières et focaccia.
• 66, route des Plages et 1, rue de l’Annonciade, infos au 04 98 13 78 73.

Marseille

► Les réservations pour dîner sur l’île Degaby sont ouvertes. De mai à octobre, l’île Degaby accueille un restaurant et un bar éphémères, une première dans l’histoire séculaire de ce fortin construit pour une vedette de music-hall au début du XXe siècle. Le restaurant proposera tout l’été  une cuisine tournée vers la Méditerranée, faisant la part belle à la saison, aux producteurs et artisans de la région. Des plats signatures pourront être partagés accompagnés d’une carte de vins sélectionnés avec soin. La réservation est indispensable afin d’assurer le transport en bateau. La carte proposera 3 entrées, 3 plats et 3 desserts, ainsi que des plats signature pensés comme des pièces à partager. C’est Sébastien Dugast qui assurera la partition comestible. Originaire de Nantes et après avoir bossé dans des restaurants étoilés, il fut un temps le chef de la SMA Stéréolux à Nantes où il a pu associer ses deux passions, la cuisine et la musique. Après avoir roulé sa bosse en Australie et aux USA, il s’installe à Marseille en 2012 au côté de Gérald Passédat au Môle, au cœur du Mucem. Attaché aux techniques de la cuisine traditionnelle française, Sébastien Dugast cherche la simplicité dans le travail du produit rigoureusement choisi. La maîtrise des cuissons et des jus sont fondamentaux pour lui. En 2021, Sébastien Dugast co-crée Mensa avec Romain Nicoli. Ils accompagnent l’île Degaby depuis 2023 pour la création de son bar et de son restaurant.
• Pour réserver vos soirées, c’est ici.

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.

Suis-nous sur les réseaux

Magazine

Vendanges 2015 : récolte mémorable en vallée du Rhône

carte cotes du rhone« Si la récolte est dans la moyenne des 5 dernières années en quantité, la qualité, elle, est exceptionnelle ». Voilà en une phrase résumée, l’analyse du millésime 2015 en vallée du Rhône. Après une récolte historiquement faible en 2013, suivie de volumes en hausse en 2014, le vignoble de la vallée du Rhône renoue avec la moyenne des cinq dernières années. « Ainsi, même s’il est encore un peu tôt pour se prononcer, les premières prévisions font état d’une baisse de 5 à 10% par rapport à 2014 » tempère-t-on du côté d’Interhône, « la voix » des viticulteurs de la région.
Du nord au sud, la qualité exceptionnelle du millésime se confirme à la dégustation des premières cuvées. Pour les rouges, on note des couleurs intenses, du fruit, un potentiel tannique important. Les cuvées sont très colorées, riches en polyphénols. « On va avoir des vins de garde, avec beaucoup d’arômes », se réjouit Françoise Dijon, responsable de l’observatoire du vignoble. Les premières cuvées de Syrah confirment la bonne extractibilité des composés phénoliques. Elles présentent des intensités colorantes d’exception, des indices de polyphénols totaux remarquables, et développent de beaux arômes de fruits. D’après les premières dégustations sur cuves, les premiers grenaches donnent eux aussi des vins très colorés et tanniques.

Tous les cépages ont eu une récolte homogène, et devraient pouvoir révéler tous leurs arômes pour de très beaux vins de garde. La vigne a traversé trois épisodes pluvieux en septembre, sans aucun problème sanitaire, « les peaux des raisins étaient particulièrement épaisses et ont protégé les baies » continue la responsable de l’observatoire du vignoble. Ce maintien d’un bon état sanitaire et le beau temps des derniers jours de septembre ont permis de pousser les maturités et de récolter les cépages à leur optimum. « Cela annonce de superbes assemblages, ça va être passionnant », s’enchante Françoise Dijon. « Alors que les volumes sont de nouveau au rendez-vous, de mémoire de professionnel, c’est l’une des plus belles récoltes de ces dernières années, avec un potentiel incroyable pour les vins rouges » assure Interhône dans un communiqué, forcément laudateur.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.