Vins rosés, vins d'été

Terres de Maslauris 2017, un rosé gourmand et expressif

MaslaurisLa passion du vin peut mener loin. Des quais de Seine aux contreforts du Luberon, Didier Théophile a racheté un domaine en déshérence en 2010. Partageant désormais sa vie entre ses plaidoiries d’avocat d’affaires parisien et son âme de vigneron, Théophile est un homme de passions. Il s’est retroussé les manches, sauvant 10 hectares du naufrages. Il a fait arracher des ceps en déshérences, laissant se reposer la terre et replantant les cépages autochtones sous l’oeil bienveillant de Michel Tardieu, lui même natif de Lauris, qui l’épaule depuis les premières heures. L’homme a mis en branle les principes de l’agriculture biologique, mâtinés de quelques nuances biodynamiques, et regarde, depuis 2015 année de son premier millésime, les fruits de la vigne lui donner toujours plus de satisfactions.
Les terres du domaine de Maslauris s’étendent sur de doux coteaux, proches du village de Lauris, entre le massif du Luberon et la Durance. De ses terres, surgit un magnifique panorama allant du Luberon, avec son point culminant le Mourre Negre, jusqu’à Sainte-Victoire. Les vignes sont d’un seul tenant autour de la propriété et bénéficient à la fois d’un ensoleillement exceptionnel et de nuits fraîches en été, après des hivers souvent secs et rigoureux. La présence du mistral apporte de la fraîcheur et assure un état sanitaire irréprochable et des vendanges saines.

Le Terres de Maslauris, rosé 2017, est le fruit d’un assemblage cinsault (50%), grenache (40%) et mourvèdre. Les vendanges manuelles à la fraîche, le matin à la lampe frontale, assurent une parfaite préservation des arômes. 2017 restera comme une année chaude et particulièrement sèche. Après un début de printemps légèrement humide, la météo a vite changé et plus une goutte de pluie n’est tombée de la saison. Un été caniculaire s’en est suivi. La vigne est allée puiser dans les sous-sols plus en profondeur. Une contrainte hydrique qui lui a permis d’explorer un maximum de son terroir. Ce rosé à la robe très claire révèle un nez vif aux élégantes notes exotiques et de petits fruits frais. En bouche, ce rosé très équilibré combine fraîcheur et acidité. On le servira bien sûr à l’apéritif mais aussi avec des salades, grillades, et les grands classiques provençaux adaptés à sa vivacité et sa structure.

Maslauris, Les Grès, 84360 Lauris ; infos au 06 79 80 03 35. Le rosé 2017 éponyme est en vente au prix moyen de 9 € les 75 cl.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

En bref

Le grand marché de la friche sera poulpesque A chaque nouvelle saison, les grands marchés mettent en vedette un produit et le lundi 7 octobre, pour la session d’automne, le poulpe fera l’objet de toutes les attentions. Ce soir-là, 40 producteurs de la région seront présents (fruits et légumes d’automne, des fromagers, viande de volaille et de bœuf, du vin et du pain, des épices et des infusions, des herbes aromatiques ainsi que du poulpe frais, séché, fumé, en conserve…)
En cuisine, Philippe Ivanez (Les Jnoun Factory / Gargantuart) cuisinier, artiste, plasticien et photographe fera chanter les supions, encornets, seiches sur sa plancha accompagnés de panisses frites nappées de black (encre de seiche, wasabi) ou orange mayo (paprika basque fumé). La brigade des grandes Tables préparera une marmite de daube de poulpe, pour rassasier les plus affamés. Au four à bois, une pizza de la mer. Au micro de Pierre Psaltis (Le Grand Pastis) et Jonah Senouillet (Radio Grenouille), on examinera le poulpe avec passion aux côtés d’invités et experts qui se succéderont à table de 18h à 20h. De 20h15 à 21h30, place au solo poulpesque et psychédélique de LpLpo, créature énigmatique qui se nourrit de courant électrique et de sons cabalistiques. Sans oublier la plongée sous-marine et lunaire avec les photos de Denis Cartet. Toutes les infos ici.

Abonnez-vous à notre newsletter