Art de vivre

Mondanités à l’école hôtelière de Bonneveine et escapades entre Var et Vaucluse

école hôtelière de BonneveineLes Ecossais mitonnent une bouillabaisse
Dans le cadre des liens noués, depuis 2010, entre l’école hôtelière de Bonneveine et son homologue de Glasgow en Ecosse, 10 élèves ont traversé le Channel pour passer une semaine à Marseille. En mai dernier, c’étaient 11 jeunes Marseillais qui s’étaient rendus au pays du Loch Ness pour en découvrir tous les charmes. Entre autres moments forts de ce séjour provençal, les jeunes écossais ont appris à cuisiner une bouillabaisse. Le plat a tout naturellement été servi ce mardi à l’école hôtelière de Bonneveine à une poignée d’invités parmi lesquels les professeurs Kenneth Hett et May Donald, et l’équipe dirigeante de Bonneveine : M. Leder le proviseur, son adjointe Chantal Ménard, Mme Landreau professeur d’anglais et M. Giugliano, professeur de restaurant. Une bouillabaisse généreuse, un bouillon calcaire et rocailleux, puissamment iodé et riche en goûts, le plat a fait honneur à sa ville et à tous ceux, élèves français et écossais, qui l’ont préparé.

Cet été, faites votre wine break en plein Luberon !
Le domaine viticole Aureto, attenant à l’hôtel de la Coquillade, propose un service d’ardoises de fromages et de charcuteries ainsi que des produits d’épicerie fine pour agrémenter la dégustation
des vins du domaine. Cette initiative se déroule tout l’été jusqu’au 31 août  pour les individuels mais à l’année pour les groupes du mardi au samedi, de 11h à 18h nonstop. Au menu ? Cinq variétéé de fromages (camembert, brie, comté, des bleus) et des charcutailles (jambon cru et cuit, saucissons) qui ss’associeront aux tapenades, chutneys, rillettes de poisson, artichauts à l’huile et tomates confites, miel, nougats, pains d’épices, confitures et gelées, huiles et vinaigres truffés…
Aureto, chemin de la Coquillade, 84400 Gargas ; 04 90 74 54 67. Ardoises à partir de 13 € et vin au verre à partir de 3 €.

Le café Léoube démarre sa nouvelle saison varoise
A quelques mètres de la plage varoise du Pellegrin, en pleine zone protégée, le Café de Léoube vient de ré-ouvrir ses portes. Les petites tables coiffées de leurs parasols sont dressées, offrant un espace au calme pour les pauses en duo ou en famille. Les salades sont préparées avec les légumes bio du potager de la propriété, les sandwiches et les desserts faits maison sont accompagnés du classsiquissime verre de vin rosé, blanc ou rouge du domaine. Et pour le bonheur des enfants, une aire de jeux, toute en bois, complète l’offre.
Route des plages entre La Londe-les-Maures et Bormes-les-Mimosas. GPS 43°07’34.0″N 6°16’44.0″E. De 10h à 18h jusqu’au 1er octobre. Infos au 04 98 07 69 88. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.