En direct du marché

Une nouvelle cave à bières : Victor fait monter la pression

cave-a-bieres-victor Admirer leurs étagères invite au voyage ; classées par pays, les bières racontent chacune une histoire commencée au Japon, en Ecosse, au Sri Lanka, au Québec ou en Hollande, et qui finira dans le verre des amateurs du quartier Saint-Victor. Arnaud Champin et Thomas Poucel ont associé leur passion pour la mousse en créant une cave à bières dans un quartier en plein essor. « On bossait tous les deux pour des magazines et sites web consacrés à la chasse sous-marine, à la plongée ou à l’apnée, racontent les deux copains. L’envie de nous lancer et de commercialiser les produits qui nous plaisent a suffit à nous convaincre de sauter le pas ».

IPA = India Pale Ale
Ale désigne les bières de fermentation haute (par opposition aux lagers de fermentation basse). Pale est lié à la couleur. Enfin India parce que ces bières produites en Angleterre, et destinées à l’export, étaient plus houblonnées et plus alcoolisées afin de tenir le voyage vers l’Inde qui était alors une colonie anglaise. Ce style anglais à l’origine a largement été repris par les brasseries artisanales (d’abord aux Etats-Unis qui ont grandement contribué à la renaissance des IPA).
Des bières du monde, « mais aussi des bières d’ici car nous souhaitons encourager les entreprises régionales » assure Arnaud Champin, tout juste âgé de 32 ans. Les trois marques marseillaises, la Minotte, la Brasserie des Suds et la Plaine, côtoient les célébrités régionales : « Il y a la Bière artisanale du Luberon, brassée à Pertuis, il y a Sulauze à Miramas, installée dans une ancienne bergerie » commence à énumérer Thomas Poucel. « Et puis Aix pression à Rognes, une bière produite par un jeune d’une vingtaine d’années » complète Arnaud Champin.

En tout, quelque 300 étiquettes, insolites, drôles, intrigantes pour la plupart qui témoignent d’une passion et d’une sélection large : « Les références seront amenées à tourner car les micro-brasseries sont très créatives » assure Thomas Poucel. « La bière, on la déguste au gré de ses envies », explique Arnaud. A découvrir, les IPA (India pale ale, des bières de fermentation haute), des bières plus légères, voire des bières noires : « Ne vous laissez pas impressionner, une bière noire n’est pas forcément amère ni très alcoolisée. La couleur provient du malt plus ou moins torréfié » raconte Thomas.

Les deux associés débordent d’idées pour faire mousser leurs 75 m2 de boutique : « Nous proposons de déguster une centaine de références sur place et nous avons un projet d’ateliers découverte » disent-ils. « C’est un bon vent qui a poussé les Hommes vers la bière » a écrit un jour l’américain Washington Irving. C’est le mistral qui, le 25 octobre dernier, a poussé deux copains à inaugurer Victor…

Victor, cave à bières, 20, rue d’Endoume, Marseille 7e arr. ; infos au 09 86 76 47 14.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter