Magazine

Savim : le salon de la gastronomie de Noël est annoncé

savim 1 - CopieLyon capitale de la gastronomie française ; Paris, ville la plus célébrée par le guide Michelin. Et Marseille… la ville qui a donné naissance et abrite le plus gros salon gastronomique de l’Hexagone. A la tête de ce salon, deux hommes, le père et le fils, respectivement Philippe et Florent Colonna. Au premier, la sélection des exposants ; au second, l’organisation stricto sensu du salon. Il y a deux Savim par an (automne et printemps) et à chaque fois la même règle : « Chez nous, il n’y a que des producteurs, pas
de négociants ni de revendeurs » martèle Philippe Colonna. De fait, quatre jours durant, du 20 ay 24 novembre, le prochain salon se déroulera dans une ambiance conviviale où les experts, les amateurs et simplement ceux qui aiment les « bonnes choses », se croisent, découvrent et échangent. Pour les citadins, c’est l’occasion de rencontrer vignerons et producteurs fermiers, une garantie d’authenticité et de traçabilité.

savim 3 - CopieC’est le Savim d’automne qui est le plus important en termes de participants, visiteurs et chiffre d’affaires : la proximité des fêtes de fin d’année n’y est pas pour rien et nombreux sont ceux qui viennent y chercher foies gras, terrines, charcutailles, chocolats, truffes, vins et champagnes pour leurs réveillons (la liste des exposants en cliquant ici).
Côté vins, les « petites » appellations (côtes du Jura, picpoul de Pinet), côtoient les grands noms (saint-émilion, chassagne et puligny Montrachet) et les stars locales (cassis, cotes de Provence, corse). La liste des viticulteurs présents en cliquant ici.

Le succès s’exporte… jusqu’au palais Brongniart

Au fil des ans et des sessions, le succès du Savim est devnu tel que Philippe et Florent Colonna ont décidé d’exporter le modèle. Le Savim s’installe donc pour la deuxième année consécutive du 19 au 22 décembre au centre de Paris dans l’enceinte même de l’ancien palais de la bourse. « Signe de son succès, il dure un jour de plus que l’an dernier » souligne Philippe Colonna. Quelque 10 500 visiteurs l’ont parcouru l’an dernier et les Colonna espèrent faire mieux en 2014 avec 89 exposants, producteurs et de viticulteurs, parmi les meilleurs, dans la sélection opérée par Philippe Colonna. « C’est un salon haut de gamme à la hauteur des attentes du public parisien », reconnaît Colonna, qui croise les doigts afin que le succès parisien se confirme cette année encore.

Le Savim de Marseille au parc Chanot (halls 1 et 2) du 21 au 24 novembre de 10h à 20h.
Entrée : 8 € et 4 € avec un verre à dégustation gravé. Dégustation gratuite dans tous les stands
de vin et de gastronomie.
Cours initiation à la dégustation de vin : 3 séances d’une heure (sauf le lundi) :
à 13h 15 et 17 heures ; tarif : 7 €, inscription à l’accueil auprès de nos hôtesses. 25 personnes maxi par cours.
Restauration sur place : les visiteurs se servent dans les stands auprès des producteurs
et se restaurent dans des espaces réservés à cet effet dans le hall 1 et le hall 2 /
restaurant gastronomique avec service à table ouvert de 11h à 19h sans interruption dans le hall 2.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter