En direct du marché

Savim d’automne, le grand marché gastronomique des fêtes de fin d’année est annoncé

Savim d'automneIl est à l’automne, ce que le sapin est à Noël. Le Savim d’automne, salon des vins et de la gastronomie, 22e du genre, est annoncé pour la fin du mois de novembre prochain. Fort d’une fréquentation en constante hausse qui l’a hissé au premier rang des salons gastronomiques de France, bien loin devant Paris, le Savim doit son succès à deux hommes : Philippe et Florent Colonna. Au premier, la difficile tâche de sélectionner, goûter et valider la venue des exposants ; au second, la gestion administrative du salon. “Cette année et lors des prochaines éditions, le Savim va s’ouvrir de plus en plus aux producteurs étrangers, confesse Philippe Colonna. Les spécialités de France sont déjà surreprésentées alors nous allons nous ouvrir aux spécialités étrangères”. Parallèlement à l’arrivée d’apiculteurs lituaniens, des pâtissiers turinois avec leurs panettone et des meilleurs chorizos d’Espagne, Colonna souhaite “accueillir de plus en plus de vignerons français”.

Le 22e Savim d’automne c’est 420 exposants répartis en 2 halls du parc Chanot, soit 10 000 m2 divisés à parts égales entre les vignerons et les producteurs alimentaires
“Aux origines, le Savim était un salon de vignerons et nous allons revenir aux sources, détaille Philippe Colonna. Aujourd’hui, nous accueillons plus de 200 vignerons et nous irons au-delà car le public aujourd’hui, exige du choix”. La règle d’or du succès du Savim d’automne réside dans le choix des exposants : pas de revendeurs, de négociants, encore moins de représentants. “Je veux que le public vienne à la rencontre du producteur, si beaucoup parlent aujourd’hui de locavorisme ou de traçabilité, c’est chez nous une règle de toujours” sourit Philippe Colonna.
Cette année, donc, nous découvrirons un pêcheur de poulpes qui les cuisine à toutes les sauces, les fameux vinaigres balsamiques Dodi, un Grec qui produit des huiles d’olives issues d’arbres millénaires… Un immense festin, un délire gourmand qu’il ne faudra pas rater. A quelques jours de l’ouverture du salon, Philippe Colonna analyse : “Il faut compter 100 exposants pour attirer 20 000 visiteurs. Mon objectif, c’est d’avoir un jour 500 exposants pour enregistrer 100 000 entrées. Certes c’est ambitieux mais peut-être l’atteindra-t-on pour le 25e anniversaire… Ce serait un beau cadeau non ?”.

Savim d’automne, du 18 au 21 novembre de 10h à 20h au parc Chanot (19h le lundi soir),
Marseille 8e arr., M° rond-point du Prado. 
Entrée : 8 € avec un verre à dégustation gravé.
Gratuit pour les moins de 18 ans accompagnés d’adultes.

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter