Vins rosés, vins d'été

Secret de Léoube rosé 2017, le vin de la fête azuréenne est avancé

Secret de LéoubeCette année, – les vignobles se sont-ils passés le mot ? -, la mode est aux bouteilles sérigraphiées. Oubliées les étiquettes, la tendance est à la transparence et qui, mieux que le rosé, peut accueillir cette évolution ?  A l’image de cette cuvée Secret de Léoube 2017 du domaine éponyme, la transparence est de rigueur ! La couleur rose pâle, la robe limpide et brillante feront de ce breuvage le cavalier de toutes les dégustatrices de la côte tropézienne. Mais quel est ce fameux secret ? Il réside probablement dans cet assemblage équilibré de cabernet-sauvignon, cinsault et grenache. Vin rosé « architecturé », son attaque puissante évolue rapidement vers une finesse soyeuse qui conviendra aux repas un tantinet élaborés. Persistant en bouche, le Secret de Léoube demeure subtil et élégant, très féminin. Un vin de femmes à l’apéritif ? Assurément ! Pourquoi l’aimeront-elles ? Parce que portées par un environnement naturel exceptionnel, les vignes et la vinification répondent aux critères bio. Ensuite, parce que les arômes marqués d’agrumes (le sempiternel pamplemousse) et de fruits blancs « envoûtent » le palais en notes finales. Enfin, parce que ce secret se partage en petit comité (75cl), entre copains (magnum), en famille (jéroboam) et avec toute la plage de Pampelonne (mathusalem). Pour ce vin de plaisir servi entre 10 et 12°C, il vous faudra débourser 25,50 € ; c’est là son défaut majeur.

Château Léoube, 2387, route de Léoube, 83230 Bormes-les-Mimosas. Infos au 04 94 648 003. Secret de Léoube rosé 2017, 25,50 € les 75 cl.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

Concerts à la Mirande L’hôtel avignonnais accueille des concerts de musique classique avec des musiciens, habitués à se produire dans les plus grandes salles de concert. Une coupe de champagne est servie à l’entracte et, pour ceux qui le désirent, la soirée se prolonge autour d’un dîner au restaurant de La Mirande. Le prochain concert aura lieu le vendredi 18 janvier à 20h : Bach, Suite pour violoncelle ; Schulhoff, Duo pour violon et violoncelle ; Mieczysław Weinberg, Suite n°1 pour violoncelle avec Philippe Graffin (violon), Raphaël Wallfisch (violoncelle).
Mercredi 13 février, 20h, Mozart « A vous dirais-je, Maman » KV 265 ; Korngold , « Much ado about nothing », violon et piano ; Ysaye, sonate pour violon seul, opus posthume ; Schedrin, Three funny pieces pour trio avec piano Schnittke, quintette avec piano. Les artistes conviés ce soir-là : Philippe Graffin (violon), Erik Sluys (violon), Pierre-Henri Xuereb (alto), Jeroen Reuling (violoncelle), Katsura Mizumoto (piano).
Concert seul avec une coupe de champagne à l’entracte : 40 € ; concert suivi de dîner : 150 €.
À 16 heures, concert suivi d’un thé et pâtisserie au salon de thé : 40 €. Infos au 04 90 14 20.

3e festival truffes et vins Rhonéa Les samedis 19 janvier, 9 et 23 février seront dédiés à la truffe noire sous toutes ses formes. Au programme : cavage dans les truffières partenaires de la cave, découverte du marché aux truffes de Richerenches, l’un des plus importants marché d’Europe, et déjeuner gastronomique « tout à la truffe » accompagné d’une dégustation des cuvées au Dolium, le restaurant de la cave coopérative de Beaumes-de-Venise. Sur réservation, places limitées : 100 € / personne (visite du marché, cavage, dégustation et repas truffes compris). Infos auprès de Marine au  04 9012 41 15.