Magazine

Savim : le salon de la gastronomie de Noël est annoncé

savim 1 - CopieLyon capitale de la gastronomie française ; Paris, ville la plus célébrée par le guide Michelin. Et Marseille… la ville qui a donné naissance et abrite le plus gros salon gastronomique de l’Hexagone. A la tête de ce salon, deux hommes, le père et le fils, respectivement Philippe et Florent Colonna. Au premier, la sélection des exposants ; au second, l’organisation stricto sensu du salon. Il y a deux Savim par an (automne et printemps) et à chaque fois la même règle : « Chez nous, il n’y a que des producteurs, pas
de négociants ni de revendeurs » martèle Philippe Colonna. De fait, quatre jours durant, du 20 ay 24 novembre, le prochain salon se déroulera dans une ambiance conviviale où les experts, les amateurs et simplement ceux qui aiment les « bonnes choses », se croisent, découvrent et échangent. Pour les citadins, c’est l’occasion de rencontrer vignerons et producteurs fermiers, une garantie d’authenticité et de traçabilité.

savim 3 - CopieC’est le Savim d’automne qui est le plus important en termes de participants, visiteurs et chiffre d’affaires : la proximité des fêtes de fin d’année n’y est pas pour rien et nombreux sont ceux qui viennent y chercher foies gras, terrines, charcutailles, chocolats, truffes, vins et champagnes pour leurs réveillons (la liste des exposants en cliquant ici).
Côté vins, les « petites » appellations (côtes du Jura, picpoul de Pinet), côtoient les grands noms (saint-émilion, chassagne et puligny Montrachet) et les stars locales (cassis, cotes de Provence, corse). La liste des viticulteurs présents en cliquant ici.

Le succès s’exporte… jusqu’au palais Brongniart

Au fil des ans et des sessions, le succès du Savim est devnu tel que Philippe et Florent Colonna ont décidé d’exporter le modèle. Le Savim s’installe donc pour la deuxième année consécutive du 19 au 22 décembre au centre de Paris dans l’enceinte même de l’ancien palais de la bourse. « Signe de son succès, il dure un jour de plus que l’an dernier » souligne Philippe Colonna. Quelque 10 500 visiteurs l’ont parcouru l’an dernier et les Colonna espèrent faire mieux en 2014 avec 89 exposants, producteurs et de viticulteurs, parmi les meilleurs, dans la sélection opérée par Philippe Colonna. « C’est un salon haut de gamme à la hauteur des attentes du public parisien », reconnaît Colonna, qui croise les doigts afin que le succès parisien se confirme cette année encore.

Le Savim de Marseille au parc Chanot (halls 1 et 2) du 21 au 24 novembre de 10h à 20h.
Entrée : 8 € et 4 € avec un verre à dégustation gravé. Dégustation gratuite dans tous les stands
de vin et de gastronomie.
Cours initiation à la dégustation de vin : 3 séances d’une heure (sauf le lundi) :
à 13h 15 et 17 heures ; tarif : 7 €, inscription à l’accueil auprès de nos hôtesses. 25 personnes maxi par cours.
Restauration sur place : les visiteurs se servent dans les stands auprès des producteurs
et se restaurent dans des espaces réservés à cet effet dans le hall 1 et le hall 2 /
restaurant gastronomique avec service à table ouvert de 11h à 19h sans interruption dans le hall 2.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.