Vins rosés, vins d'été

Terres de Maslauris 2017, un rosé gourmand et expressif

MaslaurisLa passion du vin peut mener loin. Des quais de Seine aux contreforts du Luberon, Didier Théophile a racheté un domaine en déshérence en 2010. Partageant désormais sa vie entre ses plaidoiries d’avocat d’affaires parisien et son âme de vigneron, Théophile est un homme de passions. Il s’est retroussé les manches, sauvant 10 hectares du naufrages. Il a fait arracher des ceps en déshérences, laissant se reposer la terre et replantant les cépages autochtones sous l’oeil bienveillant de Michel Tardieu, lui même natif de Lauris, qui l’épaule depuis les premières heures. L’homme a mis en branle les principes de l’agriculture biologique, mâtinés de quelques nuances biodynamiques, et regarde, depuis 2015 année de son premier millésime, les fruits de la vigne lui donner toujours plus de satisfactions.
Les terres du domaine de Maslauris s’étendent sur de doux coteaux, proches du village de Lauris, entre le massif du Luberon et la Durance. De ses terres, surgit un magnifique panorama allant du Luberon, avec son point culminant le Mourre Negre, jusqu’à Sainte-Victoire. Les vignes sont d’un seul tenant autour de la propriété et bénéficient à la fois d’un ensoleillement exceptionnel et de nuits fraîches en été, après des hivers souvent secs et rigoureux. La présence du mistral apporte de la fraîcheur et assure un état sanitaire irréprochable et des vendanges saines.

Le Terres de Maslauris, rosé 2017, est le fruit d’un assemblage cinsault (50%), grenache (40%) et mourvèdre. Les vendanges manuelles à la fraîche, le matin à la lampe frontale, assurent une parfaite préservation des arômes. 2017 restera comme une année chaude et particulièrement sèche. Après un début de printemps légèrement humide, la météo a vite changé et plus une goutte de pluie n’est tombée de la saison. Un été caniculaire s’en est suivi. La vigne est allée puiser dans les sous-sols plus en profondeur. Une contrainte hydrique qui lui a permis d’explorer un maximum de son terroir. Ce rosé à la robe très claire révèle un nez vif aux élégantes notes exotiques et de petits fruits frais. En bouche, ce rosé très équilibré combine fraîcheur et acidité. On le servira bien sûr à l’apéritif mais aussi avec des salades, grillades, et les grands classiques provençaux adaptés à sa vivacité et sa structure.

Maslauris, Les Grès, 84360 Lauris ; infos au 06 79 80 03 35. Le rosé 2017 éponyme est en vente au prix moyen de 9 € les 75 cl.

Vite lu

Un nouveau chef au Chardon Du 21 mars au 1er avril Mickael Arnaud prend possession du Chardon à Arles. Mickaël a appris la cuisine dans le Sud de la France et s’est formé chez Marc Veyrat à Megève à “la Ferme de mon Père”, enchaînant ensuite les postes de second puis de chef de cuisine dans plusieurs bistrots parisiens : la Fleur bleue, Café de l’Époque, la Closerie des Lilas, Chacun Fait, Alf et Billili. Il organise régulièrement des événements où il invite d’autres potes chefs comme lui. Son approche très naturelle de la cuisine, favorise la cuisson des produits frais et saisonniers. C’est au Chardon, du jeudi soir au lundi soir (19h30-22h30) et du vendredi au lundi midi (12h30-14h30) ; infos au 09 72 86 72 04.

ProWein 2019 37 domaines des appellations côtes-de-Provence, coteaux d’Aix-en-Provence et coteaux varois en Provence étaient réunies sur le stand du Comité interprofessionnel des vins de Provence à ProWein à Düsseldorf, leader des salons professionnels internationaux des vins et spiritueux. Près de 2 000 visiteurs se sont rendus sur l’espace libre de dégustation, soit une hausse de 100% par rapport à 2018. Un engouement des professionnels qui confirme la notoriété et les bons résultats des vins de Provence à l’export. L’export, 1er débouché des Vins de Provence avec 429 171 hl (équivalent à 57 millions de bouteilles) exportés en 2018 toutes couleurs confondues.

Conticini Salon du chocolat à Arles Arles accueille du 30 mars au 1er avril son salon du chocolat. Venus de tout l’Hexagone, pâtissiers, chocolatiers et biscuitiers se partageront 1700 m2 du palais des congrès. En tablettes, rochers, à tartiner, à fondre, au lait ou noir, le chocolat sera présenté sous toutes ses formes. En outre, des stands de vins doux, de champagne, des jus de fruits, arts de la table et autres sucreries compléteront l’offre. Démonstrations, ateliers, animations, défilés de mode ponctueront ces journées. Par ailleurs, le pâtissier Philippe Conticini sera présent le samedi de 10h à 16 heures et viendra à la rencontre des visiteurs qui lui poseront des questions à la fois pâtissières et professionnelles. Du 30 mars au 1er avril, de 10h à 19h, ave de la Première Division de la France libre ; infos au 04 90 99 08 08. Entrée : 5 € et 3 €.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter